jeudi 6 mai 2021


Monde

(BIOTECHFINANCES N°939 Lundi 12 avril 202) À Seattle, Icosavax réalise une série B de 100 M$ pour étudier les vaccins à particules pseudo-virales (VLP) contre des maladies telles que le virus respiratoire syncytial et la COVID-19. Ce tour dirigé par RA Capital Management a obtenu le soutien de Janus Henderson Investors, Perceptive Advisors et Sanofi Ventures. La biotech utilise une technologie VLP conçue par ordinateur pour surmonter les défis de fabrication à grande échelle qui ont jusqu’à présent freiné les vaccins VLP. Icosavax utilisera le financement pour évaluer cette année en clinique un candidat vaccin contre le VRS et tester celui contre la COVID-19 sur l’homme.

Le géant américain Hologic, un des leaders de la santé des femmes reprend la société finlandaise Mobidiag Oy pour 667 M€. Mobidiag qui se déploie dans le diagnostic moléculaire et offre des solutions innovantes pour la détection des maladies infectieuses et la résistance aux antimicrobiens a son siège social à Espoo (Finlande) mais son centre de R&D, production et commercialisation se situe en France. D’autres filiales commerciales se trouvent au Royaume-Uni et en Suède. En 2020 Mobidiag a enregistré un chiffre d’affaires d’environ 35 M€.

Coté

Takeda et CSL mettent fin à leur collaboration de développement d’un traitement COVID-19 à base de plasma. Dans le cadre d’une étude clinique de phase 3 financée par le gouvernement américain, la solution d’anticorps concentrée expérimentale de Takeda et CSL Behring n’a pas réussi à réduire le risque de progression de la maladie chez les patients hospitalisés. Les entreprises ont donc mis fin au partenariat, CoVIg-19 Plasma Alliance, formé il y a un an.

Pixium Vision (ALPIX) se réjouit de l’implantation réussie du premier patient de l’étude pivot évaluant PRIMAvera, son système de vision bionique, auprès personnes atteintes de la forme sèche de la dégénérescence maculaire atrophique liée à l’âge (DMLA). Lancée au quatrième trimestre 2020 cette étude réalisée auprès de 38 patients constitue la dernière étape clinique avant la demande d’autorisation de mise sur le marché européen. Par ailleurs, la société a pris acte de la résiliation unilatérale et abusive du protocole d’accord conclu en janvier avec l’américain Second Sight (cotée au Nasdaq) en vue de leur rapprochement. En conséquence, Pixium Vision entend explorer toutes les voies notamment toute procédure judiciaire, y compris auprès des autorités boursières afin d’obtenir réparation.

  AB Science (AB) et l’Université de Chicago signent un accord de licence exclusif pour mener des recherches sur la prévention et le traitement des humains infectés par des nidovirus, coronavirus et picornavirus. Cette collaboration fait suite à la découverte par l’Université de Chicago que le masitinib, produit phare d’AB Science, inhibe la principale protéase (3CLpro) nécessaire au cycle de réplication du virus SRAS-CoV-2. Selon l’accord, AB Science fournira le masitinib et d’autres candidats médicaments brevetés, et l’Université de Chicago réalisera les activités de recherche. En cas de commercialisation dans les maladies virales, AB Science bénéficiera d’une licence exclusive moyennant redevance pour toute découverte réalisée par l’Université de Chicago sur ses produits (1 % des ventes nettes du premier produit enregistré et 0,3 % des ventes nettes des produits enregistrés suivants, à verser à l’Université de Chicago)

Sanofi (SAN) crée Sanofi Global Health, une entité à but non lucratif, pour donner à 40 pays pauvres l’accès à des médicaments essentiels. Au total 30 médicaments leur seront proposés couvrant plusieurs aires thérapeutiques, dont les maladies cardiovasculaires, le diabète, la tuberculose, le paludisme et le cancer. Sanofi Global Health soutiendra également les communautés locales en finançant la formation de professionnels de santé ou encore la mise en place et le renforcement de systèmes de santé durables pour les patients atteints de maladies chroniques et qui nécessitent des soins complexes.

Non coté

(BIOTECHFINANCES N°939 Lundi 12 avril 202) Aelis Farma, obtient pour son projet ICOD (Improving Cognition in Down Syndrome) un financement de 6 M€ de la Commission Européenne dans le cadre du programme Horizon 2020. Le projet ICOD financera le développement clinique de son candidat AEF0217, dans le traitement des déficiences cognitives des sujets souffrant du syndrome de Down, plus couramment appelé trisomie 21. L’AEF0217 est un inhibiteur spécifique de la signalisation du récepteur CB1, le principal récepteur du système endocannabinoïde, responsable de la régulation d’un large nombre de processus physiologiques et cognitifs. L’objectif de la biotech bordelaise spécialisée dans le traitement des maladies du cerveau, est d’accélérer son développement pour le rendre accessible aux personnes porteuses du syndrome de Down d’ici 6 à 7 ans. ICOD financera plus particulièrement les premières étapes cliniques, une phase 1 menée en 2021-2022 ainsi qu’une phase 2 qui validera l’efficacité clinique de l’AEF0217 en 2023.

