vendredi 25 septembre 2020


Lettre n° 911

L’essentiel de la semaine du 31 août au 4 septembre 2020

Par Rédaction , dans Essentiel , le 4 septembre 2020

Monde

Novacyt (ALNOV) obtient le marquage CE pour son nouveau test respiratoire capable de diagnostiquer COVID-19 et surtout de le distinguer d’une grippe traditionnelle présentant des symptômes similaires. Cette confusion complique en effet la tâche des professionnels de santé. Les nouveaux tests WinterplexTM de Novacyt comprennent une cible à 2 gènes spécifique à COVID-19 et peuvent ainsi différencier les grippes A et B du virus respiratoire syncytial (VRS). Avec ses capacités de production courante, la société « pense pouvoir répondre à la demande mondiale attendue pour le produit ».

Sanofi (SAN) annonce que l’essai de phase 3 évaluant Kevzara® (sarilumab) administré par voie intraveineuse à une dose de 200 mg ou de 400 mg[a] à des patients hospitalisés pour une forme sévère de COVID-19 n’a pas atteint son critère d’évaluation principal ni secondaire comparativement au placebo et, dans les deux cas, en plus des soins hospitaliers habituels. Cet essai randomisé qui a inclus 420 patients a été mené en dehors des États-Unis, à savoir en Argentine, au Brésil, au Canada, au Chili, en France, en Allemagne, en Israël, en Italie, au Japon, en Russie et en Espagne…

…En parallèle, le laboratoire français lance avec GSK un essai de phase 1/2 de leur vaccin adjuvanté contre la COVID-19. Le candidat-vaccin, repose sur la technologie à base de protéine recombinante que Sanofi a employée pour produire un de ces vaccins contre la grippe saisonnière et sur l’adjuvant à usage pandémique développé par GSK. Au total, 440 adultes en bonne santé seront inclus dans cet essai mené dans 11 sites aux États-Unis. Les premiers résultats sont attendus début décembre, en vue d’un passage en phase 3 avant la fin de l’année. Si les données sont suffisantes, une demande d’homologation sera présentée au premier semestre 2021.

Aux États-Unis, Intercept Pharmaceuticals licencie un quart de ses effectifs, soit environ 170 employés, à la suite du rejet par la FDA de son médicament contre NASH. La restructuration vise à réduire les dépenses d’Intercept. La plupart des licenciements auront lieu au troisième trimestre et seront « pratiquement terminées » d’ici la fin de l’année. Fin juin, la FDA a demandé à la biotech américaine des données complémentaires sur son médicament principal, l’acide obéticholique, dont la collecte pourrait prendre un an ou plus.

Athira Pharma a l’intention de lever 100 M$ en s’introduisant au Nasdaq. Anciennement connue sous le nom de M3 Biotechnology, la biotech américaine se prépare à tester son principal candidat ATH-1017 dans essai pivot de phase 2/3 sur la maladie d’Alzheimer. Grâce à l’IPO, Athira prévoit de démarrer cet essai d’ici la fin de l’année, en le configurant pour fournir des données au niveau mondial en 2022. En parallèle, Athira réalisera un autre essai de phase 2 sur la maladie d’Alzheimer « pour mieux comprendre les effets globaux de l’ATH-1017 sur la vitesse de traitement de la mémoire de travail et les mesures cognitives ». Ces deux études pourraient l’amener à déposer une demande d’approbation de l’ATH-1017 auprès de la FDA. La biotech prévoit également de démarrer un essai de phase 2 de son candidat dans la maladie de Parkinson d’ici la fin de l’année prochaine.

L’équipe de technologie et de recherche CAR-T d’Unum atterrit chez Sotio pour 8,1 M$. La biotech américaine avait licencié en mars la moitié de son personnel et mis fin à ses travaux cliniques dans le but de consolider une perspective préclinique CAR-T. Ce programme, ainsi que la technologie qui le sous-tend, viennent donc de trouver une nouvelle maison : Sotio, une biotech basée à Prague développant plusieurs types de traitements contre le cancer. Sotio remet sur la table 8,1 M$ pour la plate-forme BOXR CAR-T d’Unum et ses principaux programmes, y compris BOXR1030, un traitement développé pour le cancer du foie et d’autres tumeurs solides. La biotech tchèque reprendra là où Unum s’est arrêté avec son intention de s’appuyer sur ses données pour amener le candidat à la clinique en 2021. Et, si tout se passe comme prévu, les actionnaires d’Unum pourraient percevoir 3,4 M$ supplémentaires.

Basée à Londres, Compass Pathways a déposé des documents pour une introduction en bourse au Nasdaq et espère ainsi lever 200 M$. La biotech développe la psilocybine, l’ingrédient actif des champignons psychédéliques, utilisé chez les patients souffrant de dépression résistante aux traitements. Ses recherches ont abouti à une phase 2b qui, après une pause imposée par COVID-19, doit maintenant fournir des données à la fin de l’année prochaine. En cas de succès, Compass utilisera les résultats pour un programme d’enregistrement auprès de la FDA. En avril la biotech a bouclé une série B de 80 M$, portant la totalité des fonds levés à plus de 100 M$.

En Suisse, Polyphor conclut avec Shanghai Fosun Pharmaceutical un accord de licence exclusif en Chine pour son candidat médicament balixafortide. La biotech helvétique recevra un paiement initial de 15 M$ assortis de paiements d’étape potentiels de développement pour 19 M$ et de vente pour 148 M$. Polyphor et Fosun Pharma développeront et commercialiseront du balixafortide pour le marché chinois avec un accent initial sur le cancer du sein métastatique. Le balixafortide, un bloqueur du CXCR4, fait actuellement l’objet d’une étude de phase 3 multicentrique, randomisée dans laquelle il est administré en intraveineuse avec l’éribuline versus l’éribuline seul dans le traitement du cancer du sein HER2 négatif, localement récidivant ou métastatique.

