mercredi 22 janvier 2020


BF
Lettre n° 881

Les immanquables de 2019 !

Par Rédaction , dans Une , le 20 décembre 2019

2019 : une renaissance en private equity

39M€pour Inotrem et Tissium, 31 M€ pour Diabeloop, 35 M€ pour DNA Script, 48 M€ pour ImCheck, 65 M€ pour Bioserenity, et jusqu’à 67 M€ pour Alizé Pharma 3 ! Et Aelis Pharma qui vient clôturer l’année, avec un tour de table de 20 M€ Les deals en private equity n’avaient jamais été aussi nombreux en France Ils ont été accompagnés par un renouveau du capital-risque, notamment avec l’arrivée de plusieurs fonds (MD Start III et Capital IX de Sofinnova, InnoBio 2 de Bpifrance, Health For Life II de Seventure, BioMedTech de Truffle…) « Une nouvelle génération de sociétés émerge Bien financées dès l’amorçage, elles pourront être compétitives face aux sociétés américaines En effet, avec des financements suffisants, les études sont mieux construites, ce qui diminue le risque d’échec et limite les potentiels retards de développement Ces fonds permettent également d’attirer des talents Ils sont donc un excellent signal pour la suite », détaille Franck Mouthon, président de France Biotech

La bourse totalement délaissée

Les initiatives pour capter de nouveaux investissements en sciences de la vie se sont multipliées La mise en place début décembre à Paris du Venture Center of Excellence, un programme piloté par EIT Health et doté de 2 Md€ sur 15 ans, en témoigne De même, « la première édition du HTID (HealthTech Investor Days) a permis de rassembler les investisseurs autour des principaux fleurons européens », précise Franck Mouthon Mais du côté du gouvernement, si Emmanuel Macron est parvenu à convaincre les investisseurs institutionnels de miser 5 Md€ sur les start-up, rien n’assure qu’ils seront dirigés vers la Healthtech En effet, l’indice Next 40 ne retient que Bioserenity comme représentante du secteur « Ce n’est pas le rôle du gouvernement d’orienter les capacités d’investissements C’est à nous de renforcer la visibilité et l’attractivité du secteur et de mieux communiquer auprès du public », poursuit Franck Mouthon Un effort collectif pour redonner aux investisseurs confiance et envie de miser sur les biotechs… notamment en bourse où elles sont totalement délaissées : aucune IPO cette année et de nombreuses désillusions Néovacs fait l’objet d’une procédure de redressement judiciaire, Biom’up a été placée en dépôt de bilan, alors que les résultats cliniques de Transgene, Sensorion et Theranexus ont fait plonger leur cours de bourse « L’intérêt des fonds généralistes pour le secteur est au plus bas », nous expliquait Jean-Laurent Bruel, président du directoire de Gestys (lire Biotech Finances n°876) Et il sera difficile d’attirer à nouveau l’attention de ces fonds sans un franc succès Pour cela, les résultats cliniques de Genfit, au 1er trimestre 2020 s’annoncent vitaux Mais pour l’ensemble des actifs actuellement sous-valorisés, la tendance générale ne devrait pas s’inverser de sitôt En effet, 2020 pourrait aussi souffrir de la campagne électorale aux Etats-Unis, où le sujet du prix des médicaments devrait revenir sur le devant de la scène Il faudra l’an prochain, sans doute, prendre encore son mal en patience


