jeudi 6 mai 2021


Monde

(BIOTECHFINANCES N°941 Lundi 26 avril 2021) Valneva lance une étude pivot de phase 3 pour son candidat vaccin inactivé et adjuvanté contre la COVID-19. Cet essai va comparer VLA2001, au vaccin Vaxzevria d’AstraZeneca. Environ 4 000 participants recevront deux doses de l’un des deux vaccins. L’étude est menée au Royaume-Uni et soutenue financièrement par le Gouvernement britannique. Sous réserve des résultats positifs, Valneva prévoit de soumettre des demandes d’autorisation de mise sur le marché à l’automne 2021. Dans cet objectif, la biotech a par ailleurs décidé de mener des négociations bilatérales, pays par pays en Europe et ne donnera « plus la priorité aux discussions de fourniture centralisée avec la Commission Européenne » entamées au 3e trimestre 2020. Rappelons que celles-ci portent sur la commande potentielle de 60 millions de doses de vaccin.

Xenothera et le CHU de Nantes ont terminé les inclusions de la seconde phase de l’essai clinique testant l’efficacité de XAV-19 contre la COVID-19. Au total, 398 patients ont été inclus dans cette étude qui évalue, chez les patients présentant une pneumonie modérée liée à la COVID, l’anticorps polyclonal spécifique développé par Xenothera. Les premiers résultats de cet essai de phase 2/3 sont attendus à l’été.

La biotech suisse Debiopharm, qui développe des traitements oncologiques et antibiotiques, lance un challenge mondial visant à mettre au point une nouvelle formulation pharmaceutique unidose des vaccins à ARNm contre la COVID-19. Par l’intermédiaire d’InnoCentive, une plateforme de crowdsourcing ouverte axée sur l’innovation, le défi a été lancé à des participants du monde entier issus de divers horizons. Ceux-ci ont jusqu’à fin mai 2021, pour soumettre une proposition écrite. La solution gagnante sera récompensée par un prix et acquise par Debiopharm.

  L’EMA a confirmé un « lien possible » entre le vaccin contre le coronavirus de Johnson & Johnson et un effet secondaire extrêmement rare mais grave qui a poussé les États-Unis à suspendre les vaccinations la semaine dernière. L’effet secondaire en question implique une combinaison potentiellement mortelle de caillots sanguins mais « 8 cas seulement ont été identifiés aux États-Unis après environ 7 millions de vaccinations » rappelle l’agence européenne. L’EMA a donc réaffirmé que les avantages du vaccin de J & J et son efficacité dans la prévention du COVID-19 l’emportaient toujours sur les risques, et a recommandé l’ajout d’un avertissement sur l’étiquette du produit. De son côté, J&J a déclaré qu’il reprendrait prochainement les expéditions vers l’Europe.

Aux États-Unis, la CRO Medable, spécialiste des essais cliniques décentralisés, lève 78 M$. Le tour est conduit par Sapphire Ventures rejoint par un nouvel investisseur Obvious Ventures et aux côtés des actionnaires déjà présents au capital, GSR Ventures, PPD et Streamlined Ventures. Ce financement intervient moins de six mois après une levée de 91 M$. La société californienne profite de l’engouement pour les études sans site dans le contexte pandémique.

Aux Pays-Bas, Anavo Therapeutics boucle un tour d’amorçage de 20 M€ pour créer un pipeline de modulateurs de phosphatases allostériques. Le financement a été dirigé par M Ventures et INKEF Capital, et codirigé par Taiho Ventures et Bioqube Ventures. Les fonds seront utilisés pour faire progresser un portefeuille de médicaments en oncologie et établir une plate-forme polyvalente dans de multiples indications. L’équipe de direction d’Anavo, le Dr Birgit Zech et le Dr Gerhard Müller, s’appuient sur plusieurs années d’expérience commune dans l’industrie biopharmaceutique et sont aussi les co-fondateurs de Gotham Therapeutics.

La société d’investissement suisse Pureos Bioventures annonce le closing de son premier fonds de capital-risque dédié à la biotechnologie, à 170 M€. Il investira dans des start-up majoritairement suisses et européennes à un stade préclinique ou clinique, en mettant l’accent sur les nouveaux médicaments biologiques et les technologies émergentes comme les acides nucléiques, les thérapies cellulaires et géniques. Certaines indications seront privilégiées notamment l’oncologie, l’immunologie, l’ophtalmologie, les maladies rares et les neurosciences. Pour son premier fonds, Pureos construit un portefeuille de 17 à 20 entreprises. Parmi les 10 investissements déjà réalisés, 3 concernent des entreprises françaises : Corlieve Therapeutics, Eyevensys, Imcheck Therapeutics. Le mois dernier, Lava Therapeutics, l’une des sociétés du portefeuille est entrée au Nasdaq.

