vendredi 22 octobre 2021


Lettre n° 957

L’ESSENTIEL DE LA SEMAINE DU 13 AU 17 SEPTEMBRE 2021

Par Rédaction , dans Essentiel , le 17 septembre 2021

Monde

AbbVie conclut un accord de licence de 370 M$ avec Regenxbio pour sa thérapie génique des maladies oculaires RGX-314. Au-delà de cet upfront la pharma s’engage sur des jalons pouvant atteindre 1,4 Md$ en échange de 50% des revenus. La thérapie génique développée par Regenxbio cible la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) humide et d’autres maladies oculaires. Regenxbio teste actuellement l’administration sous-rétinienne de RGX-314 à des patients atteints de DMLA humide dans le cadre d’un essai pivot.

En Suisse, Anjarium Biosciences boucle une série A de 51 M€ pour développer de nouvelles thérapies géniques non virales. Le tour a été co-dirigé par Gimv et Abingworth, avec une participation significative d’Omega Funds, Pfizer Ventures et Surveyor. Les fonds permettront à Anjarium de développer sa plate-forme combinant des vecteurs génétiques exclusifs à base d’ADN et des modalités d’administration de nanoparticules naturelles et synthétiques et de pousser plusieurs programmes du pipeline vers la clinique.

La justice américaine déboute les fonds spéculatifs notamment Elliott Management face à AbbVie. L’affaire remonte à 6 ans lorsque la pharma décide d’abandonner son projet de rachat de Shire pour 55 Mds$. AbbVie qui avait pourtant évoqué une opération stratégique au marché s’est rétracté pour des questions fiscales à la suite d’un changement de règles du Trésor américain. Conséquence : les hedge funds qui s’étaient positionnés sur le titre Shire ont essuyé de lourdes pertes. Ils estiment qu’Abbvie les a induits en erreur en déclarant publiquement de fausses intentions. Dans une décision rendue hier, la justice, a rejeté leurs réclamations estimant qu’ils « roulaient en quelque sorte les dés, espérant gagner de l’argent » mais qu’ils « devaient faire leur propre analyse » en étant «conscients qu’il y avait des possibilités que la fusion ne se concrétise pas ».

Au Nasdaq, Tyra Biosciences lève 173 M$ à l’occasion de son IPO. Soit 60% de plus que ce que prévoyait initialement la biotech américaine qui n’a pas encore de programme en clinique. Les fonds levés en bourse devraient lui permettre de pousser trois thérapies ciblant les cancers – celui de la vessie et d’autres tumeurs solides – résistants aux médicaments. Tyra compte mener son programme principal jusqu’à la phase 1 et dans une étude de phase 1/2. Baptisé TYRA-300, le traitement est une petite molécule qui bloque le FGFR3 pour surmonter deux limitations majeures des inhibiteurs du FGFR actuels.

Coté

Biocorp (ALCOR) signe avec Merck un partenariat pour développer une version spécifique de Mallya dédiée à l’hormone de croissance. La medtech recevra un versement de 3 M€ ainsi que des revenus supplémentaires issus des ventes mondiales à venir. Mallya est un dispositif médical pour stylos injecteurs qui recueille la dose et l’heure de chaque injection et transfère les informations en temps réel à une application.

NFL Biosciences (ALNFL), obtient l’approbation de l’ANSM pour démarrer son étude clinique de phase 2/3, destinée à évaluer son traitement NFL-101 en tant que thérapie de sevrage tabagique. L’essai international multicentrique, randomisé porte sur 318 patients qui recevront des injections sous-cutanées, concomitantes à une tentative d’arrêt du tabac.

Déception pour Valneva (VLA). Le gouvernement britannique a résilié l’accord de commande de son vaccin contre la COVID-19, VLA2001 prétendant que la biotech française a manqué à ses obligations, ce qu’elle conteste vigoureusement. Valneva poursuit le plan de développement de VLA2001. Des analyses conduites dans le cadre de l’essai pivot de phase 3 sont actuellement effectuées par l’agence de santé britannique. Les résultats sont attendus au début du 4e trimestre et feront partie de la soumission du dossier de demande d’autorisation conditionnelle de VLA2001 auprès de l’agence de santé britannique MHRA. Sous réserve des résultats de phase 3 et de l’approbation de la MHRA, Valneva pense qu’une autorisation initiale de mise sur le marché de VLA2001 pourrait être obtenue fin 2021.

Median Technologies (ALMDT) reporte la publication de ses résultats semestriels du 14 au 21 octobre 2021 après clôture des marchés.

Poxel (POXEL) annonce le lancement commercial ce mercredi 16 septembre au Japon, de son medicament, Twymeeg pour le traitement du diabète de type 2. Il s’agit du premier produit de la biotech lyonnaise à être commercialisé et le Japon le premier pays à l’approuver. Poxel a reçu un paiement d’étape de 13,2 M€ de la part de son partenaire Sumitomo Dainippon Pharma en juillet et pourra également percevoir « des redevances croissantes à deux chiffres sur les ventes nettes et des paiements liés à des objectifs de ventes pour un montant qui pourra atteindre environ 200 M€ ». (Lire Biotech Finances n° 949 du 28 juin 2021, « POXEL : 1er MÉDICAMENT SUR LE MARCHÉ »)

Virbac (VIRP) renforce sa position dans sa filiale Centrovet, spécialiste chilien de l’aquaculture. Le groupe français de santé animale, porte ainsi sa participation à 66% du capital avec la possibilité d’acquérir ultérieurement tout ou partie des actions restantes. Le prix de cette montée en puissance s’élève à 17,7 M$, montant payé intégralement en numéraire. Pour rappel, fin 2012 Virbac avait pris le contrôle de 51% du capital de Centrovet.

