dimanche 7 juin 2020


Monde

Une plainte “anonyme” aurait été déposée auprès de la Commission Européenne contre l’État Français et le CIR. Elle porte sur la différence de traitement entre les laboratoires académiques et privés concernant le Crédit Impôt recherche, les premiers bénéficiant d’un taux de CIR majoré de 60% contre 30% pour les autres.  Cette “concurrence déloyale” organisée est un point critique qui envenime de longue date les relations du secteur public de la recherche avec les acteurs du privé et leurs différentes organisations représentatives.

Biogen (BIIB) a présenté de nouvelles données positives dans la maladie d’Alzheimer avec son candidat-médicament l’aducanumab, à partir d’une nouvelle analyse portant sur une sous-population de patients. Ce produit a été évalué dans deux études de phase III, qui ont été arrêtées en mars dernier, suite à une analyse partielle des données. Avec ces nouveaux résultats, la société américaine devrait déposer une demande de commercialisation début 2020. Son cours de bourse a grimpé de 25 % durant la semaine.

Amgen (AMGN) annonce de nouveaux investissements en France sur les trois prochaines années, avec un fonds de dotation de 2.6 M€, consacré à des projets de recherche médicale. Un budget de 5 M€ sera pour sa part destiné à des partenariats avec des start-up, à l’image de ceux signés avec Owkin (lire Biotech Finances n°796), ou avec FeetMe (lire Biotech Finances n°871).

Filiale du groupe suisse Stragen Healthcare, Alaxia rejoint le consortium iABC (Inhaled Antibiotics in Bronchiectasis and Cystic Fibrosis). Ce projet, composé dorénavant de 22 membres, vise à faire progresser le développement d’antimicrobiens inhalés qui ciblent la mucoviscidose et la bronchectasie. Ces patients sont particulièrement exposés aux infections respiratoires, souvent causées par des microbes résistants. Dans le cadre du consortium, Alaxia va accélérer le développement de son candidat médicament antibactérien pour la mucoviscidose, l’ALX-009. Ce produit, composé de l’ion Hypothiocyanite et de la protéine Lactoferrine, cible les bactéries Gram-négatives multi-résistantes aux antibiotiques.

Idorsia a pris du retard avec son essai de phase?III dans la maladie de Fabry avec le lucerastat qui inhibe la glucosylcéramide synthase. Le recrutement est plus lent que prévu, et pousse la biotech suisse à modifier la date d’achèvement de l’étude, prévue maintenant jusqu’en 2021. Même si la protection des médicaments orphelins commence lorsque le produit est sur le marché, un déploiement retardé entraîne un retard sur les concurrents (Protalix, Avrobio, Sangamo…) pour Idorsia. Son principal médicament reste néanmoins le dari-dorexant pour le traitement de l’insomnie, également en phase III. Idorsia est la deuxième biotech de Jean-Paul Clozel, auparavant à l’origine d’Actelion, biotech rachetée 30 Md$ par J&J en 2017.

Coté

Genomic Vision (GV) annonce des résultats prometteurs liés à son partenariat stratégique avec le Children’s Medical Research Institute (CMRI, Sydney), portant sur la compréhension des effets de la longueur des télomères sur l’évolution de pathologies complexes. Les télomères sont des régions situées à l’extrémité de chaque chromosome. Le partenariat établi en mai 2018 visait à explorer la corrélation entre le raccourcissement des télomères et l’apparition du cancer. La nouvelle approche de Genomic Vision basée sur le peignage moléculaire, appelée “Telomere Length Assay (TLA)”, permet de distinguer les variations de longueur des télomères. La commercialisation d’outils de screening destinés à l’oncologie fait partie d’un des trois axes de développement stratégique de la biotech, avec les tests de dépistage du cancer du col de l’utérus (HPV), et le contrôle qualité des activités de bio-production.

Abivax (ABVX) annonce les résultats de sa phase IIa dans la rectocolite hémorragique (RCH) modérée à sévère, avec des patients ne répondant pas aux immunomodulateurs. Après 12 mois de traitement par le candidat-médicament oral ABX464, 75% des patients inclus avaient atteint le stade de rémission clinique. L’étude a été menée dans sa totalité chez 19 patients. Au cours du traitement, les patients ont réduit leur score total de Mayo en moyenne de 8,7 à 1,9

Biocorp (ALCOR) a présenté au salon international PDA (Parental Drug Association) son dispositif Injay permettant de faire évoluer toute seringue pré-remplie (PFS) en dispositif connecté. Ces seringues sont utilisées notamment pour une administration plus précise de médicaments parentéraux. Injay permet d’obtenir un meilleur traçage, puisque les informations, telles que le nom du médicament, son numéro de lot, sa date de péremption, seront directement remontées dans une application sur smartphone. Le dispositif Injay peut être adapté à tout format de PFS, et comprend un système de verrouillage pour éviter la réutilisation de la seringue.

