Accueil / BIOTECH / Une augmentation de capital de 3,9 M€ ouverte jusqu’au 17 juillet

Une augmentation de capital de 3,9 M€ ouverte jusqu’au 17 juillet

NOXXON : UN TOUR DE TABLE ET TROIS CARTES À JOUER

La première annonce, mi-juin, a laissé les investisseurs perplexes : un accord avec un acteur majeur – top 10 de l’industrie pharmaceutique – pour mener, avec NOX-A12, candidat-médicament phare de Noxxon, une « évaluation », dans une indication représentant « un important besoin médical non satisfait » et un marché de « plus d’un milliard d’euros ». Cet acteur conduira des essais précliniques avec NOX-A12, durant près de 10 mois, avant des discussions sur une éventuelle licence. Le nom du partenaire, comme celui de l’indication, sont restés secrets, mais il fallait communiquer ! En effet, la biotech allemande, cotée à Paris, a annoncé dans la foulée le lancement d’une augmentation de capital de 3,9 M€, avec maintien du DPS. Celle-ci est ouverte jusqu’au 17 juillet.

Créée en 1997, Noxxon exploite une technologie développée dans les années 90, les Spiegelmers. Les aptamères sont des polymères composés d’ARN synthétique simple brin et capables de se fixer à des ligands, comme un anticorps. Les Spiegelmers ont la particularité d’être construits par symétrie « miroir » (ou forme L) par rapport aux aptamères sélectionnés, formés eux de séquences d’ARN naturel. Ces « ARN miroir » ont ainsi la même affinité et spécificité que leur modèle, mais ils ne sont pas détruits dans l’organisme par les nucléases, ce qui assure leur haute stabilité. NOX-A12 cible la chimiokine CXCL12, qui joue un rôle clef dans la formation des métastases et la régulation du micro-environnement tumoral, en se liant aux récepteurs CXCR4 et CXCR7. D’abord évalué dans le myélome multiple où l’environnement concurrentiel s’est peu à peu durci, il a été repositionné dans les tumeurs solides – cancer du pancréas et cancer colorectal métastatique – en combinaison avec le

BIOTECHFINANCES N°863 08/07/2019

Regard

Jean-Pierre Loza, analyste chez Genesta

Noxxon a montré des données cliniques très intéressantes qui devraient lui permettre de décrocher un partenariat avec un acteur pharmaceutique. Dans les cancers colorectaux et pancréatiques, le besoin médical est massif et les checkpoints inhibiteurs n’ont jamais percé. De plus, la cible visée, le récepteur CXCR4, via la chimiokine CXCR12, intéresse depuis longtemps l’industrie (Sanofi-Genzyme commercialise Plerixafor, BiolineRx développe un candidat-médicament en partenariat avec Genentech, et Pfizer a un actif en phase I). Le renforcement de sa situation financière est un préalable nécessaire pour accroître sa capacité de négociation d’un futur accord. Mais je ne crois pas au scénario d’un « no-deal ».

Lire le numéro

Voir aussi

15H Biotech express lundi : Adocia, Myriade, Allergan, Molecular Partners, Primaa

Adocia (ADOC) annonce l’obtention d’une ligne de financement complémentaire, via un emprunt obligataire, d’un montant …