mercredi 21 avril 2021


Lettre n° 935

L’essentiel de la semaine du 8 au 12 mars 2021

Par Rédaction , dans Essentiel , le 12 mars 2021

Monde

(BiotechFinances n° 935 du lundi 15 mars 2021) Par précaution, l’agence nationale danoise de la santé a suspendu pendant 14 jours l’utilisation du vaccin COVID-19 d’AstraZeneca/Oxford. Cette décision intervient « après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont été vaccinées » a expliqué l’agence. Dans son sillage, l’Agence italienne du médicament (AIFA) a décidé d’interdire à titre de précaution l’utilisation d’un lot de vaccins anti-Covid d’AstraZeneca suite aux informations sur certaines réactions indésirables graves ». L’Autriche a également suspendu cette semaine l’utilisation d’un lot de doses afin d’enquêter sur le décès d’une femme à la suite de troubles de la coagulation et d’un cas d’embolie pulmonaire. Le laboratoire déclare que ses vaccins sont soumis à des contrôles de qualité rigoureux et ne fait état d’aucun cas confirmé d’effets secondaires graves…

…Pour sa part l’Agence européenne des médicaments (EMA) a estimé qu’aucune preuve ne permettait pour l’instant d’établir un lien entre le vaccin d’AstraZeneca et les deux cas signalés en Autriche. Par ailleurs l’EMA, a autorisé l’utilisation du vaccin COVID-19 de Johnson & Johnson dans l’UE. Bruxelles a rappelé que 200 millions d’européens pourront être vaccinés grâce aux doses du vaccin à injection unique commandées auprès du laboratoire américain.

Takeda va acquérir Maverick Therapeutics, une biotech américaine développant des anticorps contre le cancer. Le montant pourrait atteindre 525 M$. La pharma japonaise n’a pas précisé ce qu’elle payait d’avance pour Maverick, qui vient de commencer les tests cliniques de son médicament phare chez des patients cancéreux dont les tumeurs ont une protéine spécifique. Mais cet accord est le point culminant d’un partenariat de 2017 « build-to-buy » par lequel Takeda a aidé à financer la recherche de la startup en échange d’une option pour acquérir plus tard la société à un prix pré-négocié.

Aux États-Unis, Amgen rachète Five Prime Therapeutics, une biotech américaine spécialisée en immuno-oncologie, pour 1,9 Md$. Le prix de l’OPA est de 38 $ par action, soit une prime de près de 80 % par rapport au dernier cours de bourse. L’acquisition comprend le bemarituzumab, un programme de première classe prêt pour la phase 3 dans le traitement du cancer gastrique, la troisième cause de mortalité par cancer dans le monde.

Le campus Biotech Digital, piloté par un consortium industriel (bioMérieux, Novasep, Sanofi, Servier), s’allie à un panel d’acteurs de la formation en biotechnologie : EASE, l’ENSTBB-Bordeaux INP, l’ESTBB, IFIS, le Groupe IMT, MabDesign, Sup’Biotech. Ce campus digitalisé va proposer 13 parcours de formation couvrant la chaîne de bioproduction de la conception à la délivrance du produit au patient. D’un point de vie pédagogique, le recours aux différents outils numériques reproduisant les éléments essentiels de la production (jumeaux numériques, serious game, réalité immersive, réalité virtuelle, réalité augmentée) et approches cognitives soutenues par l’intelligence artificielle, favoriseront la compréhension des processus et des pratiques professionnelles. Cette alliance, matérialise la volonté des acteurs de s’unir pour structurer et accompagner le développement des compétences dans la biotechnologie.

Coté

(BiotechFinances n° 935 du lundi 15 mars 2021) Valneva (VLA) et Pfizer débutent un essai de phase 2 pour leur candidat vaccin dans la maladie de Lyme. Selon l’accord de collaboration conclu en avril 2020, la vaccination du premier participant dans cet essai déclenchera le paiement de 10 M$ à la biotech française. L’étude s’appuie sur les données initiales positives de deux phases 2 lancées précédemment, inclut de nouveaux schémas de vaccination et devrait fournir les dernières données avant une éventuelle décision d’entamer des études pivot de phase 3.

Adocia (ADOC), lance une étude de phase 2 évaluant son candidat M1Pram en comparaison à l’insuline lispro (Humalog) d’Eli Lilly chez des patients diabétiques de type 1. Les critères portent sur le contrôle glycémique et la perte de poids après 16 semaines d’utilisation chez 80 patients L’étude a été approuvée par le BfArM, et sera réalisée en Allemagne. M1Pram, le candidat phare de la biotech spécialisée dans le traitement du diabète et d’autres maladies métaboliques, est une combinaison fixe d’analogues d’insuline et d’amyline, deux hormones qui ne sont pas sécrétées ou insuffisamment chez les patients diabétiques. Cette phase 2 a été conçue afin de définir les paramètres d’une étude de phase 3 programmée en 2022.

Onxeo (ALONX), lance une augmentation de capital de 9,3 M€, un montant pouvant être porté à 10,7 M€. Le prix proposé est de 0,71 € par action avec une parité de 1 action nouvelle pour 6 existantes. Le produit de cette émission est destiné à financer en priorité l’accélération du développement clinique du candidat AsiDNA, notamment en association avec d’autres agents anti-cancéreux. Pour rappel, la biotech développe des médicaments ciblant les mécanismes de réponse aux dommages de l’ADN tumoral (DDR) pour lutter contre les cancers rares ou résistants. Cette opération de marché lui permettra de sécuriser les ressources nécessaires à l’atteinte d’étapes cliniques clés au moins jusqu’au 4e trimestre 2022.

