dimanche 7 juin 2020


Les résultats de la phase II obtenus avec Elafibranor dans la cholangite biliaire primitive (PBC) sont sans nuage Le produit phare de la biotech lilloise, inhibiteur des PPAR alpha et delta, a permis une réduction de 48 % de l’alkaline phosphatase (ALP) à la dose 80 mg (41 % à 120 mg) en 12 semaines de traitement chez 45 patients, contre une hausse de 3 % dans le bras placebo Cette différence, sur le critère principal, est statistiquement significative Sur le plan de l’efficacité, Elafibranor fait mieux qu’OCA, le seul produit aujourd’hui approuvé pour le traitement de cette maladie du foie (entre -33 et -39 % d’ALP) Il est au coude à coude avec le Seladelpar, développé par