vendredi 10 juillet 2020


Monde

NGM Bio est parvenue à lever 107 M$ suite à son introduction sur le Nasdaq. La biotech américaine consacrera ces fonds au financement d’une phase II avec son produit phare NGM 282 dans la NASH, dont les résultats sont attendus en 2020. Ce produit, qui fait l’objet d’un accord de licence avec Merck&Co, pourrait entrer en phase III en 2021.

Puma Biotechnology (PBYI) passe un accord avec Pierre Fabre pour les droits en Europe sur Nerlynx, un médicament contre le cancer du sein. Puma recevra un paiement initial de 60 M$ et sera éligible à des paiements échelonnés d’un montant maximal de 345 M$, ainsi qu’à des redevances sur les ventes.

Novartis annonce le rachat de la biotech américaine IFM Tre, filiale d’IFM Therapeutics. Le groupe suisse verse immédiatement 310 M$ de paiement immédiat et jusqu’à 1,265 M$ de paiement d’étapes supplémentaires pour l’acquisition des droits sur un portefeuille de candidats-médicaments antagonistes de NLPR3. En 2017, IFM Therapeutics avait signé un accord de licence avec option d’achat avec BMS, notamment pour ses programmes de développement d’agonistes des NLRP3 en oncologie. Avec les antagonistes de NLRP3, ce sont cette fois les applications anti-inflammatoires que lorgne Novartis, en cardiologie et dans la NASH notamment (voir En vue ci-contre).

Coté

DBV Technologies (DBV) vient d’annoncer le lancement d’un placement privé. La société, dont l’autonomie financière ne dépasse pas la fin de l’année, souhaite renforcer sa trésorerie. Cette opération se fera via l’émission de 5,2 millions d’actions nouvelles maximum (17 % du nombre d’actions total de la société) et devrait permettre à DBV de lever 62,7 M€. Avec une consommation de trésorerie d’environ 10 à 12 M€ par mois, la visibilité financière de la société pourra ainsi être portée jusqu’au deuxième trimestre 2020.

Galapagos (GLPG) vient d’annoncer des résultats positifs pour son produit phare, Filgotinib, développé en partenariat avec Gilead, en phase III dans la polyarthrite rhumatoïde. Ces nouvelles données, issues des études Finch 1 et 3, suggèrent une efficacité légèrement inférieure à celle de son principal concurrent, l’upadacitinib d’Abbvie. Néanmoins, son profil de sécurité semble meilleur. Depuis l’annonce de ces résultats, le cours de bourse de Galapagos a grimpé de 25 %. Celui de Gilead de 2 %.

Poxel (POXEL) annonce le lancement d’un essai de phase IIa avec PXL770, un activateur direct de la protéine kinase activée par l’adénosine monophosphate (AMPK), dans le traitement de la NASH. Dans cette étude de 12 semaines réalisée aux États-Unis, trois dosages seront administrés contre placebo. L’étude évaluera l’efficacité et l’innocuité du produit, avec comme critère principal l’évolution de la masse grasse dans le foie, évaluée par résonance magnétique (MRI-PDFF). Les résultats sont attendus au premier semestre 2020. En complément de l’étude de phase IIa, une seconde étude distincte évaluera la pharmacocinétique et pharmacodynamique de PXL770.

Stentys (STNT) dévoile une croissance de 26 % de son chiffre d’affaires à 8,9 M€ (7,0 M€ en 2017). La trésorerie de la medtech, qui développe et commercialise des stents auto-apposants innovants pour le traitement de pathologies artérielles complexes, ressort à 9,9 M€ au 31 décembre 2018. Cette année-là a notamment été marquée par l’acquisition de Minvasys, société spécialisée dans les dispositifs coronaires, pour un montant de 7,5 M€.

Cellectis (ALCLS – CLLS) a obtenu l’autorisation de la FDA de procéder à une étude clinique de phase I pour son CAR-T allogénique UCARTCS1 chez les patients atteints de myélome multiple. UCARTCS1 est conçu selon un processus de fabrication qui supprime à la fois l’antigène CS1 et l’antigène TCR de la surface de la cellule, à l’aide de la technologie d’édition du génome TALEN. Il s’agit du quatrième CAR-T allogénique, conçu grâce à cette technologie, à être autorisé à entrer en étude clinique, après UCART22, UCART123 et UCART19, le produit plus avancé. Ce dernier ne devrait démarrer un essai de phase II qu’en 2020 (lire Biotech Finances no 848).

Valbiotis (ALVAL) reçoit deux subventions publiques non dilutives pour un montant total de 885 k€. La première est accordée par la Région Nouvelle-Aquitaine (536 k€) pour les activités de marketing et business development autour de Valedia, un produit conçu pour aider les pré-diabétiques à réduire leur risque de diabète de type 2. La seconde provient de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de l’État pour la poursuite des travaux de recherche sur ce même produit.

