jeudi 2 décembre 2021


Monde

(BiotechFinances n°961 18/10/2021) En Belgique, Rejuvenate Biomed boucle une série B de 15,7 M€ pour accélérer le développement clinique de son traitement contre la sarcopénie aiguë et chronique (insuffisance musculaire induite par l’inactivité et liée à l’âge). Le tour est conduit par une biotech suisse Rejuveron Life Sciences et le fonds Vesalius Biocapital. Rejuveron acquerra, à terme, une participation majoritaire dans Rejuvenate, En attendant, la série B servira à financer 2 essais cliniques : une phase 1b en Belgique et une phase 2b internationale avec le principal candidat de Rejuvenate, RJx-01.

Boehringer Ingelheim réalise un investissement supplémentaire de 100 M€ dans sa future usine biotechnologique de vaccins vétérinaires de Jonage (près de Lyon). Le montant initial annoncé en juillet 2018 par laboratoire allemand se montait à 200 M€. L’achèvement des travaux du site et le lancement de la production sont prévus début 2023.

A Seattle, Immusoft qui s’approche de la clinique en thérapie cellulaire signe sa première collaboration avec une Big Pharma : Takeda. Le montant de l’upfront n’a pas été divulgué mais l’accord pourrait atteindre jusqu’à 900 M$. Le tandem va d’abord se concentrer sur les troubles neurométaboliques. La biotech a clôturé l’année dernière une série B de 33 M$. De son côté, le laboratoire japonais accélère en médecine régénérative en multipliant les partenariats de développement : 3,6 Mds$ avec Poseida Therapeutics lundi, 1,12 Md$ avec Selecta Biosciences la semaine dernière et 303 M$ avec Genevant en août.

A Shanghai, BioNova Pharmaceuticals noue un partenariat de 200 M$ avec l’américaine Sutro Biopharma pour des traitements plus avancés que les siens dans les cancers du sang. L’upfront se monte à 4 M$ pour une licence en Chine, à Hong Kong, Macao et Taïwan, d’un conjugué anticorps-médicament ciblant le CD74. Sutro conserve les droits sur le reste du monde. Son candidat a déjà été évalué en phase 1 aux Etats-Unis pour les stades avancés du myélome multiple et du lymphome non hodgkinien. De son côté, BioNova travaillera rapidement sur des études d’expansion de phase 2 dans de multiples hémopathies malignes.

Coté

(BiotechFinances n°961 18/10/2021) GenSight Biologics (SIGHT) obtient de la FDA la désignation Fast Track pour sa thérapie GS030 comme traitement optogénétique de la rétinopathie pigmentaire. L’objectif de ce processus est de mettre le traitement à la disposition des patients plus rapidement. GS030 comprend un vecteur viral (GS030-DP) optimisé pour exprimer l’opsine ChrimsonR dans les cellules ganglionnaires de la rétine, et des lunettes de stimulation lumineuse brevetées (GS030-MD) qui projettent un faisceau de lumière sur la rétine traitée. Il a reçu la désignation de médicament orphelin aux États-Unis et en Europe, et est administré par injection intravitréenne. Une première étude chez l’homme, auprès de patients atteints de rétinopathie pigmentaire avancée est conduite au Royaume-Uni, en France et aux États-Unis. Des résultats intermédiaires pourraient être disponibles au T4 2021, et les résultats à un an chez tous les patients traités sont attendus en 2023.

Abionyx Pharma (ABNX) « initie des échanges » avec Iris Pharma spécialisée dans la recherche précliniques et cliniques en ophtalmologie, « en vue d’un éventuel rapprochement ». Dans ce cadre, l’activité de recherche sous contrat d’iris Pharma aurait vocation à rester séparée de l’activité biotech.

Le partenaire d’Adocia (ADOC), Tonghua Dongbao Pharmaceutical a reçu le feu vert des autorités chinoises pour mener une phase 3 avec BioChaperone Lispro, une insuline prandiale ultra-rapide, dans le traitement du diabète de type 1 et de type 2. Le critère principal de cette étude pivot qui inclura 1 300 personnes, est de démontrer la non-infériorité de BC Lispro sur la réduction de l’HbA1c par rapport à la baseline en comparaison au produit de référence, Humalog (Eli Lilly). L’entrée du 1er patient dans l’essai déclenchera un paiement d’étape pour Adocia. Le montant total du partenariat pourrait atteindre 45 M$ dont 10 M$ reçus à la signature en 2018 et des redevances à deux chiffres. En Chine, le marché des insulines prandiales représente 1,4 Md$.

