lundi 20 septembre 2021


Monde

Aux Etats-Unis, c’est une véritable course aux enchères que se livrent les deux medtechs Baxter et Hill-Rom. La première souhaite acquérir coûte que coûte sa concurrente et a déjà essuyé un refus malgré une proposition à 9,6 Mds$ cet été. Selon le Wall Street Journal, Baxter serait revenue à la charge avec une nouvelle offre de 10 Mds$. A suivre…

Abogen Biosciences réalise l’un des plus grands tours de financement privé. La biotech chinoise a récolté plus de 700 M$ dans le cadre d’une série C dirigée par Temasek, Invesco Developing Markets Fund, Loyal Valley Capital, GL Ventures, Yunfeng Capital, Lilly Asia Ventures et Boyu Capital. Au final, une vingtaine d’investisseurs nouveaux et existants apportent leur soutien. Abogen utilisera l’argent pour financer le développement d’un vaccin ARNm thermostable contre la COVID-19 en phase 3 depuis avril.

Bain Capital collecte 1,9 Md$ pour son nouveau fonds destiné aux pharmas, biotechs et medtechs. Basée à Boston, la société d’investissement a déjà injecté près de 2 Mds$ dans le secteur depuis 2017 via ses deux premiers fonds. Son portefeuille des sciences de la vie comprend désormais plus de 30 sociétés. Pour rappel, l’année dernière, Blackstone est parvenu à lever pour son fonds sciences de la vie, 4,6 Mds$.

 

Plus de 400 strat-up deeptech ont postulé cette année à l’EIT digital challenge. Parmi les 20 finalistes européens, figurent 4 entreprises healthtech : Cibiltech (FR – technologies digitales de médecine prédictive pour les transplantations) ; Neurocast (NL – solution de surveillance passive des patients) ; Psious (ES – plateforme de thérapie en réalité virtuelle pour les professionnels de la santé mentale) ; Axial 3D (UK – visualisations médicales 3D automatisées pour la chirurgie).

 

Selon l’Alliance for Regenerative Medicine, les biotechs de médecine régénérative (thérapies cellulaires et géniques, édition de gènes et thérapies tissulaires) ont collecté aux Etats-Unis sur le 1er semestre 14,1 Mds$. Un montant qui représente déjà 71% de ce qui avait été levé au cours de l’ensemble de 2020. Pour la première fois l’immuno-oncologie cellulaire a dépassé la thérapie génique en termes de financement, atteignant 6,6 Mds$ contre 6,4 Mds$, respectivement. Les thérapies géniques et les produits de thérapie cellulaire génétiquement modifiés sont en passe d’obtenir le plus grand nombre annuel d’approbations réglementaires de la part de la FDA.

Trois ont déjà été enregistrés : Skysona de Bluebird en Europe pour l’adrénoleucodystrophie cérébrale ; et l’Abecma et le Breyanzi de Bristol Myers Squibb aux Etats-Unis. Le pipeline est également bien rempli puisque le rapport dénombre 1 320 essais parrainés par l’industrie en cours dans le monde, dont 158 en phase 3. La recherche universitaire affiche pour sa part 1 328 essais supplémentaires, dont 85 études de stade avancé. Les indications couvrent une large gamme de maladies, mais demeurent concentrées en oncologie, SNC et maladies génétiques rares. (Lire Biotech Finances nos 946 et 947 des 7 et 14 juin 2021, « THÉRAPIE GÉNIQUE : UN DÉFI

En Belgique, ExeVir traite le 1er patient dans son étude de phase 1b/2 évaluant l’anticorps XVR011 comme traitement antiviral des patients hospitalisés pour COVID-19. Ce programme clinique en 2 parties, évaluera l’innocuité et l’efficacité de XVR011 pour neutraliser le virus du SRAS-CoV-2 chez une vingtaine de patients hospitalisés en raison d’un COVID-19 léger à modéré.

