mardi 4 août 2020


Monde

Pfizer et BioNTech nouent un partenariat avec le Royaume-Uni pour 30 millions de doses de candidat vaccin à base d’ARNm contre le SRAS-CoV-2, sous réserve d’approbation ou d’autorisation réglementaire. La biotech allemande ambitionne de commencer un essai de phase 2b/3 ce mois-ci, de demander un examen réglementaire dès octobre, puis de fabriquer jusqu’à 100 millions de doses d’ici fin 2020 et plus de
1,3 milliard de vaccins d’ici la fin de l’année suivante.

Forbion, annonce le premier closing à hauteur de 185 M€ de son nouveau fonds Forbion Growth Opportunities Fund («Forbion Growth»). Ce véhicule cible les entreprises de Healthtech mature avec un minima d’investissement de 30 M€ par deal et l’intention d’être le lead dans chaque opération. Les investisseurs historiques de Forbion, Pantheon, KfW Capital et le fonds européen d’investissement (FEI) ont de nouveau abondé dans Forbion. Les nouveaux arrivants sont Eli Lilly, Horizon Therapeutics (Nasdaq : HZNP), Belgian Growth Fund et New Waves Investments.

GSK et CureVac ont signé un accord de collaboration pour le développement, la fabrication et la commercialisation de cinq vaccins à base d’ARNm et anticorps monoclonaux (mAbs) ciblant des maladies infectieuses. Les programmes existants, notamment sur l’ARNm COVID-19 de CureVac, ne sont pas inclus dans leur collaboration. GSK va investir au total 150 M€, soit environ 10 % du capital de la biotech allemande, avec un paiement initial de 120 M€. Les 30 M€ restants seront versés lors de lors de la certification de l’usine de fabrication à l’échelle commerciale de CureVac, actuellement en construction en Allemagne.

Coté

Valneva (VLA) a conclu un accord non contraignant avec le gouvernement britannique pour fournir jusqu’à 100 millions de doses de son candidat vaccin à virus inactivé contre le SRAS-CoV-2. Ce dernier sera fabriqué dans l’usine de Valneva située à Livingston (Écosse). Le financement de travaux d’extension sur ce lieu de production fait actuellement l’objet de négociation. Valneva espère débuter les essais sur l’homme avant fin 2020, avec une potentielle autorisation de mise sur le marché au deuxième semestre 2021. Les britanniques devraient également contribuer aux frais des études cliniques.

Aptorum Group (Nasdaq/Euronext : APM) entre sur Euronext. Les 7 950 986 actions ce groupe biopharmaceutique resteront également cotées sur le Nasdaq Global Market sous le symbole APM. Le prospectus d’Aptorum a reçu son visa de l’AMF le 16 juillet 2020.

Genomic Vision (GV) présente une trésorerie de 2,3 M€ au 30 juin 2020 contre 1,1 M€ au 31 décembre 2019. Cette amélioration est liée en grande partie au 2,5 M€ issus du tirage de la 3ème et de la 4ème tranche du programme de financement mis en place avec Winance en mars 2019. Le mois dernier, la biotech a établi une nouvelle ligne auprès de la même société d’investissement pour un montant maximum de 12 M€, afin de sécuriser sa stratégie de développement sur les 2 ou 3 prochaines années.

Voluntis (VTX) s’associe avec Biocon Biologics, filiale de Biocon dédiée aux biosimilaires, afin que sa solution Insulia, une thérapie digitale homologuée par la FDA et marquée CE, soit proposée aux personnes atteintes de diabète de type 2 utilisant les insulines du géant indien. Cet outil fournit des recommandations automatisées sur les doses à respecter pour permettre aux personnes diabétiques de gérer eux-mêmes leur traitement. À terme, Biocon souhaite étendre l’utilisation de la plateforme de Voluntis à toute sa gamme d’insulines.

