jeudi 19 mai 2022


Monde

(BiotechFinances n°972 lundi 24 janv 2022)    A Londres, Ori Biotech boucle une série B de plus de 100 M$ pour lancer une plateforme de thérapies cellulaires et géniques (CGT). Le tour de financement a été mené par Novalis LifeSciences aux côtés de Puhua Capital et Chimera Abu Dhabi. Les investisseurs de la série A (30 M$) en 2020 tels que Amadeus Capital Partners, Delin Ventures, Northpond Ventures et Octopus Ventures, ont également participé à l’opération. Les fonds permettront à Ori Biotech d’accélérer le lancement commercial de sa plate-forme de fabrication CGT entièrement automatisée.

Stallergenes Greer, maison mère britannique du laboratoire en France, noue un partenariat de recherche avec Imperial College London concernant les biomarqueurs de l’efficacité de l’immunothérapie allergénique.

Aux Etats-Unis, Sema4, société de plateforme d’intelligence de données génomiques et cliniques rachète GeneDx pour 623 M$. Dans le cadre de la transaction, Sema4 a également conclu un placement privé de 200 M$ auprès d’un syndicat d’investisseurs, dont Pfizer. Le nouvel ensemble constituera l’un des plus grands fournisseurs de dépistage génomique aux États-Unis avec un chiffre d’affaires prévu de 350 M$ en 2022.

(BiotechFinances n°972 lundi 24 janv 2022)    Dans son baromètre annuel du capital-risque en France, le cabinet d’audit EY montre une envolée de 85% des montants investis en 2021 dans le secteur des Life Sciences. Le total atteint 1,58 Md€ contre 851 M€ en 2020 et 811 M€ en 2019. Le nombre de tours de financements progressent plus modérément de 18% avec 126 opérations recensées en 2021 contre 106 un an plus tôt.

La medtech a connu sa meilleure année de financement par capital-risque, avec un montant s’élevant au niveau mondial à 10 Mds$. Le plus gros tour – 830 M$- a été conclu par le fabricant américain de test du cancer Caris Life Sciences, suivi par la série D de 600 M$ du groupe britannique de chirurgie robotique CMR Surgical. (source Evaluate Pharma)

Créée en mars 2021, Alliance Promotion Microbiote (APM) compte aujourd’hui 22 membres. Porte-parole du segment thérapeutique émergent du microbiote en France, APM vient de constituer son conseil d’administration. Il se compose de 11 membres : Hervé Affagard (MaaT Pharma) en tant que président, Sylvie Binda (Lallemand Health Solutions), Nicolas Coudurier (Biocodex), Sophie Durand (Stellate Therapeutics), Etienne Formstecher (GMT Science), Pierre-Yves Mousset (Novobiome), Isabelle de Crémoux (Seventure Partners), Benoît Fouchaq (Biofortis Europe), Adrien Nivoliez (Biose Industrie), Florence Agostino-Etchetto (Lyonbiopôle), Vincent Thomas (Bioaster). (Lire aussi Biotech Finances n°953 du 26 juillets 2021, « LA RÉVOLUTION THÉRAPEUTIQUE DU MICROBIOME »).

Coté

(BiotechFinances n°972 lundi 24 janv 2022)  Dans une étude de phase 2 réalisée auprès de 115 patients pour le traitement de la perte auditive neurosensorielle soudaine, SENS-401 (Arazasetron), le candidat médicament de Sensorion (ALSEN), n’a pas atteint le critère principal d’évaluation de 15 dB. « Nous sommes évidemment déçus mais toutefois impatients d’examiner les critères d’évaluation secondaires de l’essai, dès lors qu’ils seront disponibles à la mi-mars » a commenté Nawal Ouzren, la directrice générale. Ce n’est qu’une fois ces données finales publiées que Sensorion dévoilera son plan de développement. Depuis cette annonce, la biotech montpelliéraine cotée sur Euronext a perdu la moitié de sa valeur. Sa capitalisation boursière s’élève aujourd’hui à 70 M€.

OSE Immunotherapeutics (OSE) nomme Dominique Costantini directrice générale de transition à la suite du départ d’Alexis Peyroles pour raisons de santé. Elle est actuellement présidente du conseil d’administration de la biotech nantaise spécialisée en immuno-oncologie, et en a été directrice générale de 2012 à 2018. La recherche d’un nouveau dirigeant est en cours.

Aelis Farma lance son introduction à la Bourse de Paris. La biotech bordelaise, spin off de l’Inserm, développe des inhibiteurs spécifiques de la signalisation du récepteur CB1 (CB1-SSi), dont deux molécules sont aujourd’hui au stade clinique. Le premier candidat, co développé avec la pharma britannique Indivior, traite les addictions au cannabis et fera l’objet cette année d’un essai de phase 2. Le second candidat, AEF0217 est évalué dans une étude de phase 1 pour le traitement des troubles cognitifs du syndrome de Down (trisomie 21). Les résultats finaux sont attendus au 2e trimestre 2022. Dans le cadre de son projet de cotation sur Euronext, Aelis Farma a reçu des engagements de souscription de la part de certains de ses actionnaires dont l’Inserm, pour un montant minimum de 4,5 M€ et de son partenaire Indivior pour 9,6 M€ (11 M$). (Lire BiotechFinances n° 967 du 6 décembre 2021, « AELIS, PHASES 2 DANS L’ADDICTION ET LA TRISOMIE » et n°947du 14 juin 2021, « AELIS ET INDIVIOR CONTRE LE CANNABIS »)

Median Technologies (ALMDT) affiche une hausse de 52% de ses revenus en 2021. Son chiffre d’affaires généré entièrement par l’activité commerciale de la division iCRO (analyse et gestion des images dans les essais cliniques en oncologie pour l’industrie biopharmaceutique mondiale) s’établit à 20,5 M€. Au 31 décembre 2021 son carnet de commandes s’élevait à 58 M€ et sa trésorerie à 39 M€.

