vendredi 22 octobre 2021


Hervé Ronin, Bryan Garnier

(BiotechFinances n°960 lundi 11 oct 2021) 6 mois de préparation voire plus, des frais d’avocats, de banquiers, de communication… s’introduire en bourse s’avère couteux pour une biotech Cela reste néanmoins l’une des voies privilégiées des dirigeants pour lever des fonds, que ce soit de leur propre initiative ou sous la pression de leurs actionnaires, à la recherche d’une porte de sortie Reste que malgré tout le travail amont, rien ne garantit in fine le succès de l’opération Le marché a ses raisons et parfois cela n’a rien avoir avec l’entreprise qui souhaite se faire coter « La fenêtre était ouverte en cette rentrée de septembre, mais les marchés se sont subitement tendus en raison des résurgences de remontée des taux américains », indique Hervé Ronin, associé healthcare de Bryan,Garnier & co « Après deux ans de marée basse, les introductions en bourse repartaient à Paris, mais