L’UE et AstraZeneca sont parvenus à un accord pour la livraison aux Etats membres des millions de doses manquantes d’ici le début de l’année prochaine. Le laboratoire a jusqu’à présent livré environ 140 millions de doses à l’UE. En vertu de l’accord, il devra fournir 20 millions de doses supplémentaires ce trimestre, 75 millions d’ici la fin de l’année et 65 millions supplémentaires au premier trimestre 2022. Ce qui portera le nombre total de doses délivrées à 300 millions comme convenu dans le contrat initial.

Bercy a donné son feu vert à l’acquisition de la startup française de e-santé Voluntis (ALVTX) par l’américain AptarGroup pour 79 M€. Les actionnaires majoritaires (Bpifrance, LBO France, Debiopharm, SHAM, Vesalius Biocapital and Indigo) s’étaient déjà engagés le 22 juillet à céder leur bloc de 64,6% du capital. AptarGroup, coté à Wall Street, va donc lancer une OPA sur le solde des actions Voluntis en circulation au prix de 8,70€ par titre et envisage in fine un retrait d’Euronext.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) vient de donner son feu vert à la bactérie Akkermansia muciniphila pasteurisée. A-Mansia, la spin off de l’UC Louvain, va donc pouvoir mettre son complément alimentaire sur le marché.

Coté

Lysogene (LYS) a traité le premier patient aux Etats-Unis avec son candidat-médicament de thérapie génique LYS-GM101 dans le cadre d’une étude clinique de phase 1/2 dans la gangliosidose à GM1. Au total 16 patients seront recrutés. Les résultats sont attendus en juin 2025.

Bone Therapeutics (BOTHE) publie des résultats décevants de sa phase 3 évaluant son viscosupplément amélioré, le JTA-004, dans l’arthrose du genou. L’étude n’a pas atteint le critère d’évaluation principal ni les critères secondaires clés. La biotech belge « examinera, en collaboration avec des partenaires existants et potentiels, les différentes options concernant le futur développement du JTA-004 ».

Medesis Pharma (ALMDP) repositionne son programme NanoManganese hors UE après un refus de l’ANSM. La biotech qui développe des candidats médicaments avec sa technologie propriétaire d’administration de principes actifs en nano micelles par voie buccale, s’est vu refuser l’autorisation d’essai clinique de son produit NanoManganese pour traiter les formes graves de la COVID-19. Les autorités de santé en Hongrie ont également refusé leur autorisation. Les refus sont motivés principalement par l’absence de données sur la pharmacocinétique.

AB Science (AB) reçoit l’autorisation de l’agence norvégienne de reprendre des inclusions de patients dans l’étude de phase 3 confirmatoire pour son produit masitinib dans le traitement de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Pour rappel, AB Science avait pris la décision le 1er juin de suspendre temporairement ses programmes cliniques avec le masitinib en raison d’un signal de risque ischémique cardiaque. Son candidat est testé dans 8 indications différentes. La biotech anticipe de pouvoir reprendre progressivement les inclusions au cours du mois de septembre.

OSE Immunotherapeutics (OSE) annonce l’inclusion du 1er patient dans l’essai de phase 2, mené sous la promotion de Servier, avec son candidat OSE-127/S95011 dans le traitement du syndrome de Sjögren. Ceci déclenche le versement de 5 M€. Servier détient une option de licence sur le produit jusqu’à la finalisation de deux études cliniques de phase 2 (la seconde étant dans le rectocolite hémorragique).

SpineGuard (ALSGD), sort du « chapter 11 » aux États-Unis Le Tribunal américain a validé le plan de sauvegarde de la medtech française qui prévoit le paiement de l’ensemble des créanciers à 100%. Pour rappel, l’entreprise qui développe une technologie de placements d’implants osseux, est sortie de cette même procédure en France en avril après être parvenue à un accord avec ses créanciers, dont Bpifrance, portant sur 4,8 M€ de dettes financières.

