lundi 14 juin 2021


Monde

La FDA a approuvé cette semaine le 1er médicament dans la maladie d’Alzheimer, il s’agit de l’aducanumab développé pae Biogen et EIsai (Lire aussi le billet BIO de H.Hella page 8). Cette décision historique repose sur une étude controversée selon laquelle des patients atteints d’Alzheimer précoce ayant reçu une dose élevée d’aducanumab pendant suffisamment de temps semblent mieux réussir un test cognitif que ceux du bras placebo. La FDA a choisi d’autoriser l’aducanumab sur une base conditionnelle, ce qui signifie que Biogen et Eisai devront mener un autre essai pour confirmer les avantages et les risques du médicament. L’agence a précisé que si les tests de confirmation ne prouvent pas d’avantage clinique, des procédures ont été mises en place pour retirer le médicament du marché. En attendant, Biogen a fixé le prix de l’aducanumab à environ 56 000 $ par an en moyenne, ce qui est plus élevé que prévu. Le cours de Biogen s’est envolé de 40% lundi sur le Nasdaq, sa capitalisation avoisinant désormais 60 Mds$.

En Irlande, CyGenica lève1,15 M€ en amorçage. Le tour est dirigé par le fonds de capital-risque SOSV aux côtés de Voyager Health-Tech Fund et de business angels. Ce financement accélérera la validation de la technologie de CyGenica qui permet une administration intercellulaire sûre, ciblée et abordable de médicaments. La biotech souhaite ainsi résoudre le problème de l’administration de thérapies à grosses molécules dans les cellules vivantes sans les endommager ni déclencher une réponse immunitaire indésirable. CyGenica cherche à être un partenaire clé des sociétés biopharmaceutiques dans l’avancement des traitements de pointe contre le cancer et les maladies rares.

L’allemand Bayer teste une thérapie par cellules souches dans la maladie de Parkinson. La première dose de DA01, un candidat développé par sa filiale BlueRock Therapeutics, a été administrée lors d’un essai de phase 1. La pharma allemande lance en parallèle un essai de phase 1b avec une thérapie génique dans la même indication avec une autre de ses filiale, acquise en 2020 AskBio. L’essai de BlueRock recrutera 10 patients aux États-Unis auxquels on implantera chirurgicalement des cellules productrices de dopamine dans une partie du cerveau appelée putamen.  L’essai AskBio, ciblera également le putamen avec une thérapie génique AAV. Le virus fournira un gène pour stimuler l’expression du gène GDNF, dont il a été démontré dans des modèles précliniques qu’il favorise la régénération des neurones et la récupération motrice. L’étude a recruté 10 patients depuis août 2020. La maladie de Parkinson touche environ 10 millions de personnes dans le monde.

Au Nasdaq, Graphite Bio espère lever 100 M$ lors de son introduction. Ces fonds financeront le développement de médicaments d’édition de gènes pour la drépanocytose, le syndrome d’immunodéficience combinée sévère lié à l’X (XSCID) et la maladie de Gaucher. Basé à San Francisco, la biotech a été créée en 2020, avec 45 M$ et un plan pour guérir la drépanocytose. Elle a collecté 150 M$ supplémentaires quelques mois plus tard. L’IPO intervient à la veille de l’inscription du premier patient drépanocytaire dans un essai de phase 1/2 du principal candidat de Graphite, le GPH101 conçu pour corriger la mutation génétique responsable de la drépanocytose et ainsi créer un pool de cellules souches et progénitrices hématopoïétiques capables de produire des globules rouges fonctionnellement normaux exprimant l’hémoglobine adulte normale.

Aux États-Unis, Amgen a accepté de payer au fabricant de médicaments japonais Kyowa Kirin jusqu’à 1,25 Md$ pour avoir accès à un médicament expérimental contre l’eczéma. Selon l’accord, Kyowa Kirin recevra 400 M$ d’avance et potentiellement jusqu’à 850 M$ de plus si certains objectifs sont atteints. Amgen envisage de prendre en charge les activités de développement, de fabrication et de commercialisation, sauf au Japon. Kyowa Kirin détiendra les droits de co-promotion aux États-Unis et pourra choisir de co-promouvoir le produit sur certains autres marchés. Le médicament, surnommé KHK4083, fait partie d’un groupe de médicaments qui ciblent une protéine connue sous le nom d’OX40 et pourrait traiter plusieurs maladies auto-immunes. Le candidat de Kyowa est prêt à être testé dans un essai de phase 3.

Coté

Affluent Medical (AFME) a levé 25 M€ dans le cadre de son introduction sur Euronext. La medtech, spécialisée dans l’incontinence urinaire et l’insuffisance cardiaque, visait initialement 33 M€ avec une possibilité de monter à 43 M€. (Lire Biotech Finances N° 945 du 31 mai 2021 « AFFLUENT MEDICAL, D’ABORD EURONEXT ENSUITE LE NASDAQ ») Elle avait sécurisé préalablement des engagements de souscription de la part d’institutionnels. Finalement, 18 M€ ont été collectés auprès de ces derniers et 7 M€ auprès de particuliers. A l’arrivée, 65% du capital se trouvent dans les mains de fonds et sociétés gérés par Truffle Capital, 22% dans celles d’autres investisseurs, les fondateurs et dirigeants détiennent 4,55% et le public 8,24%. La capitalisation boursière s’élève à 156 M€.

