jeudi 29 octobre 2020


Monde

BiotechFinances n° 916 12-10-2020  Aux États-Unis, Bristol Myers Squibb (BMS) rachète pour 13,1 Mds$ la biotech MyoKardia, spécialisée dans les traitements pour les maladies cardio-vasculaires. L’OPA se réalise au prix de 225 $ par action, soit une prime supérieure à 50% par rapport au cours de MyoKardia à New-York. BMS qui s’est concentré sur les traitements oncologiques ces dernières années avec par exemple l’acquisition de Celgene, se dit spécialement intéressé par le mavacamten, un médicament en essai clinique pour les cardiomyopathies hypertrophiques obstructives. Une demande d’autorisation devrait être présentée à la FDA au premier trimestre 2021.

A Bâle, le géant de l’agrochimie Syngenta, aux mains du conglomérat chinois Chemchina, a racheté Valagro pour un montant non communiqué. Cette biotech italienne produit des biostimulants, des oligo-éléments et des fertilisants hydrosolubles. Elle réalise un chiffre d’affaires d’environ 175 M$ et emploie plus de 700 salariés dans le monde.

Au Royaume-Uni, 4D pharma annonce les premiers résultats positifs de sa phase 2 pour son candidat Blautix dans le syndrome du côlon irritable (SCI).  La biotech a également étudié le traitement dans les sous-types cliniques IBS-C (constipation prédominante) et IBS-D (diarrhée prédominante). Et les résultats encourageants de l’essai fournissent selon la société les données nécessaires à la conception d’un programme pivot de phase 3.

En Belgique, Bone Therapeutics (BOTHE) signe avec les groupes pharmaceutiques chinois Link Health et Pregene, un accord exclusif de licence en Chine et en Asie du sud-est pour le développement d’ALLOB, sa plateforme de thérapie cellulaire osseuse allogénique. Selon les termes de l’accord, Bone Therapeutics pourra recevoir jusqu’à 55 M€ dont 10 M€ de paiements initiaux attendus dans les 24 prochains mois. La biotech belge spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires en orthopédie conserve les droits d’ALLOB dans toutes les autres zones géographiques notamment aux Etats-Unis et en Europe.

Avec 9,4 Mds$ investis jusqu’au troisième trimestre, 2020 sera la plus importante année de financement pour la santé numérique aux Etats-Unis. Le secteur pourrait cumuler 12 Mds$ de financement d’ici fin décembre, contre 7,4 Mds$ en 2019 selon le rapport de la société d’investissement Rock Health. Les changements politiques et de réglementation déclenchés par la pandémie ont en effet accéléré le déploiement des solutions de santé numérique. Rien qu’au troisième 24 entreprises de la e-santé ont réalisé des levées de fonds supérieures à 100 M$.

Coté

BiotechFinances n° 916 12-10-2020  Transgene (TNG), NEC Corporation (technologies de l’information et des réseaux) et BostonGene (logiciels biomédicaux pour les thérapies contre le cancer) collaborent sur deux essais cliniques. Ceux-ci évaluent en phase 1 TG4050, un vaccin thérapeutique individualisé développé par la biotech française via myvac, sa plateforme virale optimisée. Ce vaccin stimule le système immunitaire du patient afin d’induire une réponse immunitaire adaptative contre des mutations génétiques propres à chaque tumeur, appelées néoantigènes. Lesquels sont choisis grâce au système de sélection de NEC, une technologie d’intelligence artificielle déjà utilisée en oncologie. TG4050 a été conçu pour cibler jusqu’à 30 néoantigènes spécifiques à chaque patient. Dans le cadre de cette collaboration, BostonGene conduit de son côté des analyses génomiques et transcriptomiques des tumeurs des participants aux deux essais cliniques.

Aptorum (APM)) a levé 9 M$ sur Euronext et au Nasdaq. La biotech qui développe des traitements ciblant les maladies infectieuses et les cancers, a l’intention d’utiliser ces fonds pour mener d’autres analyses de SACT-1 (un médicament réutilisé pour le neuroblastome et d’autres tumeurs solides) et d’ALS-4 (une petite molécule médicamenteuse candidate pour Staphylococcus aureus, y compris le SARM). Ces deux produits sont en attente du feu vert des autorités pour commencer les essais cliniques humains de phase 1b / 2a.

Oncodesign (ALONC) obtient un Prêt Garanti par l’État (PGE) de 15,9 M€. Garanti à hauteur de 90% par l’État Français, ce financement a été négocié auprès de Bpifrance, du Crédit Agricole Champagne Bourgogne, de la Caisse d’épargne Bourgogne Franche Comté, du CIC Lyonnaise de Banque et de la Société Générale. Il permet à la biotech dijonnaise spécialisée en médecine de précision d’atteindre une trésorerie de 31,2 M€ et de poursuive sa stratégie de croissance sans ralentissement.

