Accueil / Lettre hebdomadaire / GENOPOLE – BIOTECHFINANCES N° 832 – 19/11/2018

GENOPOLE – BIOTECHFINANCES N° 832 – 19/11/2018

GENOPOLE : 20 ANS ET DÉJÀ SÛR DE SES CHOIX

700 inscrits, 550 participants, les 20 ans de Genopole célébrés cette semaine ont été l’occasion de pointer les pistes des succès futurs. Dans cette période charnière où nombre d’acteurs de l’innovation cherchent des assurances ou réassurances sur leurs fondamentaux, le modèle du cluster d’Évry a été salué comme une des démonstrations de ce que sait produire l’intelligence française bien employée. Avec 87 entreprises et 17 laboratoires, qui emploient directement 1400 personnes et génèrent 214 M€ de chiffre d’affaires, Genopole peut se targuer d’être une place forte de l’innovation. « Nos bases sont très solides et nous valent le soutien constant des politiques, que ce soit au plus haut niveau de l’État, de la Région, du Département et de la Ville », tient à souligner Jean-Marc Grognet, le directeur général de Genopole. « Nous savons que, face à la raréfaction des financements publics, nos moyens proviendront davantage du privé, des industriels ou des grands fonds d’investissement. Nous avons aujourd’hui toute capacité à séduire ces grands acteurs parce que nous possédons les atouts concrets nécessaires pour les amener à s’engager à nos côtés. » La stratégie est en place. Genopole souhaite, au-delà, aller chercher plus d’Europe avec une meilleure pénétration du programme H2020, et plus d’international pour alimenter ses prochains déploiements en génomique, en biothérapie, en biologie de synthèse et en deeptech. Présente aux 20 ans, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, a insisté sur ces points. « Se projeter vers les 20 prochaines années, c’est pour le Genopole avoir une stratégie d’appui à la projection de ses membres au plan européen, et viser par ce biais une visibilité et une attractivité internationale accrues », a-t-elle indiqué, mentionnant aussi que le cluster « pourra compter sur un soutien renouvelé de l’État et de la Région Île-de-France, pour lui permettre de faire évoluer son modèle afin de l’adapter aux enjeux de la compétition mondiale… ».

« Primé » inter pares

Fin octobre, le Genopole recevait le prix du Parc de recherche d’excellence, des mains de l’Association of university research parks (AURP). Ce prix international récompense les parcs scientifiques ou hubs d’innovation représentant un écosystème exceptionnel. Une première, car l’AURP n’avait jamais décerné auparavant une telle récompense à un membre non basé aux États-Unis. « Un jalon important », reconnaît le patron de Genopole, qui prépare quelques annonces d’implantations prochaines sur son parc. Sans doute donne-t-il aussi des garanties suffisamment consistantes localement pour encourager les initiatives institutionnelles. Le Grand Paris Sud a ainsi profité des 20 ans pour confirmer la mise à disposition d’un espace d’un hectare pour la construction de Genopole Campus 5 pour l’accueil d’entreprises et de laboratoires, et de 4,5 hectares pour l’accueil d’unités de production et de distribution industrielle. De quoi ajouter à la dynamique des succès prochains.

Lire le numéro

Voir aussi

AU SOMMAIRE DE BIOTECHFINANCES n° 836 – 17/12/2018

LA UNE KURMA : UN CLOSING À 150 M€ POUR FINIR L’ANNÉE EN BEAUTÉ ESSENTIEL …