jeudi 29 septembre 2022


Monde

En Australie, Immutep (IMMP) a signé un accord avec l’Institut national de recherche en oncologie Marie Skłodowska-Curie à Varsovie, en Pologne, pour un essai clinique ouvert de phase II de l’efti, en association avec le pembrolizumab et la radiothérapie dans le cadre néoadjuvant (avant la chirurgie). 40 patients atteints de certains sarcomes des tissus mous seront concernés au total. Le premier dosage est prévu début 2023 et les données intermédiaires initiales sont attendues au quatrième trimestre 2024.  L’Institut financera l’étude avec une subvention de 1,5 M€ accordée par le programme de l’Agence polonaise de recherche médicale. Immutep fournira efti gratuitement et soutiendra techniquement l’essai. L’efti stimule le système immunitaire grâce à un mécanisme différencié qui cible l’activation des cellules présentatrices d’antigène induite par LAG-3.

Merck, a annoncé cette semaine un investissement complémentaire de 130 M€ sur le site de production Life Science de Molsheim en Alsace. Il s’agit de permettre selon le groupe un accroissement des capacités du site par la création d’une troisième unité de production d’assemblages à usage unique projet Mobius. Le recrutement de 800 nouveaux collaborateurs est envisagé d’ici à 2028. Une annonce qui fait suite à celle de mars 2021 d’un investissement de 25 millions d’euros incluant la création de 350 emplois.

Depuis les Etats-Unis, la Children’s Investment Fund Foundation (CIFF) a engagé cette semaine 33 M$ dans le Fonds Mondial de Lutte contre le sida (Genève) pour accélérer les progrès contre la transmission du VIH en Afrique. Cette nouvelle enveloppe représente une augmentation de plus de 30 % par rapport au financement précédent du CIFF. Le Fonds Mondial contribuera à hauteur de 1,5 dollar pour chaque dollar apporté par la CIFF. L’action porte sur la réduction du nombre de nouvelles infections à VIH, une étape cruciale pour vaincre la maladie.

La Fondation Merck lance « l’Alliance pour l’équité dans les soins contre le cancer » une initiative de 20 M$ sur cinq ans, conçue pour améliorer les soins aux patients vivant dans des communautés mal desservies et faciliter un accès rapide à des traitements de haute qualité, culturellement adaptés. Dans le cadre de cette initiative, l’organisation accordera des subventions à certains organismes de santé à but non lucratif pour mettre en œuvre des programmes novateurs.

Coté

OSE Immunotherapeutics (OSE) va présenter de nouvelles analyses sur l’essai de phase 3 Atalante-1 de l’immunothérapie Tedopi. Les résultats ont notamment montré que chez les patients de phénotype HLA-A2+ atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules, en résistance secondaire après une CT-IO en séquentiel (n = 118), la survie globale était plus longue avec Tedopi® versus le traitement standard, indépendamment du recours ou non à un traitement anticancéreux post-progression (avec traitement 13,5 mois versus 10,6 mois ; HR = 0,71 – sans traitement 6,3 mois versus 4,5 mois ; HR = 0,76).

MedinCell obtient un financement supplémentaire de 20 M€ auprès de la Banque Européenne d’Investissement (BEI). La BEI lui a octroyé un crédit de 40 M€ mais l’entreprise devra rembourser par anticipation un précédent prêt de 20 M€ signé en 2018. 30 M€ pourraient être tirés au quatrième trimestre 2022, le décaissement des 10 M€ restants soumis à des conditions qui devraient être remplies en 2023. Ce financement de la BEI étend la visibilité financière de MedinCell a minima jusqu’au premier trimestre 2024. D’ici là, l’entreprise espère que la commercialisation de son anti-psychotique, mdc-IRM en collaboration avec TEVA sera effective. Lire aussi MedinCell Teva : pour le meilleur dans BiotechFinances du 5 septembre 2022 : https://www.biotech-finances.com/medincell-teva-pour-le-meilleur/

Adocia, a réalisé une première preuve de concept sur son implant AdoShell Islets et obtenu le contrôle de la glycémie sans injection d’insuline chez le rat diabétique immunocompétent durant les 132 jours de l’étude.

Non coté

Apmonia Therapeutics, obtient un financement non dilutif de 2,5 M€ dans le cadre du dispositif « Aide au développement Deep Tech » de Bpifrance. L’entreprise développe un portefeuille de candidats médicaments à base de peptides ciblant le microenvironnement tumoral et offrant de nouvelles perspectives thérapeutiques en oncologie. Les fonds obtenus dans le cadre du plan Deep Tech permettront à Apmonia Therapeutics d’accélérer ses programmes de R&D et de consolider les premiers résultats très encourageants obtenus depuis la création de la société, en vue du développement industriel de ses peptides et d’une première autorisation d’essai clinique.

Polygon Therapeutics, signe un accord de recherche de 18 mois avec Inserm Transfert qui impliquera l’équipe « Mécanismes immuno-métaboliques des maladies cardiovasculaires » du Centre de Recherche Cardiovasculaire de Paris (PARCC). L’entreprise a bénéficié du soutien d’Inserm Transfert dès ses débuts et après sa création en 2021, à travers le Parcours Pré-Entrepreneuriat (PPE) avec un accompagnement sur mesure. L’entreprise a réussi à lever 500 K€ dès sa création et a également été labellisée French Tech Seed. Elle vient d’être lauréate du « Concours d’innovation i-Lab 2022 ». Cette collaboration accélérera la recherche et le développement du laboratoire académique dans le domaine de l’Immuno-cardiologie.