Bone Therapeutics (BOTHE) est toujours en discussion avec Link Health Pharma en vue d’un partenariat mondial pour sa thérapie cellulaire Allob. La pharma chinoise détient déjà la licence du produit pour l’Asie et la finalisation d’un potentiel accord est prévue pour le 1er trimestre 2022. En attendant la biotech belge poursuit le recrutement pour l’essai de phase 2b évaluant Allob dans les fractures du tibia. Les résultats seront publiés au 1er trimestre 2023. Côté finance, sa trésorerie au 31 décembre 2021 est estimée à 9,5 M€, lui assurant une visibilité jusqu’au 3e trimestre 2022.

La biotech belge TheraVet (ALVET) signe un nouvel accord commercial pour son substitut osseux Biocera-vet en France, avec la coopérative vétérinaire Centravet. C’est l’un des principaux distributeurs de produits de santé animale dans l’Hexagone avec plus de 5 000 clients vétérinaires.

Advicenne (ADVIC) enregistre une hausse de 20% de son chiffre d’affaires 2021 qui atteint 3,3 M€. Cette performance est tirée par les ventes de Sibnayal, premier médicament indiqué dans le traitement de l’Acidose Tubulaire Rénale distale (ATRd) et mis à disposition précoce chez près de 100 patients européens. Le médicament a reçu l’an dernier l’AMM en Europe et au Royaume-Uni, son lancement commercial est en cours.

Non coté

(BiotechFinances n°972 lundi 24 janv 2022)  L’allemande BioNTech et la britannique InstaDeep ont développé et « testé avec succès » un système d’alerte pour détecter les variants à haut risque du SARS-CoV-2. Baptisé Early Warning System (EWS), il associe la modélisation structurelle de la protéine Spike à l’intelligence artificielle (IA) et permet de prédire l’évasion immunitaire et le potentiel infectieux des variants. Les deux entreprises assurent qu’EWS est capable d’identifier plus de 90% des variants, en moyenne deux mois avant qu’ils ne soient officiellement désignés par l’OMS.

Cenexi obtient le feu vert de la FDA pour produire en flacons ProvayBlue (bleu de méthylène) de Provepharm. La CDMO s’est engagée à mettre à disposition du laboratoire marseillais au 1er trimestre les 3 premiers lots du médicament. (Lire aussi Biotech Finances n°956 du 20 septembre 2021, « CROISSANCE EXPRESS POUR PROVEPHARM »)

BioIntrant reçoit 1,5 M€ pour lancer sa gamme de biosolutions pour l’agriculture. Ce 1er tour de table se compose de 700 K€ levés auprès d’investisseurs privés (WiSEED, Giralda Holding, Unilis Agtech) et complété par 800 K€ de financements publics. La société est spécialisée dans la production de bactéries phytobénéfiques destinées à la protection et la croissance des plantes et dispose déjà de deux autorisations de mise sur le marché (AMM).


MEDINTECHS

17 conférences, 48 ateliers, 140 exposants engagés dans la healthtech, MedInTechs fait le pari du BtoB BtoC dans l’innovation en santé.

Ce salon organisé dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne se déroulera le 8 et 9 mars prochain à Paris.  Il fait le pari de réunir grand public, les associations et fédérations de patients, les professionnels de la santé et les experts en nouvelles technologies autour des innovations qui sont en train de révolutionner le monde de la santé. Le colloque FEFIS Numeum et un BioMedTech Event se tiendront également au sein de MedInTechs.

En vue

Matthieu Lamy

directeur général d’Ad Scientiam depuis 2020, en devient président. Cinq ans après avoir intégré la medtech qui conçoit des biomarqueurs digitaux mesurant l’évolution des maladies graves, ce diplômé d’HEC succède au fondateur Liouma Tokitsu.


Soad el Ghazouani

entre au conseil d’administration d’Affluent Medical en qualité de membre indépendant. Cet ingénieur biomédical, titulaire d’un MBA, est DG et et cofondatrice de la medtech T-Heart. Elle a précédemment occupé des fonctions de direction chez Novostia, Biosensors ou Bioring et aussi collaborer au sein de Medtronic, Boston Scientific, Meadox et Hitachi.


Jacques Medioni et Jean-Pierre Bizzari

rejoignent le conseil scientifique de Seekyo en vue des essais cliniques de son principal candidat-médicament ciblant les tumeurs solides. Tous deux sont oncologues, Jacques Medioni exerce à l’Hôpital européen Georges-Pompidou (Paris) a fondé le Centre d’Essais Précoces En Cancérologie (CEPEC) tandis que Jean-Pierre Bizzari a travaillé chez Servier, Sanofi-Aventis et Celgene.


Les chiffres

10 millions

2e cause de décès dans le monde, le cancer fait environ 10 millions de morts par an. Le 4 février, journée mondiale de lutte contre le cancer.

9,35 Mds$

Le marché mondial des services de pharmacogénomique devrait atteindre 9,35 Mds$ d’ici 2031 contre 5 Mds$ en 2020. (Source ResearchAndMarkets)

730 M$

Le marché mondial des peptides de synthèse devrait atteindre 730 M$ d’ici 2026 contre 515 M$ 2021.La croissance de ce marché est tirée par l’utilisation croissante des peptides dans les médicaments pharmaceutiques, l’augmentation des activités de recherche et la disponibilité des financements pour la R&D, et le développement de synthétiseurs de peptides automatisés avancés. (Source ResearchAndMarkets).