LA RÉTRO DU MOIS JANVIER LE FIL D’INFOS

  • Amabiotics, biotech spécialisée dans le microbiome et plus particulièrement l’axe intestin-cerveau, a bouclé une levée de fonds d’1 M€, afin d’amener sa molécule phare AMA-101, un candidat-médicament neuro-protecteur contre la maladie de Parkinson, au stade préclinique réglementaire
  • ASIT Biotech (ASIT) se sépare de son CEO, Thierry Legon et de son CFO, Everard van der Straten
  • BridgeBio Pharma lève 299 M$ auprès de KKR et de Viking Global investors Basée à Palo Alto et spécialisée dans les maladies génétiques, BridgeBio développe une quinzaine de candidat-médicaments
  • Biom’up (BUP) lève 3 M€ sur la ligne de crédit de 10 M€ consentie en mars dernier par Athyrium Les fonds seront utilisés pour le déploiement commercial d’Hemoblast Bellows aux États-Unis et en Europe Il servira également à étendre son approbation en Australie et au Japon
  • Bristol-Myers Squibb rachète Celgene pour 74 Md$ et prévoit un bénéfice de 15 Md$ en revenus annuels issus du pipeline en phase finale de Celgene
  • Le cabinet new-yorkais Bronstein, Gewirtz & Grossman lance une “class action” contre DBV Technologies et ses dirigeants Motif retenu : ces derniers n’ont pas révélé que la BLA initiale ne contenait pas les informations nécessaires à l’acceptation du dossier, et la société a publié des “communiqués faux et trompeurs” ne permettant pas de dévoiler le fait que la FDA allait refuser cette BLA
  • Carbios (ALCRB) se voit crédité de 4,1 M€ de la part du Programme d’investissements d’avenir (PIA), pour accélérer l’industrialisation de sa technologie de biorecyclage des plastiques et fibres en PET
  • Daiichi Sankyo offre 150 M$ d’upfront à Esperion Therapeutics pour décrocher les droits européens sur le Bempedoic acid, contre le cholestérol L’ensemble des milestones atteint 900 M$ L’inventeur de cette petite molécule n’est autre que Jean-Louis Dasseux (Cerenis)
  • Eli Lilly acquiert Loxo Oncology, pour 8 Md$ Loxo Oncology possède un portefeuille de traitements qui ciblent les cancers provoqués par de rares mutations génétiques
  • Genmab (DK0010272202) va toucher 75 M$ de milestones suite à sa collaboration avec Janssen sur les ventes du Darzalex (daratumumab) Les ventes de ce traitement contre le myélome multiple ont atteint 2 Md$ en 2018
  • Highlife medical lève 32 M€ auprès d’Andera Partners et de US Venture Partners – un VC généraliste basé dans la Silicon Valley – tous deux co-lead Sofinnova, toujours actionnaire majoritaire de la société, a également participé HighLife Medical développe un dispositif de remplacement de la valve mitrale ou TMVR (Transcatheter Mitral Valve Replacement)
  • MyoKardia (MYOK), spécialisé dans les maladies cardiovasculaires, annonce la fin de sa collaboration avec Sanofi initiée en 2014 qui aura injecté 230 M€ dans cette biotech californienne
  • La Bretonne NG biotech, spécialisée dans les immuno-essais, lève 3 M€ auprès du fonds Arbevel Life Science Crossover et de son investisseur historique Kreizig Invest
  • Nanobiotix (NBTX) déjà cotée sur Euronext veut entrer sur le Nasdaq mais ne précise ni le calendrier ni le montant à lever
  • Néovacs (ALNEV) reçoit un financement de l’ANR de 702 K€ pour le développement de son projet AllergyVACSd, découverte de vaccins permettant une protection à long terme des maladies allergiques
  • Pharnext (ALPHA) lève 15 M€ auprès de CB Lux, holding de l’homme d’affaires Claude Berda pour son candidat Syngility (PXT3003) qui cible la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A et bénéficie du statut de médicament orphelin en Europe et aux États-Unis
  • Sanofi investit 80 M€ dans BioNtech et ses plateformes thérapeutiques d’ARN messagers En 2015, Sanofi avait déjà investi 60 M$ sur l’entreprise allemande
  • Sublimed lève 3 M€ auprès des fonds d’investissement Kreaxi, Crédit Agricole Alpes Développement, Concept Innovation Ethique et CEAi ainsi que des fonds privés et publics L’entreprise se déploie dans le domaine du traitement de la douleur  chronique par neurostimulation électrique transcutanée (TENS)
  • Takeda rachète Shire pour 62 Md$ Le CA cumulé des deux sociétés propulse le Japonais dans le top 10 des groupes pharma, une première pour une société nipponne
  • Theradiag (ALTER) obtient le marquage CE pour son kit de monitoring de Cosentyx, un anti-corps monoclonal humain bloquant l’action des protéines du système immunitaire (interleukine) IL17A
  • TheraPanacea lève 3,5 M€ auprès du jeune fonds familial Therinvest pour développer un logiciel d’IA permettant d’améliorer la précision des radiothérapies
  • Valneva (VLA) reçoit le statut de Fast Track de la FDA pour VLA1553 contre le Chikungunya, et signe un contrat de 59M$ avec l’US army pour son vaccin contre l’encephalite japonaise jusque début 2020