  Pierre Fabre noue avec la biotech américaine Besthesda un accord de licence pour son anticorps antagoniste du récepteur du facteur de croissance de type 1 apparenté à l’insuline (IGF-1R), dans le traitement de l’orbitopathie dysthyroïdienne (TED), une maladie endocrinienne pour laquelle il n’existe pas de traitement. Dans le cadre de ce partenariat, le laboratoire français recevra un paiement initial, ainsi que des paiements d’étape et des royalties et prendra une participation au capital de ValenzaBio. Pierre Fabre aura également la possibilité de réclamer des droits sur le produit, pour des territoires hors Amérique du Nord une fois la preuve de concept réalisée dans l’indication TED.

  Holistick Medical, lève 3,9 M€ auprès de Truffle Capital, et obtient un financement de 400 K€ auprès de Bpifrance. La start-up fondée en 2017 par Truffle Capital développe un dispositif médical mini-invasif pour fermer le foramen ovale perméable (FOP), une communication anormale entre le cœur droit et le cœur gauche, parfois à l’origine d’accidents vasculaires cérébraux graves. Ces fonds lui serviront à financer les études précliniques visant à préparer la clinique pour démontrer que le dispositif permet de prévenir la récurrence d’AVC chez certains patients.

Urgo lance un programme de recherche visant à développer une nouvelle solution de cicatrisation pour les plaies dites sévères. Le projet bénéficie d’une aide publique de 22,8 M€ du programme « Projets structurants pour la compétitivité (PSCP) » opéré par Bpifrance pour le compte de l’Etat. Il réunit cinq partenaires : le groupe Urgo, un laboratoire de l’AFM-Téléthon, l’Établissement français du sang, Dassault Systèmes et le LBTI (CNRS / Université Claude Bernard Lyon1).

  Orphelia Pharma et Biocodex signent un accord de licence pour la distribution de Kigabeq dans 14 pays européens, dont la France. Il s’agit de la première formulation pédiatrique de vigabatrine, un médicament antiépileptique développé par Orphelia Pharma, indiqué, entre autres, dans le traitement des spasmes infantiles (syndrome de West). Kigabeq est approuvé en Europe, avec une autorisation de mise sur le marché centralisée (Paediatric Use Marketing autorisation, PUMA). Grâce à cet accord avec Biocodex, le médicament pourra désormais être prescrit dans la majeure partie du territoire européen.

  Da Volterra, obtient auprès de la FDA la désignation Fast Track pour son premier protecteur de microbiome, DAV132, dans la prévention de l’infection à Clostridioides difficile (ICD) chez les patients à haut risque d’ICD. La biotech parisienne, spécialiste des thérapies protectrices du microbiome intestinal s’apprête à lancer un essai clinique de phase 3 évaluant DAV132 chez des patients avec des tumeurs malignes hématologiques.

Ethypharm acquiert les droits exclusifs pour deux thérapies digitales bénéficiant d’un marquage CE, deprexis et vorvida, développées par la société néerlandaise GAIA. Deprexis aide les patients à gérer leurs symptômes de dépression et Vorvida intervient pour réduire les risques et dommages causés par une consommation problématique d’alcool. Ethypharm acquiert les droits pour deprexis dans 4 pays européens : la France, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne. Vorvida fait l’objet d’une première licence pour la France, avec un droit pour des extensions futures à d’autres pays européens. Selon les termes de l’accord, Ethypharm assurera le marketing et la vente de ces deux thérapies digitales dans les territoires sous licence.

En vue

Eric Cazergue

devient directeur financier de PathoQuest et soutiendra ses efforts d’expansion internationale. Auparavant, il était à la tête des finances chez Corin France et Resmed. Avant cela il a été directeur financier de Sanofi Aventis Turquie.


Claire Corot

rejoint le fonds BioMedTech de Truffle capital en tant que senior partner. Diplomée de Biologie Pharm D et d’un doctorat en Biotechnologie, elle a réalisé sa carrière chez Guerbet dont elle était membre du comité exécutif. À ses côtés, trois autres experts de la santé rejoignent le fonds BioMedTech comme operating partners : le professeur Daniel Hayoz, le docteur Eric Sejor ainsi que Robert Narquizian.


Jérôme Bédier et Guillaume Lay

rejoignent Cell-Easy en tant que respectivement directeur des opérations et responsable du développement commercial monde. Jérôme Bédier bénéficie de presque 20 ans d’expérience au sein de CDMOs, principalement chez Novasep. Et Guillaume Lay affiche plus de 13 ans d’ancienneté chez Miltenyi.


Les chiffres

31,8 Mds$

Le marché du diagnostic moléculaire devait atteindre 31,8 Mds$ en 2026 contre 17,8 Mds$ en 2021 (source : MarketsandMarkets).

9,8 Mds$

La taille du marché mondial de l’isolement et de la purification des acides nucléiques devrait atteindre 9,8 milliards USD d’ici 2028 (source Grand View Research).

11,89 Mds$

Le marché mondial des systèmes d’information sur l’oncologie qui pesait 6,71 Mds$ en 2020 devrait atteindre 11,89 Mds$ d’ici 2028.