Adocia (ADOC) fait part d’une position de trésorerie de près de 36 M€ à fin juin 2020, contre 43,7 M€ six mois plus tôt. La biotech lyonnaise planifie le démarrage au cours de l’été d’une phase 3 avec BC lispro en Europe et aux États-Unis. Elle souhaite également lancer au quatrième trimestre 2020 une étude de phase 2 sur des patients diabétiques de type 1 traités sur 3 mois avec M1Pram, une combinaison de pramlintide avec l’insuline.

Steve Doares rejoint Cellectis (ALCLS) en tant que Vice-Président Sénior, US Manufacturing et Directeur du site de Raleigh en Caroline du Nord après avoir été Vice-Président, Global Manufacturing Sciences chez Biogen. Il était antérieurement responsable du transfert de technologies et des procédés vers la fabrication GMP, depuis les étapes cliniques jusqu’à la commercialisation pour le portefeuille de produits thérapeutiques de Biogen en interne et en externe.

GeNeuro (GNRO) publie une trésorerie nette de 10,5 M€ au 31 juin, après avoir réalisé un placement privé de 17.5 M€ en janvier. Ce montant permet à la biotech suisse d’assurer ses financements jusqu’à mi-2022. Le mois dernier, GeNeuro démarrait une nouvelle étude de phase 2 avec temelimab dans la sclérose en plaques (SEP), qui avait été reporté en raison de la pandémie. Les résultats restent attendus pour le second semestre 2021.

Genkyotex (GKTX), disposait d’un niveau de trésorerie de 5,1 M€ au 30 juin 2020. Sa visibilité financière s’étend jusqu’à la fin février 2021.

Eos Imaging (EOSI) présente un chiffre d’affaires de 11 M€ sur les six premiers mois de l’année, soit une croissance de 84 % par rapport au premier semestre 2019. La pandémie du COVID-19 a néanmoins eu des répercussions sur les commandes d’équipements, qui sont passées de 5,0 M€, contre 12,8 M€ un an plus tôt. La position de trésorerie de la medtech s’élève à 9,9 M€ au 30 juin 2020.

Implanet (ALIMP) va commercialiser ses implants de prothèse totale de genou MADISON aux États-Unis, via un contrat de distribution signé avec KICo. Les premières chirurgies sur le sol nord-américain devraient intervenir au cours du mois d’août avec l’implant qui a obtenu l’approbation de la FDA en octobre 2019. Les États-Unis représente le premier marché au monde avec plus de 760 000 chirurgies du genou par an en première intention.

Poxel (POXEL) affiche une trésorerie de 46 M€ à la mi-2020. Lors des six derniers mois, Poxel a réalisé une augmentation de capital de 17,7 M€ pour accélérer le développement du PXL770 et du PXL065 (Lire “Poxel : 35 M€ de cash pour la Nash” dans Biotech Finances n°901). Les résultats de l’étude de phase IIa du PXL770 dans la Nash sont attendus pour la fin du troisième trimestre 2020. La demande d’enregistrement au Japon de l’Imeglimine pour le traitement du diabète de type 2 est prévue à cette même période, avec un objectif de lancement commercial en 2021.

 

Non coté

Genoscience obtient un financement de 4,3 M€ dans le cadre de l’appel à projets PSPC-COVID, opéré pour le compte de l’Etat par Bpifrance, afin de réaliser une phase 2 avec GNS561 le produit phare de la biotech marseillaise. Cet essai sera mené sur 200 patients atteints du COVID-19 présentant des symptômes légers et modérés. En parallèle, Genoscience programme un début de phase 2a au troisième trimestre 2020 avec son composé dans le cancer du foie primitif, et dans celui du côlon et du pancréas avec métastases hépatiques (Lire “Genoscience, deux cartes à jouer pour une Breakthrough therapy” dans Biotech Finances n°883).

T3 Pharmaceuticals boucle un troisième tour à hauteur de 23,3 M€ auprès de Boehringer Ingelheim Venture Fund (BIVF), Reference Capital Wille Finance et des investisseurs privés. Depuis sa création en 2015 cette société d’immuno-oncologie qui développe sa plateforme de délivrance de protéines à base de bactéries a levé 37,3M€. L’innovation portée par l’entreprise consiste à fournir des protéines bioactives de manière sélective aux cellules cancéreuses à l’aide de bactéries vivantes aurait le potentiel de révolutionner le traitement des tumeurs solides.

