lundi 1 mars 2021


Monde

(BIOTECHFINANCES  N°928 Lundi 25 janvier 2021) A Wall Street, les biotechs développant des médicaments d’édition de gènes suscitent l’intérêt des investisseurs en ce début d’année. Cette semaine, Beam Therapeutics et Verve Therapeutics ont annoncé des levées de fonds. Beam va recevoir 260 M$ via un placement privé d’actions et espère ainsi pouvoir commencer les études de sa thérapie d’édition génique chez l’homme une fois l’aval de la FDA obtenu. De son côté, Verve a clôturé une série B de 94 M$ pour faire progresser son traitement principal. Ces thérapies qui visent à remplacer les gènes manquants ou défectueux par une copie fonctionnelle ont subi des revers ces dernières années. Plusieurs des traitements les plus avancés se sont heurtés à des obstacles réglementaires de la FDA et ont rencontré des problèmes de sécurité ou de données décevantes. Les trois précurseurs dans l’édition génique, CRISPR Therapeutics, Editas Medicine et Intellia Therapeutics valent ensemble aujourd’hui 25 Mds$. Pour sa part, Beam, encore loin du traitement d’un patient avec l’un de ses médicaments, vaut 6,5 Mds$. Son cours a grimpé de 560 % depuis son IPO en février 2020.

Le géant américain Biogen collabore avec Apple, pour étudier comment mieux surveiller les capacités cognitives et dépister tout déclin, y compris l’apparition de troubles cognitifs légers (TCL), grâce à l’Iphone ou l’Apple Watch. L’étude observationnelle sera lancée dans le courant de l’année 2021 et conduite pendant plusieurs années auprès de jeunes adultes et de sujets âgés présentant des résultats différents aux tests cognitifs. Les enjeux sont importants cette année pour Biogen, puisque les régulateurs américains, européens et japonais décideront du sort de son médicament expérimental contre la maladie d’Alzheimer, l’aducanumab. S’il était approuvé, l’aducanumab deviendrait le premier médicament commercialisé pour traiter la cause sous-jacente de cette maladie et probablement un block buster.

Adagene envisage de lever jusqu’à 125 M$ lors de son IPO au Nasdaq pour chasser sur les marchés de Pfizer et BMS. La biotech chinoise spécialisée en oncologie s’appuie sur une technologie « permettant d’aller bien au-delà de ce qu’il est possible de faire avec des anticorps conventionnels, naturels ou synthétiques ». Ses candidats offriraient un avantage sur d’autres médicaments ciblant le CD137 et le CTLA-4. L’IPO financera le la phase 1 de ses trois principaux candidats dans les tumeurs solides.

Joe Biden a réuni une équipe de scientifiques pour l’aider sur la gestion COVID-19. Le professeur Eric Lander devrait ainsi occupé la fonction de conseiller scientifique présidentiel mais aussi celle de directeur du bureau de la politique scientifique et technologique. La nomination du pionnier du séquençage du génome est considérée comme un geste positif par les industriels de la santé. Le président américain s’entourera également de deux femmes professeurs : experte en ingénierie des protéines, Frances Arnold a été la première américaine à remporter le prix Nobel de chimie ; Maria Zuber, spécialisée en géophysique et en science planétaire, a été la première femme à diriger une mission de vaisseau spatial de la NASA et a présidé le National Science Board. De son côté, Francis Collinsquant reste directeur des National Institutes of Health.

Le laboratoire américain Eli Lilly réalise un investissement en commandite de 30 M$ dans Unseen Capital Health Fund, un fonds américain de capital-risque destiné à soutenir les fondateurs noirs ou appartenant à des minorités raciales de start-up du secteur de la santé. En plus de financer ces entreprises, le fonds en ciblera d’autres travaillant sur des solutions pour les communautés marginalisées. Une analyse sur les 25 VC amércains dans les sciences de la vie les plus actifs aux États-Unis a révélé que les fondateurs noirs ne reçoivent que 1 % des dollars du capital-risque. Pire encore, les fondatrices noires ne reçoivent que 0,2% de tout le financement. Avec la participation de Eli Lilly, Unseen Capital qui investit déjà dans des entreprises devrait atteindre 100 M$ de collecte.

En France, selon un sondage Odoxa effectué en novembre dernier auprès de 1000 personnes de plus de 18 ans : 8 Français sur 10 plébiscitent les sociétés de biotechnologie, plus de 6 sur 10 conseilleraient à un investisseur de flécher leur financement vers ce secteur et 7 sur 10 pousseraient un jeune diplômé à postuler et à travailler dans une société innovante de ce type. « Cette crise a aussi permis de mieux faire connaître au grand public notre écosystème, ses singularités et les raisons d’être de ses innovations en faveur des patients et du système de santé » a commenté Franck Mouthon, Président de France Biotech.