LA FRANCOPHONE DU MOIS DE JANVIER : Emmanuelle Coutanceau, partner chez Novo Seeds

La Danoise Minervax (vaccin), la Britannique Procarta (oligonucléotides) et l’Américaine Entasis (molécules chimiques) ont un point commun qui vient tout juste d’être dévoilé Elles font, toutes trois, partie de la première série d’investissements menée avec le fonds REPAIR géré par Novo Seeds et dédié à la résistance anti-microbienne Emmanuelle Coutanceau, notre francophone de la semaine est partner chez Novo Seeds Outre sa mission historique – la création de start-up en Scandinavie et l’investissement early stage en Europe – elle gère, aux côtés d’Aleks Engel, les investissements de REPAIR Généralement une certaine discrétion entoure ses investissements mais le vent semble tourner : « Nous avons achevé un premier tour de sélection en Europe, nous en lançons un aux États-Unis, qui devrait déboucher sur des annonces courant 2019 ; avant un nouveau tour européen dès avril prochain, pour des investissements fin 2019 », confie Emmanuelle Coutanceau La stratégie de ce véhicule est centrée sur le besoin médical et la quête d’une innovation de rupture, indépendamment du type de technologie Cela tombe bien, innovation et early stage sont la spécialité d’Emmanuelle Coutanceau Après un doctorat en microbiologie, cette scientifique, ingénieure agronome de formation a rapidement rejoint le monde de l’investissement, chez Crédit Agricole Private Equity (devenu Omnes), puis Auriga Et ce sont ses compétences et son expérience dans le financement de sociétés en phase d’amorçage développement précoce qui ont retenu l’attention de Novo Seeds, faisant d’elle la première étrangère à rejoindre la structure à Copenhague, en 2015 Depuis, l’internationalisation des équipes de l’investisseur danois et le leadership mondial pris par REPAIR, sur la thématique de la résistance aux antibiotiques, ont vite rapproché cette « exilée » du centre de la planète biotech