Carmat (ALCAR) a enregistré ses premières ventes en juillet, elles s’élèvent à environ 2 M€. A ce jour, la medtech indique avoir commercialisé 6 cœurs artificiels Aeson et prévoit que 12 centres soient commercialement actifs en Allemagne, son plus gros marché actuellement, d’ici la fin de l’année. Les charges liées à la préparation du lancement commercial et à l’augmentation de la cadence de production (8 à 10 cœurs par mois actuellement) ont pesé sur les résultats de l’entreprise au 1er semestre (perte nette de 26,4 M€). Avec une trésorerie fin juin de 58 M€, une subvention de 13 M€ provenant de l’Etat français et la dernière tranche de 10 M€ du prêt de la BEI, sa visibilité financière s’étend jusqu’à mi-2022. En parallèle, sur le plan clinique, Carmat a terminé le recrutement de la 1ère cohorte de son essai aux Etats-Unis avec 3 implantations et prépare la 2e cohorte avec 7 implantations supplémentaires. En Europe l’étude pivot se poursuit pour atteindre l’objectif indicatif initial de 20 patients d’ici la fin du 1er semestre 2022. Quant à l’étude française qui permettra de définir le remboursement du cœur, elle ne devrait débuter qu’au 4e trimestre 2021.  

Non coté

Xenothera signe un protocole d’accord avec le conglomérat vietnamien Vingroup pour un partenariat en vue de la commercialisation de son traitement anti-COVID. Il porte principalement sur la coopération aux essais cliniques de phase 3, la commercialisation, et le transfert partiel de la production du candidat médicament XAV-19. Cet anticorps polyclonal anti-SARS-CoV-2 est testé dans une étude de phase 2 en France – les résultats sont attendus très prochainement – ainsi que dans un essai pivot international avec des résultats prévus dans 6 à 8 mois. (Lire Biotech Finances n°950 du 2 juillet 2021, « XENOTHERA LÈVE 20 M€ ET PRÉPARE SON ARRIVÉE SUR LE MARCHÉ »)

Clean Cells, annonce un investissement de plus de 13 M€ dans un nouveau site de production à Montaigu-Vendée. En multipliant par quatre ses capacités d’analyse et de production de médicaments biopharmaceutiques, le groupe, soutenu par le fonds d’investissement ArchiMed, entend contribuer à accélérer le développement et la mise sur le marché de nouvelles thérapies et de vaccins contre la Covid-19. La construction des nouveaux laboratoires de 5 300 m2 a démarrée en juillet 2021 et devrait se terminer en septembre 2022.

Directo Santé noue un partenariat avec Pfizer pour améliorer le suivi médical des patients atteints de cancer. La collaboration avec le laboratoire pharmaceutique permet à la start-up de e-santé d’accélérer le développement de sa solution DirectoSuivi, qui déjà a permis de suivre plus de 500 000 personnes prises en charge en chirurgie, en maternité, en psychiatrie ou dans le cadre de pathologies chroniques.

En vue

Alice Roudot-Ketelers

devient directrice des opérations cliniques et développement pharmaceutique et entre au Comité exécutif. Elle était responsable de l’ensemble des programmes de développement de médicament chez Genfit. Les Dr Jean-Paul Dutertre (Fr), Sanjay Patel (RU), et Gerardo Rodriguez (Us), rejoignent aussi l’équipe clinique respectivement comme responsable de la pharmacovigilance et directeurs médicaux. Joseph Covino (Us) est nommé directeur principal des opérations cliniques.


Eric Duranson

arrive en tant que directeur juridique et entre au Comité exécutif. Il a accompagné des entreprises, telles que Thermo Fisher Scientific, Sanofi et bioMérieux. Pascaline Clerc est nommée directrice des affaires externes pour diriger la communication corporate.


Frédéric Duschesne

ex PDG de la division pharmaceutique de Pierre Fabre, rejoint le conseil d’administration de Quantum Genomics.


Les chiffres

1380 Mds$

La taille du marché mondial de la distribution des soins de santé était évaluée à 810 Mds$ en 2020 et devrait atteindre 1 380 Mds$ d’ici la fin de 2030, en croissance annuelle de 7,8%

107,3 Mds$

La taille du marché mondial des thérapies de gestion de la douleur (AINS, opioïdes, anesthésiques, antidépresseurs, anticonvulsivants…) était évaluée à 69,54 Mds$ en 2020 et devrait atteindre plus de 107 Mds$ d’ici la fin de 2030, en hausse de 4,3% par an.

1,5 Md$

La taille du marché mondial de la fibre optique médicale était évaluée à 880 M$ en 2020 et devrait atteindre 1,532 M$ d’ici 2030, en hausse de 5,7% par an.