Coté

(BIOTECHFINANCES N°941 Lundi 26 avril 2021) Erytech Pharma (ERYP), lance auprès de la FDA le processus de demande d’autorisation de mise sur le marché de son produit phare, eryaspase, chez les patients atteints de leucémie aiguë lymphoblastique qui ont développé des réactions d’hypersensibilité à la PEG-asparaginase. Erytech a débuté un dialogue avec la FDA en 2020, laquelle a confirmé le besoin médical non satisfait et a invité la société à solliciter une réunion pour discuter du potentiel de l’étude de phase 2 à servir de base à une éventuelle approbation aux États-Unis. En fonction de l’issue de cette réunion, Erytech pourrait soumettre la demande d’enregistrement de licence biologique au cours du second semestre 2021.

  Quantum Genomics (ALQGC) annonce la fin de sa collaboration avec le laboratoire chinois Qilu Pharmaceutical relative au développement et à la commercialisation de son produit firibastat en Chine. Les deux entreprises ne sont pas parvenues à aligner leurs positions sur le développement du candidat-médicament first-in-class pour le traitement de l’hypertension artérielle résistante.  En conséquence, la biotech française qui développe une nouvelle classe de médicaments cardiovasculaires, retrouve les droits de firibastat pour le marché Chinois et reprend les discussions qui étaient engagées avec d’autres laboratoires internationaux.

  Mauna Kea Technologies (MKEA) lance une augmentation de capital de 9,3 M€ dans le cadre d’un accord avec Kepler Cheuvreux qui lui garantit la souscription des actions émises. La medtech qui développe une plateforme multidisciplinaire d’endomicroscopie laser confocale par minisonde et par aiguille, disposait fin décembre d’une trésorerie de 8,6 €, lui permettant de faire face à ses échéances jusqu’au 31 août 2021. Avec ce financement en fonds propres elle a les moyens de poursuivre ses activités jusqu’au second trimestre 2022

Non coté

(BIOTECHFINANCES N°941 Lundi 26 avril 2021) Un premier patient a été traité à I-motion, la plateforme d’essais cliniques pédiatriques pour les maladies neuromusculaires situé à l’hôpital Trousseau, à Paris, dans le cadre de l’essai de thérapie génique mené par Généthon dans la myopathie de Duchenne. Un jeune garçon a reçu une première dose de thérapie génique GNT 0004. Il est le premier d’un essai multicentrique international de phase 1/2/3, approuvé par l’ANSM et au Royaume-Uni par la British Medicines & Healthcare products Regulatory Agency. Le critère principal de l’essai est l’évaluation de l’évolution, à un an, des capacités motrices des sujets traités.

La medtech Chronolife s’associe à TMM Software pour proposer aux professionnels de santé un service de télésurveillance médicale continue des patients atteints de pathologies chroniques notamment respiratoires. Ce partenariat associe KeeSenseTM, le T-shirt connecté de Chronolife marqué CE classe Ila, à la plate-forme de télésuivi médical apTelecare de TMM Software, pour traiter en temps réel des alertes, entraînant une prise de décision thérapeutique rapide et appropriée. Les deux entreprises démarrent cette collaboration en France, avant de développer des initiatives similaires à l’international, notamment au Maroc où TMM Software équipe l’ensemble de la population pour le suivi des effets indésirables liés à la vaccination contre la COVID-19.

En vue

Thomas Baetz

arrive chez Genfit au poste de directeur financier. Il rejoint le comité exécutif de la biotech spécialisée dans les maladies hépatiques et métaboliques. Au cours de ses 18 ans d’expérience internationale en finance d’entreprise, il a notamment travaillé chez Dragon Financial Partners, Impeto Medical et Cegedim.


Stéphanie Magner

intègre le comité exécutif de Genfit en tant que responsable de la compliance. Elle est depuis 2016 directrice adjointe des affaires juridiques, et avant cela a été avocate pendant près de 10 ans au sein de Jones Day. Elle était membre des Barreaux de New York et de Paris.


Jérôme Guillemont

prend la tête du département de drug discovery de NovAliX et intègre le comité exécutif. Fort de 30 ans d’expérience, le Dr Guillemont a participé à la découverte de candidats-médicaments dans des domaines thérapeutiques tels que les antibactériens, la gastro-entérologie et la virologie. Afin de renforcer l’équipe, les Dr Laurence Mevellec et Olivier Querolle rejoignent aussi la CRO strasbourgeoise en qualité de directeurs de la chimie médicinale.


Les chiffres

824 M$

C’est le montant du fonds inaugural de TCG Crossover (« TCG X »), en partenariat avec The Column Group.

9,8 Mds$

Le marché des technologies de PCR devrait atteindre 9,8 Mds$ d’ici 2025 contre 7,2 Mds$ en 2020. (Source MarketsandMarkets.)

24,2 Mds$

Le marché mondial du séquençage de nouvelle génération (NGS) devrait atteindre 24,2 Mds$ d’ici 2026 contre 10,3 Mds$ en 2021. (Source MarketsandMarkets.)

16,6 Mds$

Le marché mondial des diagnostics moléculaires estimé à 8,53 Mds$ en 2020 devrait atteindre 16,58 Mds$ d’ici 2028. (Source Verified Market Research).