dimanche 7 juin 2020


Monde

La Californienne EpicentRx réalise un tour de financement de série D de 35 M$ via la banque d’investissement Biotech Alliances International. Le but de ce tour est de faire progresser le développement clinique à un stade avancé de l’agent anticancéreux principal, RRx-001 une immunothérapie à petites molécules ciblant l’axe CD47 – SIRPα. Le médicament est actuellement évalué en association avec une chimiothérapie dans l’essai de phase 3 REPLATINUM pour le traitement du cancer du poumon. À ce jour, le cumul des levées d’EpicentRx est de 77 M$.

Coté

ASIT Biotech (ASIT) a obtenu « le bénéfice de la réorganisation judiciaire par accord collectif » par un jugement du tribunal du commerce de Liège. L’entreprise avait décidé en décembre dernier de réduire fortement ses effectifs et de recentrer son activité sur le développement de traitements contre les allergies alimentaires, après la publication des résultats (non satisfaisants) des essais cliniques de Phase 3 de son traitement gp-ASIT+ dans l’allergie aux pollens de graminées. Suspendue depuis mardi matin, le cours de l’action de la biotech belge s’affichait à plus 40% le mercredi 12 février à 12h.

Biocorp (ALCOR) publie un chiffre d’affaires annuel de 8,45 M€ en croissance de 117%. Cette accélération des revenus en 2019 s’explique notamment par la collaboration industrielle non exclusive de la medtech, spécialiste des dispositifs médi- caux connectés, avec Sanofi depuis juillet, concernant le dispositif Mallya, dédié aux stylos à insuline. Au 31 décembre 2019, la trésorerie de Biocorp s’élevait à 2 M€. Le 23 janvier 2020, Sanofi a effectué un nouveau versement de 1 M€, paiement initia- lement attendu en 2019 et qui a été réalisé à la suite de la signature du nouveau contrat le 10 janvier.

Carmat (ALCAR) présente une trésorerie au 31 décembre 2019 de 55,5 M€. Avec une perte d’exploitation sur 2019 qui s’élève à 42,4 M€, la medtech qui développe un cœur artificiel total possède une visibilité financière qui s’étend à mi-2021. Carmat confirme ses objectifs pour 2020 de réussir à finaliser le recrutement de son étude pivot en Europe et obtenir le marquage CE.

Implanet (ALIMP) annonce la mise en place d’une émission obligataire, pour un montant maximum de 4 M€. La société spécialisée dans les implants vertébraux et les implants de chirurgies du genou, entend, grâce à cet emprunt obligataire, financer ses besoins de trésorerie pour les 12 prochains mois et, notamment, le déploiement de son modèle de vente en direct en Europe et l’accélération de la mise en œuvre opérationnelle de ses accords stratégiques conclus avec KICo Knee et SeaSpine.

Intrasense (ALINS) publie ses résultats 2019  marqués par un chiffre d’affaires qui progresse de 10,6% à 3,4 M€ et pour la première fois un résultat net positif de 67 K€. L’investissement en R&D en hausse de 27% reste un point majeur pour la medtech montpellieroise qui a développé une plateforme logicielle (Myrian) pour lire tous types d’images (IRM, scanner, mammographie…), utilisée aujourd’hui par « plus de 1000 établissements de santé ». Autre élément clé : la trésorerie, comme annoncé en décembre, le contrat de financement en OCA conclu avec European High Growth Opportunities Securitization Fund a été résilié. En 2020, la société mise sur l’innovation et entend accélérer son rythme de partenariats autour de l’intelligence artificielle.

Lysogene (LYS) annonce sa participation à la 16e édition de la conférence scientifique WORLDSymposiumTM, qui aura lieu du 10 au 13 février 2020 à Orlando aux États-Unis. La société biopharmaceutique est spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC). Lysogene mène actuellement une étude clinique de Phase 2/3 dans la MPS IIIA, en partenariat avec Sarepta Therapeutics et une étude clinique de Phase 1/2 dans la gangliosidose à GM1 est en cours de préparation.

Nanobiotix (NANO) obtient la désignation “Fast Track” de la FDA américaine pour l’étude de nbtxr3 dans les cancers de la tête et du cou. L’agence américaine a conclu que l’évaluation de NBTXR3 activé par la radiothérapie, avec ou sans cetuximab, pour le traitement des patients atteints d’un carcinome épidermoïde de la tête et du cou localement avancé, non éligibles à une chimiothérapie à base de platine, répond aux critères du programme dont l’objectif est d’accélérer la mise à disposition de nouvelles options thérapeutiques pour les patients.

Onxeo (ONXEO) annonce avoir conclu un accord pour régler son litige avec SpePharm autour de SpeBio, une de leurs co-entreprises pilotée par SpePharm. En 2009, Onxeo avait décidé de mettre fin au partenariat avec le laboratoire néerlandais et entamé une procédure judiciaire pour non-respect de ses engagements contractuels. Deux actions restantes étaient en instance. Dans l’accord de règlement, qui comprend le renoncement de ces deux actions, la biotech française cède à SpePharm les parts qu’elle détient dans SpeBio, lui transférant ainsi sa part des liquidités estimée à 3,5 M€. La visibilité financière d’Onxeo s’étend jusqu’au 3e trimestre 2020.

