mercredi 21 avril 2021


Lettre n° 933

L’essentiel de la semaine du 22 au 26 février 2021

Par Rédaction , dans Essentiel , le 26 février 2021

Monde

(BiotechFinances n°933 01/03/2021) À Boston, AMR Action Fund a levé 140 M$ supplémentaires pour soutenir le développement d’antibiotiques. L’argent s’ajoute au 1 Md$ déjà engagés par une vingtaine de sociétés biopharmaceutiques, donnant au fonds les moyens de travailler à son objectif de mise sur le marché de 2 à 4 antibiotiques d’ici 2030. Cette collecte supplémentaire provient d’investisseurs tels que Le Wellcome Trust, un organisme britannique de recherche en santé, à hauteur de 67 M$, mais aussi de la Fondation Boehringer Ingelheim, qui a engagé 50 M$. La BEI est le troisième investisseur. Le fonds qui n’a pas encore utilisé l’argent cible des petites biotechs développant de nouveaux antibiotiques toutes étapes cliniques confondues.

Le laboratoire Eli Lilly a accepté de payer 125 M$ pour une licence exclusive d’un médicament expérimental de la biotech Rigel Pharmaceuticals qui pourrait traiter les maladies auto-immunes et inflammatoires. Appelé R552, le médicament est censé bloquer une enzyme qui joue un rôle dans un large éventail de processus cellulaires, y compris l’inflammation et la mort cellulaire. Le R552 a récemment achevé ses tests préliminaires et devrait commencer cette année des essais cliniques. Selon l’accord conclu avec Lilly, Rigel pourrait percevoir en plus de l’upfront jusqu’à 835 M$ en paiements d’étape.

  Orna Therapeutics lève 80 M$ dans une série A qui coïncide avec sa création par MPM Capital. La biotech américaine issue de la recherche du Massachusetts Institute of Technology (MIT) développe des traitements d’ARN circulaires conçus pour rivaliser avec les thérapies cellulaires. Ses dirigeants espèrent avec cet argent parvenir à la porte de la clinique. Parmi les investisseurs ayant participé à ce premier tour de financement figurent MPM, Taiho Ventures, F2 Ventures et PAGS Group ainsi que plusieurs Big Pharmas : Bristol Myers Squibb, Novartis Institutes for BioMedical Research, Astellas Venture Management et Gilead’s Kite unit.

Le laboratoire pharmaceutique américain Catalent débourse 55 M$ pour acquérir la biotech wallonne Delphi Genetics. Il s’agit d’un spin-off de l’ULB installé dans le BioPark de Charleroi spécialisée dans la thérapie génique. Quatorze candidats étaient dans la course pour reprendre cette pépite qui développe actuellement un médicament en collaboration avec l’université de Liège contre la COVID-19. Les essais précliniques débutés en mars ont conduit en novembre au dépôt d’un brevet. Pour rappel, Catalent a déjà racheté en Belgique MaSTherCell pour 315 M$ l’année dernière et plus récemment une filiale de Bone Therapeutics.

 

Sanofi (SAN) et GSK débutent une nouvelle étude de phase 2 auprès de 720 volontaires pour tester leur candidat-vaccin à protéine recombinante avec adjuvant contre la COVID-19. Cet essai évaluera le potentiel d’une formulation affinée d’antigènes dans le but d’obtenir une réponse immunitaire optimale, en particulier chez les adultes plus âgés. Si les résultats sont positifs, la phase 3 débutera au 2e trimestre et la disponibilité du vaccin est attendue au 4e trimestre. Des recherches parallèles sur les nouveaux variants du SARS-CoV-2 sont en cours. Pour rappel, En décembre 2020, les résultats de l’étude de phase 1/2 du candidat vaccin avaient montré une bonne réponse immunitaire chez des adultes âgés de 18 à 49 ans, mais insatisfaisante chez les adultes plus âgés.

La biotech chinoise Clover Biopharmaceuticals boucle une série C de 230 M$ conduite par GL Ventures et Temasek aux côté d’Oceanpine Capital, d’OrbiMed et de Delos Capital. Avec cet argent, Clover se prépare à mener un essai clinique de phase 2/3 pour son candidat vaccin COVID-19 et à fabriquer des centaines de millions de doses. Le mois dernier la biotech a publié les données de phase 1 dans The Lancet présentant deux versions du vaccin à base de protéines, l’une utilisant l’adjuvant AS03 de GlaxoSmithKline et l’autre utilisant l’adjuvant CpG 1018 de Dynavax. Le candidat conçu pour se protéger contre le coronavirus de Wuhan, en Chine, est probablement moins efficace contre certaines variantes. En un an, Clover a levé plus de 400 M$.

  Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson amplifient la production de leurs vaccins COVID-19 et prévoient d’augmenter les livraisons hebdomadaires de dizaines de millions d’ici la fin mars. Pfizer, qui expédie de 4 à 5 millions de doses par semaine, vise 13 millions par semaine d’ici la mi-mars. Moderna, qui a déjà doublé ses livraisons mensuelles auprès du Gouvernement américain et a jusqu’à présent fourni 45 millions de doses de son vaccin ARNm, prévoit de doubler à nouveau les livraisons mensuelles d’ici avril. La biotech américaine est aussi en bonne voie pour conclure trois promesses d’achat de 100 millions de doses pour fin mars, mai et juillet. Enfin J&J, qui ne disposait que de 2 millions de doses en stock la semaine dernière, devrait être en mesure d’en expédier 20 millions d’ici le 31 mars – à condition d’obtenir l’autorisation de la FDA à la mise sur le marché.