Coté

(BIOTECHFINANCES  N°928 Lundi 25 janvier 2021) Biophytis (ALBPS) annonce son projet d’IPO au Nasdaq. La biotech cotée sur Euronext et spécialisée dans les traitements qui ralentissent les processus dégénératifs liée au vieillissement a déposé un document d’enregistrement auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) le gendarme boursier américain. Elle espère lever sur le marché américain environ 15 M$

Quantum Genomics (ALQGC) lance une étude de phase 3 dans l’hypertension artérielle difficile à traiter ou résistante avec son candidat Firibastat. 750 patients recevront soit du firibastat (1000 mg en une seule prise par jour), soit un placebo, en plus de leur traitement en cours. Le critère d’évaluation principal sera la réduction de la pression artérielle systolique. Le recrutement du premier patient sera réalisé au deuxième trimestre 2021 et les résultats d’efficacité et de sécurité à 6 mois sont attendus pour mi-2023, permettant le dépôt des demandes d’autorisations de mise sur le marché en 2023. Le coût de cette étude était prévu au budget et sera financé grâce aux partenariats conclus par Quantum Genomics.

Transgène (TNG) annonce que son candidat vaccin TG4050 a été administré à un premier patient atteint d’un cancer de la tête et du cou dans le cadre d’une étude de phase 1. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac, qui utilise une technologie d’Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient. Au final, 30 patients recevront TG4050 en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis. En parallèle, un autre essai clinique de Phase 1 évalue TG4050 chez des patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire. La première patiente a été traitée aux États-Unis. Les premières données issues des deux essais cliniques évaluant TG4050 sont attendues au second semestre 2021.

Genkyotex (GKTX) prévoit de lancer une étude clinique pivot de phase 2/3 dans la cholangite biliaire primitive (CBP), à partir du 2nd semestre 2021 avec son candidat setanaxib. Le protocole final doit encore être acté par la FDA. En parallèle, la biotech spécialiste des thérapies NOX, envisage cette année une étude de preuve de concept de phase 2 dans le cancer de la tête et du cou. L’essai évaluera l’administration du setanaxib, ciblant les fibroblastes associés au cancer en association avec une immunothérapie.

Non coté

Nouveal e-santé, éditeur de logiciel et prestataire de service numérique pour le télé suivi des patients vient de lever 3 M€ auprès du fonds Patient Autonome de Bpifrance. Nouveal est, en effet, détenue à ce jour majoritairement par La Poste et bénéficie notamment des infrastructures, des solutions et de l’expertise de Docapost pour poursuivre son développement et l’enrichissement de ses services. Docapost, filiale spécialisée dans le numérique de La Poste, annonçait voici quelques mois pouvoir atteindre un chiffre d’affaires potentiel de 730 M€ en 2020 et 6 500 collaborateurs. Olivier Vallet, Pdg de Docapost, vise le milliard d’euros de chiffres d’affaires en 2023.

Vect-Horus (Photo Alexandre Tokay CEO) complète sa série D avec 5,3 M€ supplémentaires collectés auprès d’investisseurs privés. Le tour de financement a débuté en septembre avec une première collecte de 6,7 M€ auprès de 3 family offices. Au total, les 12 M€ ainsi recueillis vont permettre à l’entreprise de poursuivre ses programmes ambitieux à la fois sur l’identification de nouveaux vecteurs, le développement en clinique d’agents théranostiques et la validation de sa technologie pour la délivrance d’anticorps thérapeutiques et d’acides nucléiques.

En vue

Janet Woodcock

prend les rênes de la FDA. Nommée quelques heures à peine après l’inauguration du président américain Joe Biden, elle, sucède à Stephen Hahn dont le mandat d’un an a été entaché par la pandémie COVID-19. Pendant 23 ans, Janet Woodcock a dirigé le Center for Drug Evaluation and Research.


Jean Franchi

intègre le conseil d’administration de Dynacure. Elle apporte plus de 30 ans d’expérience dans l’industrie biopharma et occupe actuellement la fonction de directrice financière de Replimune, une biotech au stade clinique cotée au Nasdaq.


Gwenan White

devient vice-présidente exécutive en charge de la communication et des affaires publiques au sein d’Ipsen à compter de mars 2021. Auparavant elle exerçait la fonction de directrice monde de la communication pharma chez Novartis.


Denis Hello et Stéphane Lepeu

entrent au conseil d’administration du Leem (Les Entreprises du Médicament). Denis Hello qui a commencé sa carrière chez Rhône-Poulenc, vient d’être promu Vice-Président, General Manager d’AbbVie France. Stéphane Lepeu occupe le poste de directeur général au sein de Delpharm et est également le président de CDMO France.


Catherine Dunand

est nommée présidente du conseil d’administration de Diabeloop, dont elle est membre depuis 2019. Diplômée de l’École Centrale de Lyon, elle est présidente du fonds Cemag Invest et siège aux conseils d’administration de plusieurs start-up de la santé comme Advicenne ou Wandercraft.


Les chiffres

1,5 Md$

Montant record qu’espère collecter Ortho Clinical Diagnostics lors de son IPO au Nasdaq. La medetch qui surfe sur la vague de COVID-19 a reçu des autorisations d’urgence de la FDA pour deux tests sanguins d’anticorps COVID-19 - et plus tôt ce mois-ci, a obtenu le feu vert pour un test d’antigène à haut volume capable de traiter 130 échantillons par heure.

57

C’est le nombre de nouveaux médicaments qui ont été approuvés par La FDA en 2020 avec un potentiel de vente dès la cinquième année estimé en cumulé à 21,6 Mds$ par les analystes d’EvaluatePharma.

23

Cela correspond à la quantité de projets évalués par la FDA dans le cadre d’un examen prioritaire - majoritairement liés à la COVD-19 - et qui ont été mis sur le marché en seulement 7 mois en moyenne contre un peu plus de 11 mois en temps normal.