Nestlé va lancer une OPA sur Aimmune Therapeutics à 2,6 Mds$ (2,1 Mds€). Dans le détail, le géant suisse propose aux actionnaires 34,5 dollars par action, ce qui représente une prime de 174 % par rapport au cours de clôture d’Aimmune sur le Nasdaq. Nestlé Health Science était entrée au capital de l’entreprise californienne en 2016 afin de se renforcer dans le traitement des allergies alimentaires, puis avait progressivement augmenté sa participation jusqu’à 25,6 %. Aimmune Therapeutics développe et commercialise des traitements contre des allergies alimentaires. En janvier, la FDA avait approuvé son traitement phare Palforzia, destiné à réduire les réactions allergiques aux arachides, y compris l’anaphylaxie, chez les enfants de 4 à 17 ans. (Lire aussi le Billet Bio de H Ella en page 8 de ce numéro).

Coté

Pharnext (ALPHA) noue un partenariat de recherche avec l’association américaine de patients Charcot–Marie–Tooth Association (CMTA). Le principal objectif de cette collaboration est d’identifier et valider des biomarqueurs potentiels de la CMT1A, sensibles à l’administration d’un traitement. Ces biomarqueurs pourraient alors être utilisés dans des essais cliniques futurs dont notamment la prochaine étude de Phase 3 de PXT3003, candidat médicament le plus avancé de la biotech française spécialisée dans les maladies neurodégénératives.

Poxel (POXEL), lance un essai clinique de phase 2 pour évaluer son candidat PXL065 dans le traitement de la NASH. Le PXL065 est le stéréoisomère R de la pioglitazone stabilisé par substitution au deutérium, molécule innovante brevetée. L’étude randomisée, en double aveugle, avec contrôle placebo et en groupes parallèles se déroule durant 36 semaines sur plusieurs sites cliniques aux États-Unis auprès de 120 patients atteints de NASH non cirrhotique confirmée par biopsie. Le critère d’évaluation principal est l’évolution de la masse grasse dans le foie, évaluée par résonnance magnétique (FGDP-IRM) permettant de mesurer la fraction de graisse en densité de protons. Les résultats sont attendus au premier semestre 2022.

 

Non coté

Da Volterra publie les résultats positifs de son essai clinique de phase 1 évaluant l’innocuité et l’efficacité de son produit phare DAV132 chez des volontaires sains recevant des antibiotiques ß-lactamines administrés par voie intraveineuse. DAV132 est un nouveau adsorbant ciblé sur le côlon, de première classe, administré par voie orale, conçu pour protéger le microbiote intestinal contre les perturbations induites par les antibiotiques. La biotech se prépare maintenant au lancement d’une étude pivot de phase 3 chez des patients atteints d’hématies malignes.

Domain Therapeutics signe un accord de collaboration avec Pfizer pour profiler les voies de signalisation de RCPGs impliqués dans de multiples pathologies. La biotech strabourgeoise spécialisée en immuno-oncologie, neurologie et maladies rares, utilisera sa plateforme technologique bioSens-AllTM pour corréler l’impact de mutations de RCPGs sur les voies de signalisation. Elle recevra de Pfizer un paiement à la signature, un financement de recherche ainsi que de potentiels paiements d’étapes de développement cliniques sur les futurs programmes de Pfizer portant sur des cibles identifiées durant la collaboration. Les détails financiers restent confidentiels.

En vue

Philippe Genne

PDG d’Oncodesign, il intègre le conseil d’administration d’ANS Biotech où il contribuera activement à la gouvernance de la société en particulier pour analyser ses opportunités stratégiques en matière de croissance interne et externe.


Valérie Brissart

rejoint le comité exécutif en tant que directrice de l’imagerie diagnostique et pilotera le marketing des segments CT et Cath Lab, IRM, systèmes d’injection & services de Guerbet. Après 18 ans chez GE Healthcare, à divers postes de marketing elle a rejoint Guerbet en 2018.


Jean-François Blanc

devient directeur de l’imagerie interventionnelle de Guerbet, un nouveau rôle au sein du comité exécutif et pilotera l’accélération de la croissance sur ce segment. Depuis 2015, il occupe la fonction de directeur des opérations techniques.


Gitte Hesselholt

est nommée directrice des opérations commerciales Amériques & EMEA de Guerbet. Ex associée de Boston Consulting Group, elle a exercé au préalable des fonctions de management chez Mölnlycke Health Care, Coloplast, Carlsberg et McKinsey & Co.


Mathieu Elie

est promu directeur des opérations commerciales Asie-Pacifique de Guerbet et pilotera la mise en œuvre des initiatives Go-Direct en Chine et en Inde. Il a rejoint le groupe en 2007 comme directeur financier en Corée.


Les chiffres

193 M$

C’est le montant moyen des introductions en bourse des biotechs sur le Nasdaq au premier semestre 2020, un record historique.

+ 1994 %

Grande bénéficiaire du projet Warp Speed du gouvernement américain pour le COVID-19 avec une subvention de 1,6 Md$, Novavax a vu son cours exploser de 1994 % depuis le début de l’année inscrivant ainsi la meilleure performance de Wall Street.

190 Mds$

Après un trou d’air au premier trimestre, les sociétés pharmaceutiques toutes tailles confondues cotées à New-York ont terminé le semestre en beauté : cumulée leur capitalisation a augmenté de 190 Mds$ depuis fin 2019.