lundi 10 août 2020


Monde

Gilead a annoncé l’abandon d’un des programmes d’immunothérapie à base de cellules CAR-T hérité de l’acquisition de Kite Pharma (12 Md$ en août 2017), en l’occurrence un CAR-T anti-BCMA développé dans le myélome multiple. Cet abandon explique en bonne partie la dépréciation de 820 M$ passée par la société dans ses comptes au quatrième trimestre, selon les analystes financiers américains.

Zimmer Biomet annonce l’obtention du feu vert de la FDA (510k) pour la mise sur le marché de ROSA Knee System, un dispositif de chirurgie assistée par robotique pour les opérations du genou. Le géant américain des technologies a acquis la plateforme ROSA, dont une seconde application est en cours de développement dans la chirurgie du cerveau (ROSA Brain), en rachetant la société française Medtech Surgical en 2016 pour 170 M€.

MeiraGtX signe un accord de licence avec Janssen Pharma (filiale de J&J). Moyennant 100 M$ d’upfront, complétés par des milestones et des redevances de 20 % sur les ventes futures, Janssen reprend les droits mondiaux et exclusifs du portefeuille de candidats-médicaments de thérapie génique développés par la biotech britannique dans le champ des maladies ophtalmiques rares de la rétine et qui compte cinq projets actuellement en clinique.

Coté

Sanofi (SAN) a décroché le feu vert de la FDA pour la commercialisation de Cablivi dans le traitement du purpura thrombotique thrombocytopénique (PTT) acquis de l’adulte. Ce produit, approuvé en Europe depuis août dernier, est hérité de la biotech belge Ablynx, acquise par Sanofi l’an passé. Basé sur la technologie propriétaire des Nanobody, Cablivi est le premier médicament autorisé dans l’indication du PTT.

Sanofi (SAN) annonce l’atteinte du critère principal dans l’étude ICARIA évaluant isatuximab dans le myélome multiple réfractaire en troisième ligne, auprès de 300 patients. Ce produit, un anti-CD38 issu d’une collaboration avec Immunogen, était associé à une combinaison de pomalyst-dexaméthasone. Il est actuellement évalué dans trois autres essais de phase III. Les résultats seront communiqués lors d’un prochain congrès scientifique.

OSE Immunotherapeutics (OSE) annonce la levée par Servier de sa première option dans le cadre de l’accord de licence mondiale portant sur OSE-127. Ce candidat-médicament, un antagoniste de l’IL-7 récepteur actuellement en phase I d’essai clinique, devrait être développé dans différentes maladies auto-immunes. Cette levée d’option est associée à un paiement d’étape de 10 M€ en faveur d’OSE.

GenSight (SIGHT) a publié les résultats à 48 semaines de l’étude RESCUE, visant à évaluer son produit phare, GS010, une thérapie génique destinée au traitement de la neuropathie optique héréditaire de Leber (LOHN). Dans cet essai clinique final, 39 patients souffrant de cette maladie et dont la perte d’acuité visuelle remontait à moins de six mois ont été traités avec GS010 (injection intra-vitréenne) sur un œil et par un placebo (sham) pour l’autre œil. Le critère principal d’évaluation – une différence d’amélioration de l’acuité visuelle de 15 lettres entre les yeux traités par GS010 et les yeux sham après 48 semaines de suivi, n’a pas été atteint. Néanmoins, la société indique qu’une amélioration statistiquement significative de l’acuité visuelle d’une part et du contraste d’autre part a été enregistrée. Les dirigeants sont confiants dans la possibilité d’atteindre le critère principal dans ce même essai à 72 semaines (publication prévue en avril) et ne modifient donc pas leur objectif : déposer un dossier d’enregistrement en Europe pour GS010 d’ici la fin de l’année.

Pharnext (ALPHA) annonce l’obtention d’une désignation Fast Track auprès de la FDA pour PXT3003, son produit phare, dont la phase III est terminée dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A. Ce médicament est une association synergique de baclofène, naltrexone et sorbitol, sous forme de solution buvable administrée deux fois par jour. Fin janvier, la biotech avait levé 15 M€ auprès de CB Lux, holding de l’homme d’affaires Claude Berda, dans l’objectif de financer la commercialisation de ce produit.

Genomic Vision (GV) a dévoilé un chiffre d’affaires 2018 de 680 k€, en recul de 62 %. La biotech parisienne, spécialisée dans le diagnostic in vitro et les outils pour les laboratoires de recherche, a souffert sur l’exercice de la résiliation d’un important contrat de distribution en Chine. Genomic Vision affiche une trésorerie de 3,2 M€ à fin décembre, qui tient compte du tirage, au dernier trimestre 2019, des dernières lignes de son programme de financement par OCABSA, ainsi que d’un prêt de 300 k€ octroyé par son partenaire américain Quest, garanti par le nantissement de certains brevets et arrivant à échéance le 31 mars. La société, qui estime que sa visibilité financière ne dépasse pas cet horizon, veut faire approuver en assemblée générale, le 15 février prochain, plusieurs augmentations de capital au profit des fonds Winance et Vesalius Biocapital.