VitaDX, va collaborer avec XPath spécialiste de l’anatomie et de la cytologie pathologiques pour poursuivre le déploiement en France de sa solution VisioCyt pour le diagnostic précoce du cancer de la vessie, le 5e cancer le plus fréquent en France, avec plus de 13.000 nouveaux cas par an. La solution de VitaDX s’intègre pleinement dans le parcours de soin du patient et la logistique des cabinets d’anatomie et cytologie pathologiques. Elle permet, à partir d’un simple échantillon d’urine, l’obtention d’un résultat rapide tout en améliorant nettement les performances diagnostiques.

La foodtech Cuure, vient de lever 10 M€ auprès des fonds Capagro, Verlinvest et Jamjar suivis de l’investisseur historique Newfund avec un financement additionnel provenant de Bpifrance. Cette nouvelle levée de fonds permettra de financer de développement de la marque de compléments personnalisés « Cuure » et de poursuivre l’expansion sur le marché Européen.

Eurasanté Lille veut se doter d’un Biocluster d’envergure internationale centré sur la prévention et la prise en charge des maladies chroniques et a déposé une candidature dans le cadre du Plan Innovation Santé 2030. Si cette candidature est retenue, elle pourrait donner lieu à un financement de plus de 81 M€ sur 10 ans. Elle s’inscrit, en outre, dans le cadre du projet Eurasanté 2030 qui représente un budget global de 245 M€ sur 10 ans et permettrait de faire naître 14 plateformes d’excellence d’ici 5 ans.

A Grenoble, Carroucell lève 1,5 M€ auprès du fonds Novalis Biotech Acceleration, du Crédit Agricole des Savoie (CADS) et de Bpifrance. Le financement sera notamment utilisé pour accélérer la croissance de l’entreprise grâce à l’industrialisation de la technologie de la plate-forme de microporteurs uniques de forme plate avec une composition de verre xénofree pour la culture cellulaire en bioréacteurs.

FineHeart, passe le cap de la certification ISO 13485 : 2016 qui lui permet de démontrer la bonne conformité de son système de management de la qualité aux exigences des réglementations de l’industrie des dispositifs médicaux. De quoi conforter le développement de l’icoms flowmaker, un système entièrement implantable de restauration du débit cardiaque pour répondre aux besoins non satisfaits des patients souffrant d’insuffisance cardiaque sévère.

En vue

Alexandros Pantalis

Le dirigeant de Phagos société génopolitaine créée en 2021 décroche le grand prix du concours i-Lab, organisé par le ministère de de l’enseignement supérieur, de la recherche, et de l’innovation avec Bpifrance. Phagos développe une technologie innovante pour éliminer ces bactéries résistantes via les bactériophages, prédateurs naturels de la bactérie.


Caroline Dreyer

Elle prend en main la direction générale du pôle de compétitivité santé BioValley France. La nouvelle promue prendra ses fonctions le 1er octobre 2022 et succèdera à Marco Pintore qui aura dirigé le Pôle ces cinq dernières années. Elle est actuellement présidente de la SATT Conectus, elle a également été à la tête du Réseau SATT, l’association fédérant les 13 sociétés françaises d’accélération du transfert de technologies créées dans le cadre du premier Programme d’Investissements d’Avenir.


Frédéric Pelong

Chez Valbiotis, Frédéric Pelong, 48 ans, directeur administratif et financier (DAF), intègre le directoire de la société. Il a rejoint Valbiotis le 1er juin. Ancien manager en audit financier chez E&Y, Frédéric Pelong a occupé diverses fonctions financières transverses chez Pernod Ricard puis est devenu de DAF de la filiale suisse. Il a ensuite été DAF du Groupe Christofle et plus récemment d’Audika.


Catherine Mathis et Julien Berger

Coave Therapeutics (« Coave »), nomme Catherine Mathis au poste de vice-présidente des affaires règlementaires et Julien Berger en tant que responsable des affaires juridiques. Catherine Mathis, a passé 20 ans chez Transgene en tant que Senior Director, Head of Regulatory Affairs. Depuis Transgene, elle a occupé des postes de direction et de réglementation chez Voisin Consulting Life Sciences, TxCell, Elsalys Biotech et plus récemment Enterome. Julien Berger a près de 20 ans d’expérience en affaires juridiques mondiales. Il rejoint Coave depuis Galapagos où il a occupé le poste de directeur du conseil juridique principal, fournissant un soutien et des conseils juridiques à ses équipes mondiales. Avant Galapagos, Julien a passé plus de 15 ans dans l’équipe juridique de Genzyme, plus récemment en tant que directeur juridique chez Sanofi Genzyme suite à son acquisition.


Les chiffres

40,7 Mrds$

Le marché mondial de la médecine régénérative 7,28 Mrds$ en 2020, devrait passer à 22,37 Mrds$ en 2025 et atteindre 40,7 Mrds$ en 2030.
Source : ResearchAndMarkets

846,33 M$

En raison de la prévalence accrue des maladies chroniques et des lancements de produits à grande échelle, le marché mondial des microARN devrait atteindre 846,33 millions de dollars américains d'ici 2030.
Source : Growth Plus Reports

9,5 Mrds$

L'avancement de la technologie des microscopes, l'intérêt croissant pour la nanotechnologie et les médicaments régénératifs sont des éléments moteur du marché de la microscopie qui devrait passer de 7,2 Mrds$ en 2022 à 9,5 Mds$ d'ici 2027. Source : MarketsandMarkets

1,18 Mds$

Le marché mondial des suppléments de culture cellulaire recombinante 308,6 M$ en 2021 et devrait atteindre 1,18 Mds$ d'ici 2032.
Source : MarketsandMarkets

7,27 Mds$

En raison de l'augmentation des investissements dans la recherche et le développement de nouveaux médicaments anticancéreux, le marché mondial des médicaments contre les tumeurs cérébrales devrait atteindre 7,27 Mds$ 2030
Source : Growth Plus Reports