mardi 26 janvier 2021


BF
Lettre n° 922

VIRUS : LES LECONS DE L’IMPRÉVU

Par Rédaction , dans Une , le 27 novembre 2020

(BIOTECHFINANCES N°922 Lundi 30 novembre 2020) Dans une enquête exclusive, KPMG France a évalué l’impact COVID-19 sur une trentaine de biotechs cotées à Paris Le cabinet d’audit et de conseils a identifié les principaux facteurs de risques dans l’organisation et le fonctionnement des start-up : « La difficulté à lever des fonds, la réorientation des ressources hospitalières, l’indisponibilité des patients, la perturbation des chaînes d’approvisionnement, le retard des process règlementaires… » Après huit mois de crise sanitaire, celles-ci semblent désormais plus aguerries face à l’imprévu et prêtes à saisir les opportunités de marché liées au virus Cédric Adens, associé et François Delrot, senior manager dressent un état des lieux

BiotechFinances – Dans quel objectif avez-vous choisi de passer au filtre de la crise COVID-19 la communication financière d’un certain nombre de biotechs ?

François Delrot : Toute crise est un facteur de risque mais aussi d’opportunité Dans ce contexte, nous avons essayé de décrypter les ajustements contenus dans l’information financière produite par un panel de 36 sociétés cotées Nous avons imaginé que ces ajustements pouvaient constituer des éléments clefs de leur communication et qu’ils nous permettraient de tirer des éléments d’expérience, des indicateurs positifs en matière de gestion de crise pour l’avenir

BF – Quel sujet central avez-vous détecté ?

François Delrot, associé Life Sciences KPMG

François Delrot : Clairement celui des essais cliniques Arrêtés, freinés ou poursuivis, entraînant de fortes incertitudes sur les calendriers de présentation des résultats, cette problématique concentrait la majeure partie des interrogations Les sociétés que nous avons auscultées ont dû faire face à la fois à une réorientation des ressources hospitalières vers la COVID-19 mais également à une indisponibilité des patients Certains programmes de recherches ont été arrêtés, et nombre d’entre-eux ne reprendront peut-être pas

BF – Les incertitudes parvenaient-elles à être levées dans les news-flow que vous avez analysé ?

François Delrot : C’est variable Quelques sociétés ont très rapidement quantifié et mesuré l’impact de la crise sanitaire sur leur plan de développement clinique Sensorion a, par exemple, averti le marché dès le 13 mars d’un décalage de calendrier de plusieurs mois de