Nicox (COX) annonce des résultats d’analyses complémentaires de son étude de phase II Dolomites avec le NCX 470 pour la réduction de la pression intraoculaire (PIO) chez les patients atteints de glaucome à angle ouvert ou d’hypertension oculaire. Des premiers résultats positifs ont été publiés début octobre. Avant cette fin d’année, la biotech attend également les résultats de la phase II avec NCX 4251 chez des patients présentant des épisodes aigus de blépharite. Nicox annonce l’initiation d’un programme clinique de phase III prévue au 2e trimestre 2020.

Gensight (SIGHT) a publié une position de trésorerie nette de 5,1M€ à fin septembre. À cette somme s’ajoute le remboursement du crédit Impôt Recherche, pour un montant de 4,3M€, que la biotech parisienne devrait percevoir « dans les prochains jours ». L’autonomie financière de la société ne depasse pas le 1er trimestre 2020 et les dirigeants sont actuellement en quête d’une solution de financement, « de préférence non-dilutive?». Gensight prévoit un meeting pré-soumission avec l’EMA début 2020, pour son produit phare GS010, en vue du dépôt du dossier d’autorisation au 3e trimestre 2020. Par ailleurs, une réunion est prévue avec la FDA le 19 décembre.

Implanet (ALIMP) annonce que sa technologie JAZZ Lock, un implant polyvalent pour le traitement des pathologies rachidiennes, a été brevetée au Japon. Il s’agit d’un marché stratégique pour la société française puisque l’Empire du soleil levant est le 3e plus grand marché de la colonne vertébrale au monde, derrière les États-Unis et la Chine, et est évalué à 400 M$.

Amplitude Surgical (AMPLI) annonce à fin juin 2019 une trésorerie de 19,6 M€, avec un chiffre d’affaires de 102,6 M€ sur l’exercice 2018-19. Une progression de + 2,2% par rapport à l’exercice précédent, liée aux activités aux États-Unis en croissance de +19,4% à taux de change constant.

Non coté

TheraPanacea remporte le 1er prix des start-up EDF Pulse. Plus de 330 projets ont été examinés dans les domaines du bien-être connecté, du travail et des territoires durables. Chaque lauréat remporte une campagne de communication ainsi qu’une dotation financière de 30K€ à 100K€.

Pixee Medical boucle une série A de 2 M€ menée par Turenne Capital, et suivie par Invest PME et Crédit Agricole Franche-Comté Investissements. La medtech, qui a déjà levé en amorçage 0,5 M€ en mars 2018, met au point un dispositif de réalité augmentée destiné à guider les chirurgiens dans leurs interventions. Son premier produit, qui cible les opérations d’implantation de prothèse de genou, est en cours d’obtention du marquage CE et devrait candidater pour son équivalent américain, le FDA 510K, début 2020. Pixee souhaite également profiter de cette somme pour développer son logiciel pour les opérations de l’épaule ou de la hanche.

Quattrocento met en place une collaboration avec la plateforme de crowdfunding Wiseed, afin de financer auprès de particuliers les sociétés en croissance du company builder (lire Biotech Finances n°840). Le 1er projet d’investissement sera Myriade, qui a lancé la commercialisation de Videodrop, une technologie d’imagerie de particules nanométriques.

La Commission Européenne a désigné le premier organisme notifié pour l’évaluation des dispositifs de diagnostic in vitro dans le cadre du nouveau règlement (lire Biotech Finances n°856). Il s’agit de l’entreprise allemande Dekra. Neuf autres sociétés sont actuellement en cours d’évaluation. La Commission Européenne a précisé qu’une vingtaine d’organismes devraient obtenir cette désignation d’ici la fin d’année.

En vue

Corinne Blachier Poisson

La Directrice Générale d'Amgen France a lancé cette semaine Amgen Innovations, un programme d'investissement de 8 M€ sur trois ans destiné à « valoriser la recherche française et l'attractivité du territoire » à travers le soutien de projets et d’initiatives pour prédire les maladies, mieux les prévenir et protéger les patients et soignants.


Paul Chaplin

Le patron britannique de la biotech danoise Bavarian Nordic réussit un beau coup en rachetant deux de ses vaccins à GSK. L’opération qui se décompose en un upfront de 301M€ et qui pourrait atteindre jusqu’à 955 M€ lui permet de faire entrer dans son pipe le Rabipur (Rabavert aux États-Unis et au Canada), un vaccin antirabique, et l’Encepur, indiqué contre l'encéphalite à tiques.


Emily Leproust,

CEO de Twist Bioscience, vient de recevoir avec sa société le prix Galien MedStartUp. Ce prix récompense les start-up les plus prometteuses, nées de partenariats internationaux entre des innovateurs français et nord-américains.


Les chiffres

300 millions

Environ 300 millions de personnes souffrent d’une maladie rare,
soit 4% de la population mondiale.

70%

Parmi l’ensemble des maladies rares répertoriées, 72% sont d’origine génétique, et 70% débutent dès l’enfance.

149

Sur les plus de 6000 maladies définies dans l’étude, seulement 149 sont responsables à elles seules de 80% des cas de maladies rares répertoriées dans le monde.