mardi 25 janvier 2022


Monde

Aimmune a obtenu le soutien du comité consultatif de la FDA en faveur de l’approbation de son candidat-médicament Palforzia (AR101) pour la désensibilisation de l’allergie à l’arachide. Le vote des experts de l’agence sanitaire américaine ressort à sept contre deux à la question de l’efficacité et huit contre un sur celle de la sécurité. La biotech américaine attend le verdict de la FDA et l’autorisation de mise sur le marché courant janvier prochain. DBV Technologies, concurrente directe d’Aimmune avec son produit Viaskin Peanut, en profite. La biotech parisienne a déposé à nouveau son dossier d’enregistrement début août et peut espérer décrocher une AMM dans la deuxième moitié de 2020

Coté

Erytech Pharma (ERYP) publie une position de trésorerie de 94,5 M€ au 30 juin 2019, contre 134,4 M€ au 31 décembre 2018, avec une visibilité sur le financement de ses activités estimée à fin 2020. D’ici là, la biotech lyonnaise devrait obtenir les résultats de l’étude de phase II, IST, dans le traitement en seconde ligne de la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), ainsi qu’une analyse intermédiaire de l’étude clinique TRYbeCA1, une phase III menée avec Eryaspase dans le traitement en seconde ligne du cancer du pancréas.

Carmat (ALCAR) annonce le succès d’une levée de fonds par placement privé, de 60 M€, souscrite à un prix de 19 € par action, afin de couvrir ses besoins jusqu’à mi-2021. Le titre a perdu 8 % à la suite de l’annonce. Ces fonds vont servir à finaliser l’étude pivot menée en Europe, en vue d’obtenir le marquage CE en 2020, mais également à préparer la commercialisation de ses produits en augmentant la cadence de production de son usine de Bois-d’Arcy.

Inventiva (IVA) boucle une augmentation de capital de 8,2 M€ menée par le fonds d’investissement américain New Enterprises Associates (NEA), suivi par BVF Partners L.P. et Novo Holdings A/S, actionnaires existants, au prix d’1,99 € par action. Sofinnova, qui a investi avec son fonds Crossover I en avril 2018, s’est engagé à souscrire 0,6 M€ d’ici octobre. Des résultats cliniques sont attendus prochainement avec Odiparcil dans la mucopolysaccharidose de type VI (MPS VI), d’ici fin 2019 (phase IIa) et surtout avec Lanifibranor, dans la NASH (phase IIb) au premier semestre 2020.

OSE Immunotherapeutics (OSE) reçoit un paiement d’étape de 5,4 M€ de Bpifrance (PIA), dans le cadre du projet collaboratif EFFI-CLIN dédié au développement de BI 765063, un checkpoint inhibiteur myéloïde et antagoniste de SIRPa, développé en collaboration avec Boehringer Ingelheim. Ce paiement est déclenché, entre autres, par la fabrication des premiers lots BPF et le développement d’un outil utilisé pour caractériser le profil immunitaire des patients. Le produit est actuellement testé en phase I dans les tumeurs solides avancées. En juin dernier, la biotech nantaise a perçu 15 M€ de Boehringer Ingelheim, suite au traitement du premier patient. L’accord prévoit jusqu’à 1 Md€ de milestones potentiels.

Geneuro (GNRO) a dévoilé de nouvelles données cliniques issues de son étude ANGL-MS, extension de l’essai clinique CHANGE-MS, auprès de 220 patients souffrant de sclérose en plaques récurrente-rémittente et traités avec Temelimab, le produit phare de la biotech suisse. Ainsi, après deux ans de traitement, l’étude révèle des améliorations sur plusieurs marqueurs de la neurodégénérescence mesurés sur IRM, (atrophie du cortex cérébral, ratio de transfert de magnétisation, trous noirs) chez les patients ayant reçu le produit à haute dose (18 mg/kg), pendant une période totale de 96 semaines.

Onxeo (ONXEO) a dévoilé les premiers résultats intermédiaires de son essai de phase Ib DRIIV-1b évaluant son produit phare AsiDNA, un inhibiteur des mécanismes de réparation de l’ADN, chez trois patients souffrant de cancers du poumon métastasiques, en combinaison avec une chimiothérapie (carboplatine). Outre des données de tolérance jugées « bonnes » par le DMB, deux des trois patients présentent un contrôle de la tumeur (critère RECIST) depuis plus de quatre et cinq mois et sont toujours traités. Onxeo va initier la seconde partie de cette étude en association, cette fois, avec Carboplatine et Paclitaxel. De nouveaux résultats seront communiqués en fin d’année. Onxeo dispose d’une autonomie financière jusque mi-2020.

Nanobiotix (NANO) a dévoilé des premiers résultats de phase I positifs, dans un essai mené chez des patients atteints d’un carcinome hépatocellulaire (CHC) évaluant son produit phare NBTXR3. L’étude a révélé que NBTXR3 était bien toléré dans chacun des quatre niveaux d’escalade de doses. Et que la nanoparticule « radioenhancer » restait dans la tumeur.

