lundi 6 juillet 2020


Édition audio : Sélectionné en octobre dernier dans le cadre du dispositif Shaker initié par Genopole, le projet Bioshield (nom provisoire) a été pensé par trois étudiants de Sup’Biotech Ce projet a pour vocation de créer des revêtements permettant d’empêcher les bio contaminations par des agents biologiques – de type levure, bactéries, champignons… – dans des applications industrielles, que ce soit en cosmétique, milieu hospitalier, aéronautique ou nautique

La solution qui pourrait être déployée est plus économique que les procédés existants et très respectueuse des nouvelles normes environnementales

Quentin Bernard, l’un des trois porteurs de BioShield aux côtés de Paul Caroen, Pierre Tourame revient en détail sur