Valneva (VLA) entame les démarches d’enregistrement de son vaccin COVID au Royaume-Uni. Cela reste conditionnée aux résultats prévus en octobre de l’étude de phase 3 en cours en Angleterre. En cas de succès, la biotech estime envisageable une autorisation commerciale avant la fin d’année. Pour rappel, le Royaume-Uni lui a déjà précommandé 190 millions de doses du vaccin jusqu’en 2025, avec un engagement ferme sur 100 millions de doses à livrer en 2021 et 2022.

Abivax (ABVX) reçoit l’autorisation pour conduire une étude de phase 1 chez des volontaires sains japonais. Passage obligé pour inclure le japon dans son programme global de phase 3 dans la rectocolite hemorragique avec son candidat d’ABX464. Au total, 48 volontaires sains japonais seront inclus dans l’étude de phase 1 dont les résultats sont attendus au cours du 2e trimestre 2022.       

Non coté

Kinnov-Therapeutics vient de terminer le recrutement des patients dans son essai de phase 2 évaluant son candidat-médicament phare, KT-110, dans le traitement des troubles liés à la dépendance à l’alcool. Les premiers résultats sont attendus au 1er trimestre 2022. A cet horizon, Kinnov Therapeutics « cherchera un partenaire pour lancer une phase 3 de grande envergure, permettant une mise sur le marché entre 2025 et 2026».

Argenx émet une demande auprès de l’EMA pour mettre sur le marché son antagoniste du récepteur Fc néonatal, l’efgartigimod, dans le traitement de la myasthénie auto-immune généralisée. L’efgartigimod est actuellement en cours d’examen par la FDA, la décision étant attendue le 17 décembre 2021. Enfin Argenx a également soumis au début de l’année une demande auprès de l’agence japonaise.
A Paris, Meletios Therapeutics collecte 2,8 M€ auprès de family offices et de Business angels. L’entreprise est présidée par Patrice Garnier (ex Genostar) et développe des antiviraux. BPI France lui a accordé 1 M€ de prêt en plus.

 

En vue

Veerle Zonnekeyn

est nommée directrice des affaires réglementaires de TheraVet. Diplômée en médecine vétérinaire et titulaire d’un 3ème cycle en Affaires Réglementaires, elle occupait cette même fonction au sein du laboratoire Elanco, n°2 mondial en santé animale. Veerle Zonnekeyn aura chez Theravet la responsabilité de préparer le dossier d’AMM de VISCO-VET dans l’arthrose chez le chien en Europe et aux Etats-Unis.


Elizabeth Woo

rejoint Poxel au poste de vice-présidente des relations investisseurs, publiques, et de la communication corporate. Elle est basée à Boston. Titulaire d’un MBA et diplômée en biochimie, elle possède 25 ans d’expérience dans l’industrie biopharmaceutique et a débuté sa carrière chez Biogen.


Ivo Simundic

arrive chez Carmat au poste de directeur des ventes pour la région DACH afin de soutenir le déploiement du cœur artificiel Aeson en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Diplômé en génie mécanique et titulaire d’un MBA, il possède plus de 20 ans d’expérience dans le secteur des dispositifs médicaux et a commencé sa carrière chez Medtronic.


Les chiffres

1,2 Md$

Montant du closing d’AGIC Fund II, qui se concentrera sur les investissements dans les technologies industrielles et médicales avancées. Avec son 1er fonds d’1 Mds$ la société de capital-investissement euro-asiatique (Hong Kong Munich) avait réalisé 7 investissements principalement en Europe.

440 M$

C’est le tour B de la semaine. Il a été réalisé par la biotech américaine Laronde qui développe une plateforme de eRNA. (voir notre tableau des transactionsv en page 8)

13,7 Mds$

Le marché mondial de la technologie PCR devrait passer de 10,5 Mds $ en 2021 à 13,7 Mds $ d’ici 2026.
(Source : ResearchAndMarkets)