samedi 28 novembre 2020


C’est une belle histoire Issue de la recherche de pointe française(1), Qynapse prend une dimension internationale en rachetant la pépite canadienne True Positive Medical Devices (TPMD), une spin-off des universités McGill et Laval Le montant resté confidentiel se chiffre à plusieurs millions de dollars De grands noms de l’imagerie médicale dont un américain étaient sur les rangs, vu la renommée mondiale des deux fondateurs(2) et des 15 brevets déposés « Nous ne partions pas favoris c’est vrai mais avons réussi à convaincre TPMD et les deux universités que nous étions le meilleur partenaire pour développer leur technologie et la commercialiser à grande échelle », commente Olivier Courrèges, président et fondateur de Qynapse

4 indications : Alzheimer, Parkinson, SEP, AVC

Créée en 2015, la start-up française conçoit des logiciels d’Intelligence Artificielle (IA) pour l’aide au diagnostic principalement dans les maladies d’Alzheimer, Parkinson et la Sclérose en plaques (SEP) Marqué CE il y a deux ans, son premier dispositif, QyScore, a été homologué en février par la FDA L’acquisition des logiciels de TPMD va lui permettre d’élargir son offre à d’autres indications du cerveau comme l’AVC ischémique, l’épilepsie et les maladies psychiatriques

Concrètement, les algorithmes de Qynapse lui permettent d’adresser trois marchés Le premier se concentre sur la prise en charge des patients