Global Bioenergies (ALGBE) annonce la réussite d’essais réalisés sur un démonstrateur industriel et menés en partenariat avec le groupe Clariant, visant à produire de l’isobutène cellulosique à partir d’hydrolysat de paille de blé. Ces essais s’inscrivent dans le cadre du projet OPTISOCHEM, financé par le Bio Based Industry-Joint Undertaking (BBI-JU) et lancé en juin 2017. L’objectif est de valoriser la paille de blé résiduelle en la convertissant en bio-isobutène renouvelable de deuxième génération, qui pourrait être ensuite transformé en oligomères et polymères utilisables pour différentes applications (lubrifiants, caoutchoucs, cosmétiques, solvants, plastiques, carburants).

Hybrigenics (ALHYG) met fin à trois semaines de suspense et dévoile le nom de son acquéreur potentiel : DMS Group (DGM). Les deux sociétés sont entrées en négociation exclusive en vue d’une prise de contrôle d’Hybrigenics par DMS, via un apport partiel d’actifs du pôle DMS Biotech constitué par la société Stemcis, spécialisée dans les thérapies à base de cellules souches adipeuses.

La société de bourse Portzamparc abaisse son objectif de cours sur Valneva (VLA) de 4,9 € à 3,4 €. Son activité commerciale est performante (+2,6 % en 2018), mais très dépendante d’un contrat avec l’armée américaine (32 % du CA) « dont la visibilité est incertaine », selon Portzamparc. Son candidat clinique le plus avancé est le VLA15, qui est évalué en phase II dans la maladie de Lyme. La biotech entend partager ces dépenses avec GSK, qui dispose d’une option de licence sur ce produit, mais « l’impact sur la rentabilité du groupe serait important, sans parler des risques d’échec clinique ». De plus, la société de courtage s’attend à une perte de vitesse sur les ventes d’Ixiaro après 2020.

Median Technologies (ALMDT) se réorganise en deux business units séparées, iCRO (imaging Contract research organization) et iBiopsy, sa plateforme d’imagerie médicale de nouvelle génération. La société en profite pour annoncer un chiffre d’affaires 2018 de 6,3 M€, avec une trésorerie et équivalents de trésorerie à 12,7 M€. Cette année, Median a également concentré ses activités iCRO vers la Chine. Fin 2018, 39,2 % du carnet de commandes concernaient des projets chinois (contre 5,4 % en 2017).

Non coté

Quantum Surgical a remporté un appel à projets lancé par l’État et la Région Occitanie (troisième volet du Programme d’investissements d’avenir opéré par Bpifrance), pour le développement de son projet d’intelligence artificielle. La medtech montpelliéraine, spécialisée en robotique médicale, va ainsi percevoir 490 k€ sous forme de subvention, qui serviront un programme de R&D sur des technologies d’intelligence artificielle visant à assister la pratique de l’ablation percutanée.

DTA Medical annonce l’inclusion d’un premier patient dans son essai clinique visant à évaluer VistaCare One. Ce dispositif, qui bénéficie d’un marquage CE depuis début 2018, permet l’isolement et le traitement des plaies dans un environnement contrôlé (lire Biotech Finances no 810). L’essai prévoit le recrutement de 30 patients souffrant de plaies aiguës ou chroniques de la jambe, d’origines traumatiques ou chirurgicales, dans six centres hospitaliers, en France.

 

En vue

Philippe Halfon

Genoscience Pharma, dont il est président et fondateur, est lauréate avec GlioCure (lire p.4) du programme Advance Biotech Grant, organisé par Merck Kgaa. La société percevra entre 50 et 100 k€ de dotation.


Florence Allouche

La présidente de SparingVision a été récompensée par le Mercure des Entrepreneurs HEC 2019, dans la catégorie Création. C'est la première fois que ce prix est attribué à une société de biotechnologie.


Lucia Robert

La CEO de Matwin s’apprête à célébrer les 10 ans de son organisation, qui réunit entre autres les majors de la pharma, et les 5 ans de Meet2win, événement incontournable de l’innovation en oncologie, les 21 et 22 mai prochains à Bordeaux.


Les chiffres

900 k€

Sophia Genetics s'est vu attribuer une enveloppe de 900 k€ par le fonds de dotation MSDAVENIR pour soutenir le projet Pimiento, mené en collaboration avec l'INRIA et dédié au diagnostic et au suivi du cancer du poumon non à petites cellules (lire Billet Bio p. 8).

1,1 M€

Crossjet (ALCJ) vient d'obtenir un financement d'1,1 M€ de Bpifrance et de la Région Bourgogne-Franche-Comté sous forme de prêts, pour soutenir la montée en puissance de ses moyens de production.

60,75 M$

Le montant du tour A de la biotech new-yorkaise HiberCell auprès d’ARCH Venture Partners (lead), Hillhouse Capital, 6 Dimensions Capital, Celgene Corporation, le NYC Life Sciences Fund et d’investisseurs institutionnels, de family offices et de particuliers. HiberCell cible la détection et la thérapie des cellules cancéreuses dormantes.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,