Non coté

Introduction en bourse  EN COURS

Après avoir décalé d’une semaine son calendrier en raison de la forte volatilité des marchés, Acticor lance son introduction à Paris sur Euronext Growth. La biotech qui développe des médicaments pour le traitement des AVC a dû revoir un peu ses objectifs financiers (Lire Biotech Finances n 959 du 4 octobre 2021, « ACTICOR S’INTRODUIT SUR EURONEXT ») et prévoit de lever entre 20 M€ et 26 M€. Ses actionnaires actuels se sont engagés à souscrire la moitié des actions, à hauteur de 10,3 M€. Le prix proposé se situe entre 7,12 € à 9,62 € par titre, valorisant l’entreprise à environ 90 M€. Première cotation d’Acticor prévue le 1er novembre.

MaaT Pharma lance aussi son processus d’introduction en bourse à Paris mais sur le marché réglementé d’Euronext. (Lire Biotech Finances n°960 du 13 octobre 2021, « MAAT PHARMA SAUTE DANS LE GRAND BAIN ») La biotech lyonnaise spécialisée dans le microbiote intestinal espère lever à cette occasion entre 35 et 46 M€, limitant son ambition initiale. Ses actionnaires actuels se sont engagés à souscrire 18 M€ d’actions et Eurekare, le start-up studio fondé cette année et dédié au microbiome et à la biologie synthétique, pour 1 M€. La fourchette de prix indicative se situe entre 13,50 € et 16,50 € par action, ce qui valorise Maat Pharma autour de 135 M€. La cotation devrait débuter le 8 novembre.

Onward s’introduit sur Euronext à Bruxelles et Amsterdam. La medtech néerlandaise espère ainsi lever entre 75 M€ et 104 M€. Plusieurs investisseurs se sont engagés à souscrire des actions, notamment ses principaux actionnaires (LSP, INKEF Capital, Wellington Partners et GIMV) mais également de nouveaux entrants au capital comme AXA, Belfius Insurance et Ohman Fonder. La première cotation pourrait intervenir dès le 25 octobre. Onward développe des solutions pour permettre la récupération fonctionnelle de personnes atteintes de lésions de la moelle épinière (LME). Sa thérapie ARC est une stimulation électrique programmée et ciblée de la moelle épinière pour restaurer le mouvement. Après un essai pivot, la société prévoit de commercialiser son 1er produit Arcex, aux États-Unis et en Europe en 2023 et le second, ARCIM, en 2024.

NH TherAguix reporte son projet d’introduction en bourse à Paris sur Euronext Growth. La biotech qui développe des nanomédicaments pour le traitement des cancers par radiothérapie espérait lever à cette occasion entre 30 et 40 M€. (Lire Biotech Finances n° 957 du 20 septembre 2021, « NH THERAGUIX ENCLENCHE LE COMPTE À REBOURS POUR SACOTATION »). Malgré le soutien de Guerbet et l’intérêt des investisseurs, la forte volatilité des marchés financiers, contraint la biotech grenobloise à attendre des conditions plus favorables. La semaine dernière, Acticor (traitement des AVC) avait dû également décaler son calendrier d’IPO, tandis qu’une autre biotech, MaaT Pharma (micropbiote intestinal) enclenchera vendredi le process de son introduction sur le compartiment réglementé d’Euronext. (Lire Biotech Finances n°960 du 13 octobre 2021, « LE QUITTE OU DOUBLE DES INTROS EN BOURSE »).

Introduction en bourse  

Après avoir décalé d’une semaine son calendrier en raison de la forte volatilité des marchés, Acticor lance son introduction à Paris sur Euronext Growth. La biotech qui développe des médicaments pour le traitement des AVC a dû revoir un peu ses objectifs financiers (Lire Biotech Finances n 959 du 4 octobre 2021, « ACTICOR S’INTRODUIT SUR EURONEXT ») et prévoit de lever entre 20 M€ et 26 M€. Ses actionnaires actuels se sont engagés à souscrire la moitié des actions, à hauteur de 10,3 M€. Le prix proposé se situe entre 7,12 € à 9,62 € par titre, valorisant l’entreprise à environ 90 M€. Première cotation d’Acticor prévue le 1er novembre.