ElsaLys Biotech, filiale de Mediolanum Farmaceutici, a reçu l’accord de la FDA pour lancer le processus de soumission de LEUKOTAC® (inolimomab) pour une demande de mise sur le marché dans le traitement de la maladie aiguë du greffon contre l’hôte réfractaire aux stéroïdes (aGvHD), chez les patients adultes de grade II-IV. La prochaine étape auprès de la FDA interviendra en septembre 2020 et portera sur la CMC (chimie, fabrication et contrôles).

En Espagne, Arthex Biotech (ARTHEx) clôture un tour de 4,25 M€ auprès d’Advent France Biotechnology (AFB) et d’Invivo Ventures. La société développe un traitement ARN antisense contre les microARN dans la dystrophie myotonique de type 1 (DM1). Co-fondée par les Drs. Rubén Artero et Beatriz Llamusí, avec le soutien d’Invivo Ventures via un financement d’amorçage la société a levé 6,9 M€ depuis sa création en septembre 2019.

MagIA diagnostics, compte commercialiser d’ici 2022 son mini-laboratoire portable qui réalise, en 15 minutes, à partir d’une goutte de sang prélevé au bout du doigt, un panel complet d’analyses sur les 3 maladies que sont l’Hépatite B et C et le VIH. L’entreprise vient de lever à cet effet 3 M€ dont 1,3 M€ auprès de ses investisseurs historiques auquel et 1,7 M€ de Bpifrance.

 

En vue

Davide Molho

Succède à Bob van Gemen au poste de PDG de Viroclinics Biosciences à compter du 1er août 2020. Une succession programmée de longue date pour cette CRO de premier plan dans le domaine de la virologie.


Ian Huen

Fondateur, Président-directeur général et Directeur exécutif d’Aptorum group (Nasdaq : APM) a lancé une et obtenu l’apporbation de l’AMF pour une procédure de Fast Path, de ses actions ordinaires de catégorie A (les « Actions ») sur le compartiment professionnel d’Euronext Paris.


Joyson Karakunnel

Rejoint Innate Pharma au poste de Vice-président exécutif et Directeur Médical. Pierre Dodion, Directeur Médical d’Innate Pharma depuis 2014, part à la retraite. Joyson Karakunnel était Directeur Médical et Vice-président senior chez Tizona Therapeutics, qui a été rachetée récemment à 49,9 % par Gilead.


Michel Detheux

Le CEO de Iteos therapeutics (ITOS) qui a propulsé son entreprise sur le Nasdaq escompte collecter quelque 173,3 M€ en échange de 10 586 316 actions ordinaires de la société.


Claire Biot

Rejoint le conseil d’administration de Mauna Kea Technologies, en tant qu’administratrice indépendante. Diplômée de l’École Polytech.nique et docteur en immuno-oncologie, elle occupe actuellement la fonction de vice-pré.sidente industrie des sciences de la vie chez Dassault Systèmes.


Les chiffres

7,4%

Les ventes de médicaments sur ordonnance devraient atteindre près de 1 400 Mds$, soit une croissance annuelle de 7,4 % sur les six prochaines années.

61 Mds$

Roche sera le premier fabricant de médicaments sur ordonnance en 2026 avec un chiffre d’affaires de 61 Mds$. 80 % de cette somme serait issue des ventes de produits biologiques.

24,9 Mds$

Keytruda, l’immuno-thérapie de Merck and Co, devrait être le médicament le plus vendu dans le monde, avec 24,9 Mds$ de ventes annuelles d’ici six ans.

3,2%

Les dépenses de R&D de l’industrie pharmaceutique devraient augmenter annuellement de 3,2 % jusqu’en 2026, soit un rythme ralenti par rapport à la période 2012 - 2019, les dépenses annuelles augmentaient chaque année de 4,6 %.