vendredi 18 septembre 2020


L’épidémie mondiale de covid-19 ne permet plus de réaliser des essais cliniques sécurisés et efficients À la demande des autorités sanitaires américaines et européennes la plupart des études effectuées sur l’homme, hors coronavirus, vont être suspendues ou retardées La lutte contre le covid-19 étant prioritaire, les autorisations de mise sur le marché de nouveaux traitements pour d’autres pathologies sont également ralenties, voire bloquées temporairement À ce stade difficile d’évaluer le coût et les conséquences d’une telle décision pour les acteurs de la pharma en général et les biotechs en particulier dont la recherche demeure la raison d’être Comment vont-elles surmonter la crise et quelles solutions de financement s’offrent à elles dans ce contexte ?

« La conduite des essais cliniques est immédiatement impactée par la pandémie de coronavirus » C’est l’alerte lancée cette semaine par les autorités sanitaires du monde entier aux acteurs de la pharma Des deux côtés de l’Atlantique, il leur est « demandé de réévaluer la pertinence de la mise en place de nouvelles études, ainsi que la poursuite de celles en cours » Actuellement 334 006 essais cliniques sont menés dans 210 pays, selon l’organisme américain Continuum Clinical À ce stade, difficile d’évaluer lesquels vont s’arrêter mais 56% des centres américains et 85% des européens ou ils sont réalisés s’attendent à des interruptions dans le recrutement des patients et la participation au programme en cours

Un coût de 20 Mds$ pour les essais pivots

Concernant les plus coûteux, c’est-à-dire les phases 3, aux États-Unis, la plate-forme d’informations Evaluate Pharma estime que « 315 essais pivots pourraient faire face à des retards causés par le coronavirus » Ces études cliniques se terminent cette année et concernent 172 104 patients dont un tiers en cours de recrutement Leur coût global est évalué à 20 Mds$ (cf tableau A) Les retards qui semblent désormais inévitables devraient en toute logique alourdir encore la facture Sans compter la perte de rentabilité du projet lié à l’allongement du délai d’arrivée sur le marché du médicament Au final, les répercussions pour les big pharma comme pour les biotechs amé-ricaines seront conséquentes Plusieurs