MaaT Pharma lance aussi son processus d’introduction en bourse à Paris mais sur le marché réglementé d’Euronext. (Lire Biotech Finances n°960 du 13 octobre 2021, « MAAT PHARMA SAUTE DANS LE GRAND BAIN ») La biotech lyonnaise spécialisée dans le microbiote intestinal espère lever à cette occasion entre 35 et 46 M€, limitant son ambition initiale. Ses actionnaires actuels se sont engagés à souscrire 18 M€ d’actions et Eurekare, le start-up studio fondé cette année et dédié au microbiome et à la biologie synthétique, pour 1 M€. La fourchette de prix indicative se situe entre 13,50 € et 16,50 € par action, ce qui valorise Maat Pharma autour de 135 M€. La cotation devrait débuter le 8 novembre.

Onward s’introduit sur Euronext à Bruxelles et Amsterdam. La medtech néerlandaise espère ainsi lever entre 75 M€ et 104 M€. Plusieurs investisseurs se sont engagés à souscrire des actions, notamment ses principaux actionnaires (LSP, INKEF Capital, Wellington Partners et GIMV) mais également de nouveaux entrants au capital comme AXA, Belfius Insurance et Ohman Fonder. La première cotation pourrait intervenir dès le 25 octobre. Onward développe des solutions pour permettre la récupération fonctionnelle de personnes atteintes de lésions de la moelle épinière (LME). Sa thérapie ARC est une stimulation électrique programmée et ciblée de la moelle épinière pour restaurer le mouvement. Après un essai pivot, la société prévoit de commercialiser son 1er produit Arcex, aux États-Unis et en Europe en 2023 et le second, ARCIM, en 2024.

NH TherAguix reporte son projet d’introduction en bourse à Paris sur Euronext Growth. La biotech qui développe des nanomédicaments pour le traitement des cancers par radiothérapie espérait lever à cette occasion entre 30 et 40 M€. (Lire Biotech Finances n° 957 du 20 septembre 2021, « NH THERAGUIX ENCLENCHE LE COMPTE À REBOURS POUR SACOTATION »). Malgré le soutien de Guerbet et l’intérêt des investisseurs, la forte volatilité des marchés financiers, contraint la biotech grenobloise à attendre des conditions plus favorables. La semaine dernière, Acticor (traitement des AVC) avait dû également décaler son calendrier d’IPO, tandis qu’une autre biotech, MaaT Pharma (micropbiote intestinal) enclenchera vendredi le process de son introduction sur le compartiment réglementé d’Euronext. (Lire Biotech Finances n°960 du 13 octobre 2021, « LE QUITTE OU DOUBLE DES INTROS EN BOURSE »).


SparingVision noue un partenariat avec Intellia Therapeutics cotée au Nasdaq, pour le développement de thérapies oculaires. La biotech américaine cède les droits exclusifs sur sa technologie d’édition génomique in vivo CRISPR/Cas9 pour le développement de 3 candidats médicaments dans des pathologies de la rétine. En contrepartie, Intellia recçoit une participation de 10% au capital de SparingVision, des paiements d’étapes « pouvant atteindre environ 200 M$ par produit », ainsi que des royalties sur les futures ventes. La biotech américaine pourra toutefois exercer une option afin d’obtenir les droits de commercialisation aux Etats-Unis sur deux des trois candidats-médicaments développés. Le cas échéant, SparingVision recevra pour chacun d’entre eux, un paiement, le remboursement de 50% des coûts de développement ainsi que des royalties sur les ventes outre-Atlantique. Intellia pourra également tirer parti des avancées technologiques établies lors de cette collaboration pour d’autres développements thérapeutiques.

BforCure lève 2 M€ auprès de la biotech ID Solutions spécialisée en oncologie. Cet investissement servira à proposer des tests de précision pour le diagnostic, le pronostic de certains cancers dans le cadre de suivis thérapeutiques.  Depuis sa création en 2018, la société de diagnostic, axée sur la bio-détection rapide d’agents pathogènes, est soutenue par le ministère des Armées et a déjà reçu 10 M€ de financement. BforCure a mis cette année sur le marché un appareil nommé Chronos Dx, permettant de diagnostiquer la COVID-19 en moins de 15 minutes.

Monde         

(BiotechFinances n°961 18/10/2021) En Belgique, Rejuvenate Biomed boucle une série B de 15,7 M€ pour accélérer le développement clinique de son traitement contre la sarcopénie aiguë et chronique (insuffisance musculaire induite par l’inactivité et liée à l’âge). Le tour est conduit par une biotech suisse Rejuveron Life Sciences et le fonds Vesalius Biocapital. Rejuveron acquerra, à terme, une participation majoritaire dans Rejuvenate, En attendant, la série B servira à financer 2 essais cliniques : une phase 1b en Belgique et une phase 2b internationale avec le principal candidat de Rejuvenate, RJx-01.

