vendredi 22 octobre 2021


Lettre n° 932

L’essentiel de la semaine du 15 au 19 février 2021

Par Rédaction , dans Essentiel , le 19 février 2021

Monde

En Belgique, Imcyse boucle un tour d’extension de série B en levant 21,3 M€ auprès de ses actionnaires Biogenosis, Epimede, LSP, Noshaq, la Société Régionale d’Investissement de Wallonie (SRIW), la Société Fédérale de Participations et d’Investissement (SFPI) et la KU Leuven. De son côté, Pfizer a également participé à ce tour de table dans le cadre de l’accord de licence conclu au début du mois pour le programme de polyarthrite rhumatoïde (PR) d’Imcyse (cf article « Imcyse et Pfizer tentent le strike sur la PR » paru dans la Lettre n°930). In fine la biotech belge boucle la série B débutée en 2019 sur un montant global de 56,3 M€.

Coté

Valbiotis (ALVAL) a reçu le feu vert de l’ANSM pour lancer une étude de phase 2 avec son produit phare TOTUM-070. Cette étude randomisée, en double-aveugle contre placebo, inclura 120 personnes présentant une hypercholestérolémie-LDL légère à modérée non traitée. Son critère principal sera la réduction du taux sanguin de LDL-cholestérol facteur de risque cardiovasculaire. Les résultats sont attendus pour le début de l’année 2022. Conformément à son business model, l’objectif de Valbiotis est de conclure un accord de partenariat pour la mise sur le marché de TOTUM-070, avec un acteur mondial de la santé. En février 2020, ce modèle a déjà permis à la société de signer un partenariat stratégique avec Nestlé Health Science portant sur la substance active TOTUM-63 dédiée à la réduction du risque de diabète de type 2 chez les prédiabétiques.

Cellectis (ALCLS) et la biotech américaine Cytovia Therapeutics nouent un partenariat pour développer des cellules allogéniques NK et CAR-NK dérivées d’iPSC génétiquement modifiées par la technologie TALEN de Cellectis. Les conditions financières prévoient jusqu’à 760 M$ de paiements pour les 5 premiers produits du partenariat. Cellectis recevra également une participation au capital de Cytovia ou un versement de 15 M$ si certaines conditions ne sont pas remplies au 31 décembre 2021. La biotech française, spécialiste des immunothérapies fondées sur les cellules UCART pourra également participer aux prochains tours de financement de Cytovia Therapeutics. Les deux partenaires envisagent des essais cliniques avec le premier produit développé d’ici 2022.

Biocorp (ALCOR), signe deux accords avec le taiwanais Health2Sync et l’espagnol SocialDiabetes. Ils portent sur l’intégration de Mallya, dispositif connecté dédié aux stylos à insuline, aux applications digitales développées respectivement par Health2Sync et SocialDiabetes. Les plateformes des deux nouveaux partenaires de Biocorp sont actuellement utilisées par 850 000 patients diabétiques dans le monde.

À l’occasion de la publication de ses comptes annuels, Poxel (POXEL) affiche une trésorerie de 40,2 M€ au 31 décembre 2020, contre 37,2 M€ un an plus tôt. La biotech lyonnaise spécialisée dans les maladies métaboliques, lancera au second semestre 2021 une étude de phase 2b chez des patients atteints de NASH confirmée par biopsie sans cirrhose et présentant un prédiabète ou un diabète de type 2. L’étude évaluera jusqu’à deux doses quotidiennes de son candidat PXL770 chez environ 100 patients par groupe de traitement dans des sites cliniques situés aux États-Unis et en Europe. Le critère d’évaluation principal sera la résolution de la NASH sans aggravation de la fibrose confirmée par biopsie.

SpineGuard (ALSGD) obtient l’homologation de la FDA pour la commercialisation de sa plateforme « DSG Connect » aux États-Unis. Le statut commercial de cette plateforme déjà utilisée expérimentalement par la medtech pour guider les robots chirurgicaux orthopédiques, facilite son intégration potentielle dans des systèmes de robotique et de navigation du marché. Basée des deux côtés de l’Atlantique, SpineGuard développe des dispositifs pour les implants osseux.

Median Technologies (ALMDT) élargit le champ d’action de sa technologique iBiopsy au diagnostic précoce du cancer du poumon dans les populations à risque, à partir de l’imagerie scanner à faible dose. La société, est déjà positionnée sur le diagnostic précoce du cancer du foie et de la stéatose hépatique non-alcoolique (NASH). Elle va proposer une approche basée sur le cloud pour localiser des lésions pulmonaires et identifier leur caractère malin ou bénin. Les premiers résultats d’une preuve de concept, réalisée sur une cohorte de 1 800 patients, sont attendus au second semestre 2021.

Non coté

Ciloa, pionnière dans la customisation in vivo d’exosomes, a été sélectionnée par Sanofi pour ses « Sanofi iTech Awards ». Ce qui permet à la biotech, spin-off du CNRS et de l’Université de Montpellier, de bénéficier d’un financement et d’un accompagnement scientifique de la part du laboratoire tout au long de 2021. Portée par Robert Mamoun, directeur général de Ciloa et ancien directeur de recherche de l’INSERM, la technologie développée pourra avoir des applications en cancérologie, dans les maladies rares, les maladies neurologiques, les maladies cardiaques ou encore le diabète.

IntecMedia lève 1,2 M€ auprès d’Extens un fonds sectoriel spécialisé dans les éditeurs de logiciels de santé, de la Région Sud Investissement conseillée par Turenne Groupe, et d’investisseurs privés. Basée à La Ciotat, la société a développé DigitecPharma, une plateforme digitale qui permet aux pharmaciens d’accompagner leur patientèle, en assurant une continuité de relation entre la présence en officine et un accès en mobilité. Depuis 2018, IntecMedia a déjà conquis près de 1 000 officines sur un marché français qui en regroupe plus de 21 000. Ce financement lui permettra notamment de renforcer ses équipes commerciales et son maillage national.

En vue

David de Amorim

rejoint MesDocteurs, spécialiste de la télémédecine en France, en qualité de directeur du Développement et de la R&D. Ingénieur informatique, il était jusqu’alors directeur Innovation santé de Docaposte, la filiale digitale du groupe La Poste.


Serge Marchand

devient directeur scientifique et membre du comité d’administration de la biotech bordelaise Lucine. Le chercheur québécois a occupé le poste de vice-président aux affaires scientifiques chez Génome Québec et était directeur scientifique du Fonds de recherche du Québec – Santé.


Les chiffres

54,4 Mds$

Le marché mondial des produits et services de génomique devrait atteindre 54,4 milliards USD d’ici 2025 contre 22,7 Mds$ en 2020,
à un TCAC de 19,0 % pendant la période de prévision. (source : MarketsandMarkets)

1,7 Md$

Le marché mondial des protéines recombinantes devrait atteindre 1,7 milliard USD d’ici 2026 contre 1,0 milliard USD en 2021. (source : MarketsandMarkets)