dimanche 5 avril 2020


Monde

Genenta annonce le closing d’un troisième tour de financement qui lui a permis de lever 13,2 M€ auprès de Qianzhan Investment, un fonds d’investissement chinois et de Fidim, le family office des Rovati (ex-Rottapharm). Cette biotech italienne, basée à Milan, développe une plateforme unique de thérapies géniques destinées à prévenir les rechutes de cancers du sang. Créée en 2015, Genenta a déjà levé plus de 30 M€.

BioNtech a déposé son dossier auprès de la SEC en vue de son introduction sur le Nasdaq. La biotech allemande, en pointe, avec sa compatriote Curevacs et l’Américaine Moderna dans le développement de candidats-médicaments à base d’ARN messagers, espère lever environ 100 M$ à cette occasion. Le calendrier de l’opération n’est pas fixé cependant et reste incertain, un important investisseur chinois basé à Hong-Kong ayant suspendu son engagement à participer. BioNtech avait levé 325 M$ en juillet dernier.

Lexicon vient d’annoncer que son ex-partenaire, le groupe français Sanofi, lui verserait 260 M$ dans le cadre de la résiliation de leur collaboration portant sur le développement du médicament Zynquista traitant le diabète de type 1 et 2.

Roivant annonce la constitution d’une « alliance » avec le groupe japonais Sumitomo Dainippon Pharma. En échange d’un paiement upfront de 3 Md$, ce dernier va prendre le contrôle de cinq des 16 filiales de la biotech américaine, en l’occurence Myovant, Urovant, Enzyvant et Altavant, ainsi qu’une dernière entité dont le nom n’a pas été dévoilé. Il bénéficiera également d’une option pour l’acquisition de six autres filiales. Poxel (PXL) a licencié à Metavant, une des filiales de Roivant, les droits mondiaux hors Asie de son médicament phare Iméglimine, en développement dans le diabète de type 2. Les droits asiatiques d’Iméglimine sont eux détenus par Sumitomo Dainippon Pharma.

Coté

Noxxon (ALNOX) va débuter le recrutement de patients nouvellement diagnostiqués d’un cancer du cerveau dans un essai clinique de phase I/II associant le NOX-A12, un inhibiteur du CXCL12, à la radiothérapie. Une des conséquences indésirables des radiations est l’afflux de « cellules réparatrices » depuis la moelle osseuse vers la tumeur, qui conduit au remplacement des vaisseaux sanguins détruits dans la tumeur et ainsi entraîne une récidive de la maladie. Le NOX-A12 serait chargé d’inhiber cet afflux. Cet été, Noxxon avait procédé à une augmentation de capital d’1 M€ pour le lancement de cet essai clinique.

Quantum Genomics (ALQGC) lance une nouvelle étude clinique avec le Firibastat chez des patients souffrant d’insuffisance rénale. Cet essai vise à montrer que le Firibastat, actuellement en développement dans l’hypertension artérielle et l’insuffisance cardiaque, pourrait être prescrit même en cas d’insuffisance rénale associée à ces deux pathologies. Les résultats de cette étude, prévus pour avril 2020, permettraient d’élargir le marché du Firibastat s’ils sont positifs.

Carmat (ALCAR) reçoit l’approbation conditionnelle de la FDA pour lancer une étude clinique de faisabilité avec son cœur artificiel aux États-Unis. L’étude doit inclure cinq patients éligibles à la transplantation. Pour rappel, la biotech a obtenu cet été le feu vert des autorités sanitaires danoises pour la reprise des implantations de sa prothèse intégrale cardiaque, dans le cadre de son essai clinique pivot en Europe.

DBV (DBV) a enregistré un formulaire F3 auprès de la SEC, l’autorité américaine des marchés financiers, en vue de réaliser une augmentation de capital d’un montant maximum de 300 M$. La biotech française, qui développe un patch pour la désensibilisation de l’allergie à l’arachide, avait levé 72 M$ en avril dernier et disposait de 107 M€ de trésorerie nette à fin juin.

Innate Pharma (IPH) dévoile une trésorerie à fin juin de 200,3 M€. La biotech marseillaise confirme qu’elle attend pour le premier semestre 2020 les données préliminaires de la deuxième cohorte de l’essai en cours évaluant la combinaison de monalizumab avec le cetuximab, chez des patients présentant un carcinome épidermoïde de la tête et du cou en rechute ou métastatique. Innate a également débuté en juin le recrutement des patients dans l’étude TELLOMAK. Cette dernière vise à évaluer IPH4102 dans différents lymphomes (syndrome de Sézary, mycosis fungoïde, lymphome T à cellules périphériques) avec cinq cohortes. Les données initiales d’efficacité sont attendues en 2021.

