lundi 10 août 2020


Déception L’annonce est tombée cette semaine : les premiers résultats de l’étude de phase 3 de Genfit dans le traitement de la NASH (Non-Alcoholic SteatoHepatitis) sont négatifs Cette maladie touche des dizaines de millions de personnes aux prises avec l’obésité et le diabète et peut dégénérer en cirrhose et cancer du foie Ce marché estimé entre 20 et 30  Mds$ est encore vierge de tout traitement Il offre donc un potentiel considérable et attise l’intérêt des plus grands laboratoires

Tous les laboratoires échouent

Reste que tous les développements cliniques ont échoué jusqu’ici dont ceux récemment de Gilead, Allergan ou Cymabay, confirmant la complexité de cette aire thérapeutique Les espoirs étaient néanmoins permis pour elafibranor Le produit phare de Genfit appartient à une classe de médicaments ciblant les protéines qui contrôlent la façon dont le corps stocke et distribue les graisses connues sous le nom de récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes, ou PPAR

Sanction boursière de 75%

La FDA, semblait prête à autoriser sa mise sur le marché conditionnelle dans les plus brefs délais C’était d’ailleurs l’étape suivante prévue par Genfit avec en parallèle de nouveaux tests cliniques financés grâce aux 155 M$ levés sur le Nasdaq en 2019 Le choc est d’autant plus dur à encaisser  « Des essais cliniques qui échouent c’est malheureusement propre au secteur, développer des médicaments n’a rien de facile, on le sait tous », confie Pascal Prigent, le directeur général de Genfit  Difficile néanmoins pour ce dirigeant, ses équipes, les malades et les actionnaires de voir s’envoler ainsi, 4 ans d’espoirs et des « centaines de millions d’euros » dépensés en essais cliniques D’ailleurs la chute de 75% du cours de Bourse, cette semaine résume