Coté

(BiotechFinances n°933 01/03/2021) Valneva (VLA) débute une étude sur l’homogénéité des lots cliniques de phase 3 de son candidat vaccin (VLA1553) contre le Chikungunya. Cette étude sera conduite en parallèle de l’étude pivot de phase 3 déjà en cours. VLA1553 est actuellement le seul candidat vaccin contre le chikungunya en étude clinique de phase 3. À titre informatif, la biotech dont le vaccin contre le chikungunya recevra la première autorisation de mise sur le marché aux Etats-Unis sera éligible à l’obtention d’un bon d’évaluation prioritaire cessible (Priority Review Voucher) de la FDA.

Poxel (POXEL) va verser dans le cadre d’une procédure d’arbitrage environ 1,8 M€ à Merck Serono. Selon la biotech lyonnaise spécialisée dans les maladies métaboliques, dont le diabète de type 2 et la NASH, le tribunal arbitral a rejeté la majorité des demandes de la filiale du laboratoire allemand. Cette décision est définitive. Pour rappel, en 2019, Poxel avait été notifié de l’ouverture d’une procédure d’arbitrage par Merck Serono visant à résoudre la différence d’interprétation de leur contrat concernant la base de calcul des revenus de Poxel dans le cadre de l’accord de partenariat avec Roivant Sciences.

  Eurofins Scientific (EUFI) acquiert Beacon Discovery, une CRO axée sur la recherche des récepteurs couplés aux protéines G (GPCR). Beacon Discovery rejoindra la filiale Eurofins Discovery, l’un des leaders du marché avec un large portefeuille de services validés de pharmacologie in vitro, et chimie pour des solutions intégrées de découverte de médicaments. La transaction devrait être conclue dans les prochaines semaines.

Implanet (ALIMP), émet une nouvelle tranche d’obligations convertibles en actions de 500 k€ afin de financer le lancement commercial de la gamme de genou Madisontm avec son partenaire KICo en Australie et aux États-Unis. L’opération se réalise dans le cadre du financement obligataire mis en place par la medtech spécialisée dans les implants vertébraux et les implants de chirurgies du genou en mars 2018 avec European Select Growth Opportunities Fund.

Non coté

La Fondation Bill et Melinda Gates a accepté de financer Novartis pour créer un traitement de la drépanocytose à la fois curatif et accessible aux personnes vivant en dehors des pays riches. Une subvention initiale de 7,3 M$ sur trois ans soutiendra une équipe de recherche de Novartis dans le but de développer une thérapie génique in vivo pour la drépanocytose. En théorie, une telle thérapie pourrait être efficace après une seule perfusion directe. La drépanocytose est une maladie génétique qui provoque des épisodes de douleur intense et des complications de santé potentiellement mortelles. Bien que la maladie soit courante dans de nombreuses régions du monde, l’Afrique subsaharienne supporte environ 80 % de la charge de morbidité.

Le French Bioproduction Tour est lancé. Il s’agit d’un tour de France des unités de bioproduction en région, réalisé à l’initiative de Medicen Paris Région, Adebiotech, Allis-NA, Atlanpole Biotherapies, BioValley France, Clubster NSL, Eurobiomed, Genopole, Lyonbiopole, Mabdesign, le pôle des microtechniques (PMT) et Polepharma, et en partenariat avec le projet Bioproduction du Contrat Stratégique de filières Industries et Technologies de Santé (CSF ITS), le Grand Défi Biomédicaments, le LEEM et France Biotech, Chaque étape régionale mettra en avant les forces et la mobilisation des acteurs académiques, cliniques et industriels au travers notamment de tables rondes et de visites virtuelles de sites de bioproduction. Atlanpole Biotherapies et Polepharma ont inauguré la première étape du Tour en décembre 2020.

En vue

Patrick Alexandre

se réjouit que Crossject, spécialiste de dispositif à injection sans aiguille et dont il est le président fondateur, soit lauréate du plan de relance du Gouvernement. « Ceci nous permet de bénéficier d’une aide de 1,5 M€ qui contribuera à renforcer et sécuriser notre outil industriel et ainsi crédibiliser plus encore l’entreprise auprès de ses partenaires existants et potentiels en Europe et aux États-Unis ».


Murielle Cazaubiel

directrice du développement et des affaires médicales de Valbiotis annonce le début du recrutement de l’étude clinique de phase 2 pour le produit phare de la société TOTUM-070. « Cette étude devra démontrer l’efficacité clinique de notre substance active contre l’excès de LDL cholestérol sanguin, un facteur de risque majeur des maladies cardiovasculaires dans le monde ». Les résultats sont attendus début 2022.


Michele F. Robertson

devient directrice juridique de DBV Technologies et membre du Comité exécutif et s’efforcera notamment « à nous aider à gérer la complexité de nos interactions avec la FDA) » a déclaré Daniel Tassé, le directeur général de la biotech. Cette avocate a plus de 15 ans d’expérience dans les secteurs des sciences de la vie et de l’industrie pharmaceutique et a récemment fait partie du mangement de Mallinckrodt Pharmaceuticals.


Les chiffres

12 Mds$

C’est le montant du megadeal annoncé cette semaine aux États-Unis dans le segment des CRO : l’acquisition via une offre publique de PRA Health par Icon avec une prime de 30 % par rapport au cours de bourse.

8,4 Mds$

La taille du marché mondial des CRO précliniques devrait atteindre 8,4 Mds$ d’ici 2028
(Source : Grand View Research).

18

Cela a pris 18 mois et coûté 2 M$ à l’intelligence artificielle d’Insilico Medicine pour découvrir une cible biologique liée à la fibrose pulmonaire idiopathique et concevoir une nouvelle molécule capable potentiellement de traiter la maladie avec un nouveau mécanisme d’action.