LA RÉTRO DU MOIS FÉVRIER LE FIL D’INFOS

  • L’Auvergnate Afyren basée sur le biopôle de Clermont-Limagne vient de réunir 21 M€ dans le cadre d’un tour de table mené par le fonds Sofinnova IB 1 et Valquest Partners, suivis par Supernova (CEA et Amundi), plusieurs véhicules d’investissements du Crédit Agricole ainsi que Sofimac et AFY Partners, un groupe de business angels Cette levée de fonds est le volet “capitaux propres” d’un plan de financement plus large, de l’ordre de 60 M€, et est destinée à financer la construction d’une usine Afyren a mis au point une technologie permettant de produire des molécules d’intérêt industriel, normalement issues de la pétrochimie, à partir de bactéries
  • ASIT biotech (ASIT) annonce le traitement d’un premier patient de l’étude de phase III, menée avec gp-ASIT dans la rhinite allergique aux pollens de graminées, en Allemagne
  • Bpifrance annonce que d’ici 2023 elle devrait consacrer 1,3 Md€ à l’investissement direct et à celui dédié aux fonds de fonds Par ailleurs, 800 M€ devraient aller aux start-up L’objectif est d’en propulser 2000 sur 5 ans
  • Citoxlab est reprise par le géant américain Charles River pour 448 M€ soit près de 3 fois le chiffre d’affaires (150 M€) et environ 13,8 fois l’EBITDA à date de clôture sur 12 mois glissants
  • Endo Tools, presque quatre ans après l’obtention d’un marquage CE pour son dispositif endoscopique Endomina, cette medtech lève 5 M€ pour affiner sa stratégie pré-commerciale Ce tour de table, le troisième depuis sa création, est mené par l’investisseur généraliste belge Epimède, suivi par plusieurs actionnaires historiques de la société, dont le holding public fédéral SFPI
  • Genkyotex (GKTX) obtient une subvention de 260 K£ du Cancer Research UK (CRUK) pour mener un programme de recherche axé sur le rôle de l’inhibition des NOX en oncologie La biotech franco-suisse, pionnière des inhibiteurs d’enzymes NOX (NADPH oxydase) est actuellement en phase clinique avec son produit phare dans plusieurs maladies fibrotiques, dont la cholangite biliaire primitive
  • Hybrigenics (ALHYG) met fin à trois semaines de suspense et dévoile le nom de son acquéreur potentiel : DMS Group (DGM)
  • NH Theraguix signe un partenariat avec Sanofi pour la production d’une nanoparticule innovante, AGuix La start-up française, basée à Lyon et créée en 2015 par deux chercheurs, Géraldine Le Duc et Olivier Tillement, développe des nanoparticules radio-sensibilisantes destinées à accroître l’efficacité des radiothérapies
  • Innate Pharma (IPH) indique que la FDA a accordé le statut Fast Track à IPH4102 pour le traitement de patients présentant un syndrome de Sézary en rechute ou réfractaires, et ayant reçu au moins deux traitements systémiques antérieurs
  • Le fonds Innobio 2 réalise un premier closing à 135 M€ Sanofi a mis 50 M€ sur la table, Boehringer Ingelheim, Takeda, Ipsen et Servier ont abondé ce fonds public/privé, auquel Bpifrance contribue à hauteur de 49 %
  • Median Technologies (ALMDT) se réorganise en deux business units séparées, iCRO (imaging Contract research organization) et iBio-psy, sa plateforme d’imagerie médicale de nouvelle génération
  • Peloton Therapeutics lève 150 M$ dans un tour de série E pour financer une phase III chez les patients atteints de carcinome à cellules claires du rein Cette somme servira à développer le composé principal de la société, le PT2977
  • Pharnext (ALPHA) annonce l’obtention d’une désignation Fast Track auprès de la FDA pour PXT3003, son produit phare, dont la phase III est terminée dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A
  • Sequana Medical ouvre le bal des IPO 2019 avec une levée de fonds qui devrait osciller entre 27,5 à 38,5 M€ En octobre dernier, la medtech suisse, dont la capitalisation boursière devrait atteindre 120 M€, a déplacé son siège social en Belgique Au final lors de son entrée sur Euronext Brussels sa capitalisation initiale sera d’environ 107,2 M€
  • Theranexus (ALTHX) récolte 6,2 M€ dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA) opéré par Bpifrance pour son programme Neurolead, en collaboration avec le Collège de France et le CEA
  • Basée au Genopole, Ynsect va implanter son site de production dédié à l’élevage et la transformation du ténébrion (ver de farine) dans les Hauts-de-France Pour y parvenir, l’entreprise a réalisé un premier closing de 110 M€ dans le cadre d’une série C dont le montant total sera « potentiellement plus élevé, car un 2e closing devrait intervenir dans les mois qui viennent » Mené par Astanor Ventures, suivi d’un large panel d’investisseurs internationaux et d’industriels, ce tour de table – le plus important jamais bouclé en Europe dans le secteur de l’agtech –va permettre à la société d’investir sereinementdans sa ferme d’insectes, qui devrait être opé- rationnelle en 2021, soit 10 ans après la création d’Ynsect