Deinove (ALDEI), obtient une subvention gouvernementale dans le cadre de l’appel à projet résilience, dont le montant devrait être de 500 à 800 k€. Ce financement est destiné à soutenir le projet Boost-ID, estimé à un peu plus de 1 M€ au total, et qui permettra à la biotech pionnière dans l’exploration de la biodiversité bactérienne contre la résistance aux antimicrobiens, de mettre en place une station industrielle de tri de bactéries à très haut débit, à partir de la microfluidique en gouttes. Boost-ID s’inscrit dans la continuité du projet Deinodrop soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

  Erytech Pharma (ERYP) publiera au 4e trimestre 2021 les résultats finaux de son étude de phase 3 dans le traitement en seconde ligne du cancer pancréatique métastatique ainsi que les premiers résultats de la phase 2 dans le le cancer du sein triple négatif avec son candidat phare eryaspase. En parallèle la biotech qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, attend au 1er semestre 2021 un premier point règlementaire potentiel pour une demande d’autorisation (BLA Licence) dans la LAL hypersensible. Fin 2020, Erytech affichait une trésorerie de 44,4 M€ et estime pouvoir financer ses programmes en cours jusqu’au 4e trimestre 2021, voire même avec l’option restante d’un financement par obligations convertibles, jusqu’au 1er trimestre 2022.

Carmat (ALCAR), obtient une subvention de 1,4 M€ lors de l’appel à projets « Plan de relance pour l’industrie » du Gouvernement. Ce financement contribuera à augmenter la capacité du site industriel de Bois-d’Arcyla pour la production de son cœur artificiel Aeson en vue de la commercialisation en Europe. Par ailleurs, la société a levé en bourse 55,7 M€ via une augmentation de capital lancée le 26 février 2021. Cette collecte, combinée à la trésorerie actuelle, auxquels s’ajoutent 10 M€ de prêt BEI et 13 M€ de financement accordé par la HAS, devrait lui permettre de financer ses activités jusqu’à mi-2022.

Theranexus (ALTHX) étend les capacités de sa plateforme de découverte de candidats médicaments, NeuroLead, à l’autophagie et aux maladies lysosomales à expression neurologique. NeuroLead combine les dernières innovations en neurosciences et en intelligence artificielle et repose sur un concept unique, le ciblage thérapeutique des interactions entre cellules gliales et neuronales. En appliquant Neurolead à l’autophagie et aux formes neurologiques des maladies lysosomales, Theranexus poursuit ses recherches et a ainsi identifié, diverses structures de médicaments.

Predilife (ALPRE), élargit son offre de test prédictif aux quatre premiers cancers : sein, prostate, colon et poumon. Il s’agit d’un programme personnalisé de prévention et de dépistage adapté au profil du patient. Ce bilan de risques qui sera lancé au printemps pourra être réalisé via une téléconsultation.

Non coté

(BiotechFinances n° 935 du lundi 15 mars 2021)  La SATT Sayens concède à la start-up EpiLAB une licence portant sur une innovation technologique inédite de diagnostic de la tuberculose, EDMYC (Electrochemical Detection of MYCobacteria), pour mettre au point un test de dépistage portable, simple et peu coûteux de la maladie. Sayens conforte ce transfert en entrant au capital de l’entreprise afin de l’accompagner dans le déploiement du test à l’échelle mondiale.

En vue

Annegret Van der Aa

est nommée directrice scientifique et du développement d’Ermium Therapeutics, une biotech qui développe des thérapies innovantes pour les maladies auto-immunes. Cette immunologiste de formation apporte près de 20 ans d’expérience en R&D, acquise dans diverses entreprises telles qu’Innogenetics, ActoGeniX, OCTIMET Oncologie ou Galapagos.


Jean-Pierre Armand

professeur d’oncologie et consultant senior au sein de l’Institut Gustave Roussy à Paris, vient renforcer le conseil scientifique de Tollys. Dans le même temps, le Professeur Jean-Yves Blay, membre actuel du conseil scientifique, en prend la présidence, alors que la biotech spécialisée en immuno-oncologie se prépare à lancer ses programmes cliniques


Ahmed Bouzidi

devient vice-président du développement stratégique des biotechnologies.au sein de ProductLife Group (PLG), société de services en réglementation et pharmacovigilance. Ce docteur en biologie cellulaire est senior associate de la Royal Society of Medicines. Avant de rejoindre PLG, il était président de Vaxeal Holding, une biotech spécialisée en immuno-oncologie, qu’il a amenée au stade préIPO.


Les chiffres

1173,3 Mds$

La taille du marché mondial de la fabrication de produits pharmaceutiques qui était de 358 Mds$ en 2020 et devrait
dépasser 1173,3 Mds$ d’ici 2030 avec un taux annuel de croissance de 12,8 %.

528 Mds$

La taille du marché des soins de santé intelligents devrait dépasser 528 Mds$ d’ici 2027, avec une croissance annuelle de 16,4 %. Ce marché était évalué à 143,5 Mds$ en 2019. La mHealth (santé sur mobile) et la télémédecine sont les deux segments à la croissance la plus rapide du marché.

72,13 Mds$

La taille du marché mondial de la génomique (diagnostic, découverte et développement de médicaments, agriculture et recherche médicale et médecine de précision…) devrait atteindre plus de 72,13 Mds$ d’ici 2030 et croitre de 13,65% par an.