mardi 14 juillet 2020


La Cour des comptes qui traque, sans trêve ni relâche, la régularité des comptes publics de l’État et des établissements publics, a épinglé le mois dernier le Laboratoire de fractionnement et des biotechnologies (LFB) à son tableau de chasse Victime collatérale du dernier rapport de la rue Cambon qui s’est penché sur la filière française du sang, le LFB se trouve aujourd’hui précarisé, puisque l’on parle de suppressions de postes (120 sur les 2300 employés) et de recapitalisation avec des investisseurs étrangers En effet, la Cour souligne l’« équilibre financier précaire


Étiquettes :