LE FRANCOPHONE DU MOIS DE FÉVRIER : David Caumartin, CEO de Theraclion

4,8 M€ d’upfront et un plan de financement potentiel total de 11,8 M€, levés auprès d’un groupe d’investisseurs mené par le géant suisse Unigestion : David Caumartin est parvenu à redonner de l’oxygène à Theraclion Cette medtech, dont il est le CEO depuis bientôt cinq ans, est spécialisée dans l’échothérapie Lointaine cousine d’Edap TMS, pionnière de la discipline, elle commercialise un appareil, Echopulse qui permet de traiter de manière non-invasive, avec des ultra-sons focalisés de haute intensité, certaines tumeurs bénignes, en l’occurrence les nodules thyroïdiens et les adénofibromes (sein) Mais la croissance patine depuis plusieurs années dans ces indications historiques Pour la relancer, David Caumartin et ses équipes ont identifié un nouveau marché cible : les varices En évaluation clinique depuis mi-2017 avec Echopulse, cette indication est désormais prioritaire pour la société, en commençant par les cas les plus critiques, jusqu’à remonter – qui peut le plus peut le moins – jusqu’aux indications esthétiques Le CEO ne se précipite pas ; il veut éviter les erreurs commises sur les premiers marchés Le dirigeant le reconnaît : « Dans les nodules et les fibromes, nous avons proposé un changement d’approche radi-cal, en passant de la chirurgie à un traitement non invasif, mais nous avons sous-estimé le temps nécessaire au changement des pratiques médicales » Dans les varices, le contexte est différent : « Les praticiens travaillent déjà sur une technologie proche, la radiofréquence thérapeutique, dont l’Echopulse permet justement de pallier les limitations, dont le caractère invasif », explique David Caumartin Cet ingénieur physicien, qui a passé près de 15 ans chez General Electric, va poursuivre, dans les varices, son patient travail de promotion des ultra-sons thérapeutiques appliqués aux affections superficielles, un segment où Theraclion est leader Mais il opte pour l’approche douce : mise à disposition des machines sur un réseau restreint de centres de référence et intense travail de promotion avec les KOL… avant de courir après le chiffre d’affaires


LA RÉTRO DU MOIS MARS LE FIL D’INFOS

  • Argenx (ARGX) a reçu son premier paiement d’étapes de 30 M$ de la part d’AbbVie suite à un accord de licence, datant d’avril 2016, sur le candidat-médicament anticorps ABBV-151 (auparavant ARGX-115) Argenx a d’ores et déjà reçu 90 M$ suite à cette collaboration avec AbbVie
  • Biogen planifie le rachat de Nightstar Therapeutics pour 800 M$ La cible développe le NSR-REP1 en phase III dans la choroïdérémie (mutations du gène CHM), un trouble de la rétine héréditaire, avec des résultats attendus au second semestre 2020
  • La biotech  allemande  BioNtech envisage de s’introduire sur le Nasdaq entre le quatrième trimestre et début 2020 Une levée de fonds de 800 M$ sur la base d’une valorisation de 4 Md€ est évoquée
  • Carbios (ALCRB) parvient à produire ses premières bouteilles en PET, composées à 100% d’acide téréphtalique purifié (rPTA) issu du biorecyclage enzymatique de plastiques usagés
  • Flagship Pioneering sécurise 824 M$ dans un nouveau fonds de capitalisation, destiné à soutenir la croissance des entreprises en santé humaine et développement durable créées par son unité dédiée Flagship Labs
  • Genfit (GNFT) annonce le dépôt du document d’enregistrement F1-Form auprès de la Securities and exchange commission (SEC) en vue d’une introduction sur le Nasdaq
  • Hoopika Pharma réalise une série D de 33,2 M€ pour sa classe d’immunothérapeutiques ciblant les maladies infectieuses et les cancers L’investissement a été dirigé par Redmile Group avec la participation de nouveaux investisseurs, Invus et Samsara BioCapital, ainsi que d’un certain nombre d’historiques
  • Igyxos lève 7,5 M€ pour financer le développement de son candidat-médicament dans le traitement de l’infertilité