Le capital de Theraclion (ALTHE) évolue. Le financier Bernard Sabrier et la société Unigestion franchissent le seuil de 20% du capital. Ceci résulte de la conversion d’obligations convertibles. A la suite de cette annonce, l’action de la medtech, spécialisée en échothérapie et cotée sur Euronext s’est envolé de 20%. Theraclion intervient dans le traitement des varices, des nodules thyroïdiens et dans le cancer du sein en partenariat avec le centre anticancéreux de l’université de Virginie aux États-Unis.

Lysogene (LYS) annonce le traitement du premier patient dans l’essai clinique de thérapie génique avec son candidat LYS-GM101 dans la gangliosidose à GM1, indication orpheline pour laquelle il n’existe aucun médicament. (Lire Biotech Finances n°919 du 30 octobre 2020 : « SECOUEE LYSOGENE VEUT GARDER LE CAP »). Au total, 16 patients atteints de la gangliosidose à GM1 infantile précoce ou tardive participeront à cet essai, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en France. Par ailleurs, la biotech qui cible les maladies du SNC, a signé un accord de licence mondiale avec la SATT Conectus pour le développement d’un candidat médicament de thérapie génique dans le traitement du syndrome de l’X Fragile. Lysogene demeure en charge du développement clinique, de la fabrication, des activités réglementaires et de la commercialisation au niveau mondial. De son côté, SATT Conectus recevra un paiement forfaitaire initial et pourrait recevoir des paiements d’étapes de développement et des redevances sur les futures ventes du produit.

La cotation sur Euronext Paris de l’action AB Science (AB) suspendue depuis le 1er juin 2021, a repris mercredi 9 juin à l’ouverture du marché. Cette suspension avait été demandée par la biotech à la suite de l’annonce de l’interruption de ses essais cliniques (Lire Biotech Finances n° 946 du 7 juin 2021 « AB SCIENCE : PLUS DE PEUR QUE DE MAL ? »). Le dernier cours de bourse d’AB Science s’élevait avant d’être supendu à 11,18 € après une baisse inexpliquée de 25% durant les séances précédentes. Il termine la semaine autour de 8 euros. La capitalisation boursière d’AB Science, l’une des plus importantes du secteur à Paris, a ainsi fondu de 520 M€ à 360 M€.

Onxeo (ALONX), a reçu de l’Office américain des brevets et des marques, un avis d’autorisation pour un brevet qui élargit, aux États-Unis, la protection d’AsiDNA, son inhibiteur first-in-class de la réparation de l’ADN tumoral. Ce brevet protège à la fois l’association d’AsiDN avec un PARPi ainsi que son utilisation pour le traitement de certains cancers, pour lesquels la voie de réparation de l’ADN par recombinaison homologue n’est pas altérée ou déficiente. La durée de protection court jusqu’en 2036.

Non coté

L’équipe de management de Skyepharma, emmenée par David Lescuyer, son président, prend le contrôle de la société avec le soutien de Bpifrance. Il s’agit d’une opération de Management buy-out (MBO) qui intervient dans le cadre du spin-off du groupe pharmaceutique britannique Vectura. Rachetée en 2016, Skyepharma existe depuis 25 ans. Elle est spécialisée dans la production et le packaging de produits pharmaceutiques et offre également une gamme de services aux industriels (développement galénique, mise au point de process de fabrication, rédaction d’AMM…).

En vue

Sébastien Bessy

est promu directeur des opérations marketing et commerciale et devient membre du directoire de Valbiotis (Lire Biotech Finances N°941 du 26 avril 2021 « Valbiotis, 15 M€ et 3 ans devant soi »). Il a débuté sa carrière chez Sanofi Aventis et occupé différents postes au sein d’Ipsen, Biofortis ou Merck.


Kim Ferguson

anciennement chez Illumina rejoint DNA Script en tant que vice-présidente en charge des ventes et Randy Dyer arrive au poste de vice-président marketing.


Katherine Bowdish

entre au conseil d’administration d’Adocia, en qualité d’administrateurs indépendants. Katherine Bowdish, dirige PIC Therapeutics.


Les chiffres

73,2 Mds$

Le marché mondial de la protéomique à l’horizon 2028. (Source : Verified Market Research)

7,7 Mds$

Le marché mondial de la génétique animale par produits et services devrait atteindre 7,7 Mds$ d’ici 2026 contre 5,5 Mds$ en 2021.
(Source : MarketsandMarkets)

38,8 Mds$

Le marché du diagnostic in vitro en Amérique du Nord devrait passer de 27 Mds$ en 2019 à 38,8 Mds$ d’ici 2027. (Source : MarketsandMarkets)

29,7 Mds$

Le Marché des enzymes et kits et réactifs de biologie moléculaire d’ici 2026 contre 15,3 Mds$ en 2021. (Source MarketsandMarkets).