Abionyx Pharma (ABNX), lance une augmentation de capital de 1,8 M€ pour relancer la production de CER‑001, son médicament phare. Hérité de Cerenis Therapeutics, il s’agit d’un complexe comprenant la protéine naturelle des HDL, l’apolipoprotéine A-I (apoA-I) et des phospholipides. En janvier 2020 l’ANSM a accordé une ATUn pour CER-001 dans une maladie rénale ultra-rare. En février 2020, la même autorisation a été obtenue en Italie. La biotech toulousaine reste dans l’attente de données cliniques finales pour ces ATUn mais ne dispose plus de stock de produits suffisants pour répondre à de possibles nouvelles demandes. Cette émission d’actions qui va lui permettre de renforcer sa trésorerie, représente environ 12,28% de son capital.

Non coté

BiotechFinances n° 916 12-10-2020  Orphelia Pharma annonce l’inclusion du premier patient dans l’étude évaluant Kimozo, sa formulation pédiatrique de témozolomide développée en collaboration avec Gustave Roussy. Le témozolomide est un médicament anticancéreux recommandé, bien que non approuvé, dans les protocoles de traitement du neuroblastome récidivant ou réfractaire, une condition qui affecte les jeunes enfants. Les seules formulations orales qui sont disponibles dans le commerce sont des gélules qui ne sont pas adaptées aux jeunes enfants. Cette étude vise donc à démontrer la bioéquivalence entre Kimozo et les gélules de Temodal chez les patients adultes atteints de cancers du système nerveux central. La biotech lyonnaise prévoit de recruter 30 patients d’ici mi-2021.

Diabnext annonce une collaboration avec la Fédération des services hospitaliers de diabétologie de l’AP-HP (Avicenne, Bichat, Cochin, Pitié-Salpêtrière, Lariboisière) pour les équiper de sa solution de télésurveillance des personnes diabétiques. Ce dispositif a déjà été testé avec efficacité durant le confinement sur plus de 500 patients.

La medtech française Vygon et la société belge Oncomfort nouent un partenariat pour la commercialisation du SedaKi, solution de sédation digitale. Ce nouveau dispositif médical marqué CE est destiné à soulager la douleur et l’anxiété des patients sans médicament. Elle combine l’hypnothérapie clinique et les techniques thérapeutiques intégratives par le biais de lunettes de réalité virtuelle. Cette collaboration se déploie à partir de janvier 2021 en France, au Royaume-Uni, en Irlande, en Espagne, au Portugal et en Italie.

UbiPlug réalise sa première levée de fonds d’un montant de 800 000 € dans un tour de table mené par Go Capital, avec la participation de NCI (WaterStart Capital) et la Caisse d’Epargne Normandie. Cette série sera complétée par des aides publiques françaises et européennes et notamment par celle de Bpifrance à hauteur de 1 M€. Ceci permettra à la start-up de finaliser les travaux réglementaires nécessaires à la mise sur le marché de son premier produit « uPlug », prévue en septembre 2021. Intégrant un système breveté de valves, ce dispositif médical a pour objectif de réduire le nombre d’infections des patients hémodialysés et de faciliter le traitement à domicile. Partenaire d’UbiPlug depuis sa création, le groupe Air Liquide distribuera les produits, notamment via sa filiale Meditor.

Le 21e Prix de l’innovation thérapeutique Béatrice Denys revient cette année à Philippe Brabet pour ses travaux sur le traitement de la plus commune des dystrophies maculaires héréditaires : la maladie de Stargardt qui provoque, à cause d’une mutation génétique, une altération de la vision et de la capacité à voir les couleurs. Il recevra une dotation de 60 000 euros afin de poursuivre ses travaux et accélérer le passage de la phase R&D à celle de la commercialisation. Soutenue financièrement par l’équipe santé de Turenne Groupe, la fondation récompense chaque année depuis 10 ans un projet scientifique à fort potentiel pour lui permettre de passer du laboratoire au business. L’Appel à projet de la prochaine édition du Prix sera ouvert à partir du 21 octobre 2020 à tout projet de recherche, quel que soit le domaine thérapeutique concerné.

En vue

Virginie Dominguez

rejoint le groupe Servier en tant que directeur numérique (Chief Digital Officer). A la tête de la nouvelle direction digital, data et systèmes d’information, elle dirigera une équipe de 200 personnes. Polytechnicienne et ingénieure des Ponts et Chaussées, elle a travaillé pendant 16 ans chez Orange.


Christine Clerici

présidente de l’université Paris Diderot, elle est nommée membre du Conseil de Surveillance d’Inserm Transfert avec l’objectif de renforcer les interactions avec les pôles d’excellence universitaire et scientifique.


Les chiffres

85 Mds€

Au cours des 5 prochaines années les économies sur les coûts des médicament réalisées grâce à la présence de biosimilaires devraient dépasser les 85 Mds€

33

Le développement et les approbations de biosimilaires se sont accélérés aux États-Unis au cours des deux dernières années, portant un total de 33 approbations sur 13 molécules jusqu’au deuxième trimestre 2020.

108

Le nombre de biosimilaires supplémentaires actuellement en cours de développement portant sur 22 autres molécules. Ces derniers seront potentiellement mis le marché américain au cours des 10 prochaines années.