Poxel (POXEL) annonce le lancement d’une étude de phase Ib à doses multiples et escalades de doses, avec PXL065, un stéréoisomer-R de la pioglitazone, en développement dans la NASH. Cette étude vise à déterminer la dose optimale en vue d’une étude pivotale, avec des premiers résultats attendus au quatrième trimestre 2019. La pioglitazone est un composé qui a déjà démontré son efficacité dans la NASH. Néanmoins, son utilisation est limitée en raison de son profil d’effets secondaires, tels que la prise de poids et la rétention d’eau. Des effets que pourrait prévenir une forme stéréoisomère-S du produit.

Theranexus (ALTHX) annonce achever le recrutement des patients dans son étude de phase Ib comparant l’efficacité de THN201 avec le traitement de référence des troubles neurocognitifs, dans la maladie d’Alzheimer. Les résultats sont attendus au quatrième trimestre. Ceux de l’essai clinique de phase IIa, mené avec THN102 dans la somnolence diurne excessive liée à la maladie de Parkinson, attendus sous peu, seront décisifs pour l’avenir de Theranexus (lire Biotech Finances no 846). En mars dernier, la biotech a abandonné près des deux tiers de sa capitalisation, suite à la publication de résultats d’une étude de phase II menée avec le même produit chez des patients narcoleptiques.

Nicox (COX) publie ses résultats du premier semestre 2019. Les dépenses opérationnelles ressortent à 11,4 M€ et la trésorerie à 17,3 M€ (augmentée à 22 M€ en tenant compte du chiffre d’affaires provenant de licences, perçu en juillet). La biotech attend deux résultats cliniques avant cette fin d’année : ceux de la phase II menée avec NCX 470 pour la réduction de la pression intraoculaire (PIO) chez des patients atteints de glaucomes à angle ouvert ou d’hypertension oculaire, et ceux de la phase II avec NCX 4251 chez des patients présentant des épisodes aigus de blépharite.

Celyad (CYAD) annonce la clôture d’une offre globale, comprenant une émission d’ADS sur le Nasdaq et un placement privé en Europe, et qui lui a permis de lever 20 M$. Le titre de la biotech belge a été suspendu mercredi dernier lors de l’annonce du lancement de cette offre globale, qui portait sur un maximum de 2 millions d’actions ordinaires. Le prix a été fixé à 10 $ et 9,08 €.

 

Non coté

Versantis lève 16 MCHF en série B, auprès de Swisscanto Invest, Esperante Ventures, Investiere, Redalpine HealthEquity et Zürcher Kantonalbank Start-up Finance. Cette biotech suisse, basée à Zurich et spécialisée dans les maladies rares du foie, développe un candidat-médicament, VS-01, actuellement en phase Ib dans la prise en charge des décompensations aiguës sur cirrhose. VS-01 agit en renforçant l’élimination de l’ammoniaque et de différentes toxines dans l’organisme.

Imcyse présente les résultats pour son premier essai clinique de phase Ib, qui atteint son objectif principal avec un bon profil d’innocuité. L’étude a été menée avec IMCY-0098, un imotope à base d’insuline, chez des patients jeunes adultes atteints de diabète de type 1, et diagnostiqués moins de six mois avant leur entrée dans l’étude. Une cible stratégique pour la biotech belge, car une partie du pancréas reste active. « Ainsi, nous pouvons espérer que cette fraction reste fonctionnelle après notre traitement », nous confiait en juin dernier le CEO, lors de sa dernière levée de fonds de 28 M€ (lire Biotech Finances no 861).

En vue

Jonathan Lieber

prend le poste de directeur financier d'Enyo Pharma et succède à Pascale Boissel. Le nouveau CFO a notamment mené une IPO de 110 M$ chez Altus Pharmaceuticals.


Alain Eychène

directeur de recherche à l'Inserm, prend la direction du pôle Recherche et innovation de l'Institut national du cancer, et dirigera par ailleurs l'institut thématique cancer de l'Inserm.


Michaël Danon

directeur général adjoint du groupe Pierre Fabre, devient président d'Eurobiomed, le nouveau pôle santé Grand Sud, né de la fusion entre deux entités : Cancer Bio Santé (Région Occitanie) et Eurobiomed (Région Sud-PACA), dont elle a conservé le nom.


Les chiffres

2022

Transgene prévoit une consommation de trésorerie de 20 M€ sur l'année 2019, et une visibilité financière jusqu'en 2022. Avant la fin décembre, des données sont attendues sur la phase II menée avec TG4010 (vaccins thérapeutiques) et la phase I/IIa qui évalue TG6002 (virus oncolytique).

2 M€

Au premier semestre, Voluntis a réalisé un chiffre d'affaires de 2 M€ contre 2,2 M€ sur la même période en 2018. La biotech se justifie par une phase de transition vers un chiffre d'affaires constitué davantage de revenus récurrents que de revenus de pré-lancement. À fin juin 2019, la trésorerie disponible de Voluntis s'élevait à 14,2 M€, avec des charges opérationnelles à 10,8 M€ lors de ce semestre.

23,6 M€

Abivax publie une trésorerie de 11,6 M€ au 30 juin, combinée à un investissement de Sofinnova de 12 M€, intervenu en juillet dernier, ce qui offre à la biotech une visibilité jusqu'au deuxième trimestre 2020.