mardi 28 juin 2022


(BIOTECHFINANCES N°990 Lundi 13 juin 2022) Relocalisations industrielles, évolutions règlementaires, innovations nécessitant des doubles compétences… Les sources de tension se multiplient sur le marché de l’emploi dans le secteur des sciences de la vie Le sujet devenant plus que jamais stratégique pour les big pharma comme pour les start-ups, les cabinets spécialisés cherchent les moyens de contourner les difficultés

Les difficultés de recrutement, pourtant anciennes dans les sciences de la vie, pourraient-elles devenir un frein au développement des entreprises du secteur ? « La crise du Covid-19 et les risques de pénurie de certains produits pharmaceutiques ont mis en lumière le besoin de sécuriser en France ou en Europe la fabrication de principes actifs ou de médicaments, expliquent les auteurs de l’étude Michael Page pour 2022 du marché de l’emploi du secteur De nombreux projets de relocalisation ont déjà été initiés avec le soutien de l’Etat, ce qui relance des recrutements massifs sur tout le territoire » Selon le cabinet, cette crise a également conduit de nouvelles entreprises à se lancer dans la fabrication de dispositifs médicaux ou d’autres, étrangères, à tenter de conquérir ce marché français Avec pour conséquence une concurrence accrue pour le recrutement de talents

Pour Harold Valat, associé du cabinet Vauban, « l’industrie pharmaceutique au sens large » est affectée par ces tensions : « Les laboratoires pharmaceutiques classiques, les biotechs, les façonniers, les CRO, les CDMO, le medical device, les medtechs, traversent une pénurie de compétences, à laquelle l’innovation et les mutations permanentes du secteur s’ajoutent » Les postes de production sont touchés, entre autres dans un marché du façonnage en pleine transformation, note-t-il Quant aux niveaux supérieurs, « le plein emploi des cadres dans à peu près tous les secteurs, en ce moment, vient augmenter la problématique »

Crise en qualité et affaires réglementaires

Les métiers de la