samedi 6 juin 2020


Depuis sa création, Toulouse White Biotechnology (TWB) connaît un succès indéniable Ce démonstrateur pré-industriel, spécialisé dans les biotechnologies blanches, multiplie ses activités et prend une importance croissante dans l’écosystème français et européen Son ambition : s’affirmer comme un leader européen sur son terrain

Le changement de direction n’a perturbé ni l’ascension de la structure pré-industrielle de la ville rose, ni le cap fixé par les fondateurs Arrivé début 2019, avec un bagage d’une dizaine d’années dans le secteur des biocarburants, chez Total puis chez Boeing, Olivier Rolland a remplacé le fondateur Pierre Monsan (lire Biotech Finances no 726), qui reste cependant dans la « cellule exécutive » Le mot d’ordre reste le même : « Notre objectif avec TWB est de soutenir les industriels face aux défis que pose l’intégration de nouvelles voies de production biologique », détaille le dirigeant « Notre originalité repose sur cette capacité à rassembler toutes les parties prenantes, publiques comme privées, au sein d’une même entité, et d’en faire un lieu d’échanges » Pour TWB, le bilan de l’exercice 2018 est positif avec un chiffre d’affaires de 8 M€ (5 M€ via des contrats industriels et 3 M€ de subventions), stable par rapport à l’an passé, et avec un résultat net de 740 k€ Sur le plan financier, « l’enjeu est désormais d’atteindre une autonomie financière à l’horizon 2025 en générant, via des contrats, un chiffre d’affaires supérieur au coût de nos opérations, hors subventions », explique Olivier Rolland

Des technologies au service des industriels

Placé sous la tutelle de l’INRA, du CNRS, et de l’INSA, TWB a vocation à jouer un rôle d’entremetteur entre le monde académique et les milieux industriels La structure a bénéficié, à sa création en 2011, d’une aide d’État de 20 M€ dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA) « Environ la moitié de cette somme