Noxxon (ALNOX) a dévoilé les « résultats actualisés » d’une étude de phase I/II réalisée avec son produit phare NOX-A12, en combinaison avec Keytruda, chez 19 patients atteints de cancers du pancréas et du colon, au stade métastatique et à micro-satellites stables. De premiers résultats, publiés en décembre dernier, avaient montré un taux de survie de 70 % à 24 semaines et de 50 % à six mois, chiffres jugés alors par les dirigeants comme « étonnamment élevés » chez des patients lourdement pré-traités et en échec thérapeutique. Ces dernières données font état d’un taux de survie de 33 % à 12 mois, résultats qui « soutiennent la poursuite du développement clinique dans ces indications graves ». Inhibiteur de la chimiokine CXCL12, NOX-A12 est une molécule chimique qui vise à inverser le statut immunosuppresseur du micro-environnement tumoral. Biotech allemande cotée à Paris depuis 2016, Noxxon a levé 6,2 M€ en novembre dernier et recherche un partenaire industriel pour poursuivre le développement de NOX-A12.

Retrouvez l’interview web-tv d’Aram Mangasarian dans l’émission le « Journal des Biotechs », un partenariat de BIOTECHFINANCES avec Boursorama. Le CEO de Noxxon dresse les perspectives 2019 dans l’oncologie de la biotech allemande cotée à Paris, alors qu’une nouvelle levée de fonds se précise dans les mois à venir

Nanobiotix (NANO) vient d’obtenir le marquage CE pour Hensify (NBTXR3) dans le traitement des sarcomes des tissus mous (STM) localement avancés. Hensify est une suspension aqueuse de nanoparticules d’oxyde d’Hafnium (Hf02) cristallisé, développées pour être directement injectées dans la tumeur du patient, en amont de sa première séance de radiothérapie. Ce produit agit ainsi comme un amplificateur de radiothérapie. Il est actuellement en phase II dans le cancer de la tête et du cou et de la prostate, notamment.

Non coté

CarThera publie les résultats finaux de son essai clinique de phase I/IIa sur l’ouverture de la barrière hémato-encéphalique (BHE) par ultrasons pour améliorer l’efficacité de la chimiothérapie par carboplatine. Les résultats de l’étude montrent un bon profil de sécurité pour l’implant ultrasonore SonoCloud-1. Les patients atteints de glioblastome récurrent et ayant bénéficié d’une ouverture de la BHE détectée par IRM (11 patients) ont présenté une survie globale médiane de 12,9 mois, contre 8,6 mois pour les patients sans ouverture de la BHE (8 patients). Fin 2018, la medtech a bouclé une série B de 9 M€ pour financer un nouvel essai avec SonoCloud-9, un dispositif conçu pour couvrir un volume neuf fois supérieur à celui de la génération précédente. CarThera recrute actuellement des patients pour cette nouvelle étude pilote d’un an et demi, répartie sur quatre sites, en France et aux États-Unis (voir Biotech Finances no 836).

Aepodia : une experte en recherche clinique précoce. Spin-off d’Eli Lilly, Aepodia, 10 ans d’existence, déploie deux centres, l’un en Belgique et l’autre en France. L’entreprise, qui emploie 25 salariés, opère pour le compte de biotechs et de pharmas dans le domaine de la recherche clinique en phase précoce (phase I, phase IIa). Dans son interview, Hervé Pagès, CEO d’Aepodia, détaille les expertises de sa société, ses capacités de différenciation et dévoile sa stratégie pour l’avenir.

En vue

Vas Narasimhan

Le CEO de Novartis a déjà orchestré plus de 50 Md$ de contrats, et a affiché l'ambition de dépenser plus de 10 Md$ par an en acquisitions.


Florent Belon

CEO de Cell and Co, société spécialisée dans la conservation d'échantillons biologiques, annonce la fin de la construction de son nouveau site, suite à un investissement de 1,4 M€.


Christophe Douat

fondateur et CEO de MedinCell, vient d'être lauréat des trophées LetsgoFrance dans la catégorie Modèle d'économie durable.


Les chiffres

196 M$

Le fonds de capital-risque associé à l'Université de Cambridge vient de collecter 196 M$. Il s'agit de la plus importante levée de fonds au Royaume-Uni pour le moment en 2019.

x3

Un rapport de Frost & Sullivan suggère que le marché lié à la thérapie cellulaire va tripler d'ici 2025, pour atteindre 8,21 Md$. Le marché était estimé à 2,7 Md$ en 2017.

98 M$

La société danoise Novo Nordisk a dépensé 98 M$ pour moderniser son site de production lié au traitement du diabète à Kalundborg. Le site produit la moitié de l'insuline distribuée dans le monde.

Étiquettes : , , , , , , , , , ,