Boehringer Ingelheim réalise un investissement supplémentaire de 100 M€ dans sa future usine biotechnologique de vaccins vétérinaires de Jonage (près de Lyon). Le montant initial annoncé en juillet 2018 par laboratoire allemand se montait à 200 M€. L’achèvement des travaux du site et le lancement de la production sont prévus début 2023.

A Seattle, Immusoft qui s’approche de la clinique en thérapie cellulaire signe sa première collaboration avec une Big Pharma : Takeda. Le montant de l’upfront n’a pas été divulgué mais l’accord pourrait atteindre jusqu’à 900 M$. Le tandem va d’abord se concentrer sur les troubles neurométaboliques. La biotech a clôturé l’année dernière une série B de 33 M$. De son côté, le laboratoire japonais accélère en médecine régénérative en multipliant les partenariats de développement : 3,6 Mds$ avec Poseida Therapeutics lundi, 1,12 Md$ avec Selecta Biosciences la semaine dernière et 303 M$ avec Genevant en août.

A Shanghai, BioNova Pharmaceuticals noue un partenariat de 200 M$ avec l’américaine Sutro Biopharma pour des traitements plus avancés que les siens dans les cancers du sang. L’upfront se monte à 4 M$ pour une licence en Chine, à Hong Kong, Macao et Taïwan, d’un conjugué anticorps-médicament ciblant le CD74. Sutro conserve les droits sur le reste du monde. Son candidat a déjà été évalué en phase 1 aux Etats-Unis pour les stades avancés du myélome multiple et du lymphome non hodgkinien. De son côté, BioNova travaillera rapidement sur des études d’expansion de phase 2 dans de multiples hémopathies malignes.

En vue

Olivier Danos

et Frédéric Chereau rejoignent le conseil d’administration de Coave Therapeutics comme administrateurs non exécutifs indépendants. Le Dr Olivier Danos est également nommé conseiller scientifique. Il affiche 30 ans d’expérience en thérapie génique, en tant que scientifique pionnier des technologies de transfert de gènes. Il est actuellement directeur scientifique de RegenxBio et a occupé auparavant des postes de recherche et de direction chez Biogen et Kadmon Pharmaceutical. Frédéric Chereau est président de LogicBio et a occupé des fonctions au sein des directions de Genzyme, Pervasis Therapeutics, Shire et aTyr Pharma.


Robert Coleman

et Jacques Mallet entrent au conseil d’administration d’Onxeo en tant que membres indépendants. Robert Coleman est directeur scientifique de US Oncology Network, l'un des plus grands réseaux américains dédiés aux soins et à la recherche de pointe dans le domaine de l’oncologie, avec plus de 400 études cliniques en cours. Ses travaux ont fait l’objet de plus de 500 publications sur les nouvelles thérapies dans le cancer de l’ovaire. Jacques Mallet, a été en charge de la division analytics/corporate strategy de Sanofi et avant cela, responsable des investissements chez Auriga Partners.


Thierry Huet

devient directeur de la recherche et du développement de Genomic Vision. Diplômé d’un doctorat en virologie moléculaire obtenu sur la base de ses travaux à l’Institut Pasteur, il a précédemment assuré la direction R&D d’Invectys, Endotis Pharma, Abtech Pharma et Diatos.


Mari Scheiffele

nommée vice-présidente exécutive et présidente médecine de spécialité internationale chez Ipsen. Diplomée en neurosciences de Harvard, elle était directrice générale de la division Oncologie de Novartis au Royaume-Uni et en Irlande et avant cela associée de McKinsey à New York et en Suisse, dans le domaine des produits pharmaceutiques et médicaux.


Les chiffres

21,8 Mds$

Le marché mondial de la thérapie cellulaire CAR T devrait atteindre 21,8 Mds$ d’ici 2031. (Source : Transparency Market Research)

2,1 Mds$

Le marché mondial de la fabrication d’ADN plasmidique devrait atteindre 2,1 Mds$ d’ici 2030, et croître de 21,7% par an à partir de 2021. (Source : Precedence Research)

100 M$

C’est le tour A record de la semaine conclu par la biotech américaine Rectify Pharmaceutical auprès des VC Atlas Venture, Omega Funds, Forbion, Longwood Fund et dans lequel on retrouve également le Français Seventure Partners. (Cf Transactions en p8 de ce numéro)