Pharnext (ALPHA) et Galapagos (GLPG) annoncent la réussite de leur collaboration de recherche ciblant notamment les maladies immuno-inflammatoires. Au moyen de sa plateforme Pleotherapy, Pharnext a identifié des indications thérapeutiques supplémentaires ainsi que de nouvelles combinaisons pour les candidats-médicaments de Galapagos, dont la supériorité a été démontrée sur des modèles animaux. La plateforme de Pharnext a aussi permis d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques pour les indications visées par Galapagos. Aucun milestone financier lié à ces étapes n’a été communiqué.

Genfit (GNFT) annonce la nomination du Dr Carol L. Addy au poste de directrice médicale, une semaine après la nomination de Pascal Prigent en tant que directeur général (lire Biotech Finances no 867). Elle sera chargée de conduire la stratégie médicale de la biotech lilloise, notamment sur le développement clinique. Avant de rejoindre Genfit, Carol L. Addy a notamment exercé la fonction de directrice médicale au sein d’Health Management Resources, une filiale de Merck & Co.

Non coté

CorWave annonce le succès de la première étude préclinique de 60 jours visant à évaluer son dispositif d’assistance cardiaque. Cette pompe, Neptune, est destinée aux personnes souffrant d’insuffisance cardiaque en attente de transplantation ou en alternative à cette intervention. CorWave se base sur une technologie unique : une membrane ondulante s’inspirant de la nage d’animaux marins, qui permet de reproduire le mouvement naturel du cœur. Les premiers essais chez l’homme devraient démarrer d’ici début 2020 (lire Biotech Finances no 808).

Invectys annonce un accord de recherche avec Personalis, Inc. (Nasdaq : PSNL), un leader dans le domaine de la génomique avancée du cancer. La société américaine va fournir des capacités d’immunogénomique tumorale afin de faciliter la découverte de biomarqueurs chez les patients inclus dans l’essai clinique d’Invectys évaluant l’efficacité de l’INVAC-1, son produit phare. Il s’agit d’une phase II, démarrée début 2018, dans la leucémie lymphoïde chronique (LLC). Les résultats sont attendus pour le deuxième trimestre 2020. En octobre 2018, la biotech parisienne a réalisé une augmentation de capital avec une levée de 15 M€ pour financer cet essai (lire Biotech Finances no 830).

Apaxen lève 3,3 M€ auprès de Theodorus, Sambrinvest, Innovation Fund, Financière Spin-off Luxembourgeoise (groupe Investsud) et des membres de Be Angels, un réseau de business angels établi en Belgique. Cette biotech, basée à Gosselies, près de Charleroi, développe un médicament, MFC-1040, de la classe des MIF (facteur d’inhibition de la migration des macrophages) dans l’hypertension artérielle pulmonaire. Elle espère entrer en clinique dans deux ans environ. Fondée en 2018 par Gaël Jalce et Enrico Bastianelli, elle est dirigée par Joël Crouzet

Quantificare boucle sa première levée de fonds à 5 M€ auprès de LBO France, via son fonds Digital Health 2. Spécialiste de l’imagerie médicale de la peau, l’entreprise utilisera ses ressources pour son déploiement à l’international. Quantificare cible une double clientèle : les laboratoires pharmaceutiques avec des prestations de CRO, mais également les dermatologues esthétiques et chirurgiens pour leur permettre de réaliser des simulations avant leurs interventions.

Yposkesi annonce avoir participé à la fabrication des vecteurs viraux pour un essai clinique de thérapie génique, dont les résultats concluants viennent d’être publiés dans Nature Medicine. Réalisé par les chercheurs du programme EuroFancoLen, cet essai de phase I/II a été mené chez quatre patients atteints d’anémie de Fanconi, une maladie rare du sang. Le vecteur lentiviral conçu pour transporter le gène-médicament (FANC-A) a été développé en collaboration avec le Généthon.

En vue

Franck Mouthon

CEO de Theranexus, va prendre la présidence de France Biotech et remplacer Maryvonne Hiance, qui reste vice-présidente.


Cyrille Tupin

vient d'être nommé au poste de directeur général d'Abionyx Pharma (ABNX), suite à la démission de Richard Pasternak de son poste de Pdg. Emmanuel Huynh devient président du conseil d'administration.


Channa Debruyne

prend le poste de directrice médicale de PDC*line Pharma. Elle sera en charge de piloter l'essai clinique de phase I/II en cours dans le cancer du poumon non à petites cellules avec PDC*lung01.


Les chiffres

365

Le nombre de sociétés HealthTech en France, en 2018, avec en moyenne un effectif de 26 salariés. En 2008, elles étaient au nombre de 170. (Source France Biotech)

36%

36 % des entreprises ont plus de 10 ans d'existence (23 % ont entre 6 et 9 ans, et 41 % ont moins de 5 ans). (Source France Biotech)

6 M€

Un point noir reste la faiblesse des levées en capital-risque, avec un ticket moyen de 6 M€, inférieur à certains voisins européens comme l'Allemagne (12 M€). (Source France Biotech)