Poxel (POXEL) publie un chiffre d’affaires annuel de 26 M€, en baisse de 57%.  Cette baisse est partiellement liée au changement de méthode comptable d’allocation du prix de transaction du contrat de partenariat conclu en 2017 entre la biotech lyonnaise spécialisée dans les traitements contre les maladies métaboliques et Sumitomo Dainippon Pharma. En 2019, l’essentiel du chiffre d’affaires de Poxel provient d’une partie du versement initial des 36 M€ reçus de ce partenariat et de la facturation des coûts de développement du programme de phase 3 de son produit l’Imeglimine au Japon. Au niveau du bilan, la trésorerie nette s’élève à 27,4 M€. L’emprunt obligataire, qui a été signé avec d’IPF Partners l’année dernière, offre la possibilité à la biotech lyonnaise de souscrire 10 M€ au 1er trimestre 2020.

OSE Immunotherapeutics (OSE) annonce la signature d’un contrat de collaboration avec la société tourangelle MAbSilico qui développe des algorithmes d’intelligence artificielle pour la découverte et la caractérisation des anticorps thérapeutiques. Cet accord s’échelonnera sur 3 ans et permettra à la biotech spécialiste de l’immunothérapie d’intégrer les approches innovantes de MAbSilico, basées sur l’intelligence artificielle, dans ses procédés de développement de nouveaux anticorps thérapeutiques. Ces solutions, déjà testées et validées par OSE Immunotherapeutics, vont être appliquées dans 6 de ses nouveaux programmes de développement, dont un sur des nouveaux anticorps bispécifiques issus de la plateforme BiCKI.

Genomic Vision (GV) annonce que sa technologie de peignage moléculaire, avec son scanner FiberVision, est désormais établie en test de routine au sein du Dana Farber Cancer Institute. Basées à Boston, deux équipes de ce centre vont utiliser la plateforme de Genomic Vision pour caractériser et sélectionner de nouvelles molécules anti-cancéreuses dans le cadre du traitement du cancer des ovaires et du pancréas. Il s’agit de la première installation d’un scanner FiberVision sur le sol américain.

Addex Therapeutics (ADXN) a annoncé fin janvier le succès de son inscription au Nasdaq. Cette opération est destinée à faciliter le négoce du titre outre-Atlantique et constituait une condition à la participation de certains investisseurs à l’augmentation de capital de 40 MCHF menée en 2018. La biotech suisse prévoit de débuter cette année plusieurs études pivots avec le dipraglurant, son candidat médicament phare.

Non coté

Inotrem augmente son financement de Série B à 58 M€, via un mixte de capital et de dette. Cela passe par l’arrivée de nouveaux investisseurs au capital de la biotech spécialisée dans le contrôle de la réponse immunitaire lors de maladies inflammatoires aigües et chroniques. Dans le détail : Fountain Healthcare Partners finance une augmentation de capital de 5 M€ qui s’ajoutent aux 39 M€ de septembre, Kreos Capital accorde une ligne de crédit de 13 M€ et Bpifrance un prêt de 1 M€. Ces fonds permettront de développer les applications d’Inotrem dans le choc septique et les maladies inflammatoires chroniques en particulier pour son principal candidat-médicament, nangibotide, qui fait actuellement l’objet d’une étude globale multicentrique de Phase 2b (ASTONISH).

Da Volterra publie les premiers résultats positifs de son essai clinique de phase 2 SHIELD mené avec DAV132 chez les patients recevant des antibiotiques fluoroquinolones. Candidat principal de la biotech, DAV132 est un nouvel adsorbant ciblé sur le côlon, et conçu pour protéger le microbiote intestinal des dommages causés par les antibiotiques. Le critère d’évaluation principal, qui reposait sur la sécurité du produit, a été atteint. L’étude a également démontré des résultats positifs en ce qui concerne les marqueurs biologiques d’efficacité pour la prévention de l’infection à Clostridioides difficile (C. difficile).

En vue

Barbara Bertholet

a rejoint le cabinet d'avocats Bignon Lebray avec mon équipe composée de Sibylle Gaudichet, Rachel Devidal et Gladys Andaloro. En pointe sur le secteur pharma elle renforcera l'expertise du secteur Santé et du département Propriété intellectuelle & Nouvelles technologies. Elle officiait auparavant au sein du cabinet Adamas.


Jim Schuermann

entre au Conseil d’administration de CorWave en tant qu’administrateur indépendant. Expert de l'industrie des technologies médicales, il a joué un rôle décisif dans l'introduction sur le Nasdaq de deux sociétés : HeartWare rachetée par Medtronic en 2016 et Avedro cotée en 2019.


Sylvain Bouton (photo) et Franck Mouthon

font leur entrée au conseil d’administration du LEEM. Sylvain Bouton DG de THEA France depuis 2018 remplace au LEEM Jean-François Chibret, Président des laboratoires THEA. Franck Mouthon, co-fondateur de Theranexus est admis en tant que président de France Biotech.


Les chiffres

95,98 Mds$

La croissance du marché de l’informatique de la santé au cours de la période 2020-2024 avec un taux moyen annuel de 9% sur la même durée*.

* Source rapport Technavio Research.

37%

Le taux de contribution des États-Unis à la croissance de l’informatique de la santé sur la période de référence*.

* Source rapport Technavio Research.

5

Les 5 acteurs majeurs internationaux du marché de l’informatique de la santé sont : Allscripts Healthcare LLC, Cerner, Dell Technologies, General Electric, IBM*.

* Source rapport Technavio Research.