lundi 24 février 2020


Monde

La Californienne Twist Bioscience va se présenter au Nasdaq Global Select, sous le symbole TWST, ce 31 octobre. L’entreprise, dirigée par Emily Leproust, notre francophone de la semaine dans Biotech Finances no 755 du 6 février 2017, espère lever entre 80 et 90 M$. Pour mémoire, Twist Bioscience se déploie dans la production d’ADN synthétique sur des supports en silicium atteignant 3200 lettres.

Dédiée aux maladies rares, la plateforme Raremark a levé 3 M£ auprès d’AlbionVC et Ananda Ventures, avec la participation d’Oltre Venture et du principal investisseur existant, le Cass Entrepreneurship Fund. Ce financement servira à développer la participation des patients atteints de maladies rares et permettra au biopharmas d’identifier et d’apprendre au contact des patients pour accélérer le développement de nouveaux traitements. La plateforme Raremark est à la base de la création de réseaux de recherche sur les patients atteints de maladies rares et leurs familles.

L’Américaine Ni2o arrive sur le marché français avec son implant cérébral Kiwi, qui adresse les personnes atteintes de troubles neurologiques et de maladies neurodégénératives. Ni2o, soutenue par Bpifrance (montant du prêt non divulgué), sera hébergée à l’Institut du cerveau pour mener à bien les tests techniques et cliniques de Kiwi.

Les données cliniques de l’étude TAGS de phase III évaluant le LONSURF (trifluridine/tipiracil, TAS-102), pour les patients atteints d’un cancer gastrique métastatique ayant déjà reçu des traitements intensifs, sont positives. L’étude portée par Servier et Taiho Oncology, une filiale de Taiho Pharmaceutical, a atteint son critère principal de prolongement de la survie globale (SG), et a également continué de démontrer un profil d’innocuité et de tolérabilité prévisible pour le trifluridine/tipiracil.

La Danoise Galecto Biotech a clôturé un financement de série C de 79 M€, codirigé par Ysios Capital et OrbiMed, suivis par HBM Healthcare, OrbiMed Israel, Bristol-Myers Squibb, Maverick Ventures et Seventure Partners, et les historiques Novo Seeds, M Ventures et Sunstone Capital. L’argent levé permettra, entre autres, de mener en Europe et aux États-Unis une étude clinique de phase II/III sur TD139 dans la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI).

Coté

Advicenne (ADVIC) a remporté le prix Galien-Medstartup 2018 dans la catégorie Meilleur design novateur d’étude pour l’ADV7103. Cette récompense « reconnaît la qualité de notre approche clinique pour enregistrer ADV7103 pour le traitement de l’ATRd aux États-Unis, visant à apporter aux patients une thérapie indispensable dans le cadre de cette maladie orpheline mal traitée et débilitante », a souligné le Pdg d’Advicenne, Luc-André Granier. Un dossier d’autorisation de mise sur le marché en Europe est prévu les prochains mois.

Deinove (ALDEI) a engagé une coopération scientifique avec Calibr, une plateforme de découverte de médicaments rattachée au centre Scripps Research. Deinove fournira à Calibr des extraits bactériens issus de sa collection de micro-organismes rares. Calibr explorera le potentiel de ces bactéries pour le traitement de maladies parasitaires et infectieuses négligées, comme la tuberculose ou le paludisme, non ciblées par Deinove.

Galapagos (GLPG) cède à Abbvie l’ensemble des droits de son portefeuille de candidats-médicaments en développement dans la mucoviscidose, pour un paiement immédiat de 45 M$ auxquels s’ajoutent 200 M$ de milestones potentiels. La biotech belge a publié, en marge de ses comptes trimestriels, les résultats cliniques de l’étude FALCON, une phase Ib évaluant une combinaison de trois de ses produits dans la mucoviscidose. Les données cliniques obtenues, quoique peu spectaculaires, ont suffi à convaincre le groupe américain, partenaire de Galapagos dans cette indication depuis 2013.

GenSight Biologics (SIGHT) a traité le premier patient de l’étude clinique de phase I/II, PIONEER, de GS030 au Moorfields Eye Hospital, Londres, Royaume-Uni. PIONEER est une première étude chez l’homme, multicentrique, ouverte, de recherche de dose, qui vise à évaluer la sécurité et la tolérance de GS030 chez 18 patients atteints de rétinopathie pigmentaire. GS030 associe une thérapie génique (GS030-DP), administrée via une unique injection intra-vitréenne, à un dispositif optronique de stimulation visuelle (GS030-MD).

Hybrigenics (ALHYG) annonce sa prochaine dissolution. La biotech parisienne a annoncé l’arrêt de son étude de phase II évaluant son unique candidat-médicament, inécalcitol, auprès de 115 patients atteints de leucémie aiguë myéloide (LAM). Une analyse de futilité, prévue dans le protocole de l’essai pour être menée après 68 décès, a conclu que le produit n’aurait aucune chance de démontrer son efficacité. Ayant cédé sa filiale de services (Helixio) début 2018, Hybrigenics n’avait pour activité, outre un programme de recherche préclinique avec le groupe Servier, que le développement d’Inecalcitol (cancers du sang et prostate). Depuis deux ans, les ressources de la société étaient concentrées sur cet essai ambitieux dans la LAM. Le conseil d’administration convoquera une assemblée générale pour proposer la dissolution de la société. Le cours de bourse affichait une baisse de 86 % à la mi-séance.

Innate Pharma (IPH) signe un accord multi-termes avec AstraZeneca et MedImmune. Innate prend en licence les droits commerciaux aux États-Unis et en Europe de Lumoxiti (moxetumomab pasudotox-tdfk), un traitement contre la leucémie à tricholeucocytes développé par AstraZeneca et récemment approuvé par la FDA. AstraZeneca obtiendra l’intégralité des droits en oncologie de l’anticorps humanisé first-in-class anti-NKG2A, monalizumab, étendant le partenariat initialement annoncé en 2015. Elle acquiert également une option sur IPH5201, un anticorps ciblant CD39, ainsi que sur quatre actifs précliniques du portefeuille d’Innate. Retrouvez notre article complet sur Boursorama : https://tinyurl.com/y6vgcf83.

Voluntis (VTX) perd le soutien de Roche Pharma France en ce qui concerne l’évaluation de la solution ZEMY dans les tumeurs solides. La medtech garde cependant la confiance du groupe suisse dans le cancer du sein, où une étude multicentrique visant à évaluer l’adhésion des patientes à la solution ZEMY et leur qualité de vie est en cours. Selon Voluntis, la révision du périmètre du contrat, portant sur le territoire français aurait un impact financier mineur sur les opérations.

Non coté

i-SEP obtient une aide de 3 M€ dans le cadre du PIA, qui est complétée par un financement FEDER de 500 k€ de la Région Pays de la Loire. Cet argent frais va lui permettre de finaliser le développement de son innovation, un prototype d’auto-transfusion sanguine per-opératoire qui permet, à la différence des solutions disponibles actuellement, de rendre au patient ses plaquettes en plus de ses globules rouges, et apporte un progrès significatif dans la qualité du sang.

Orphelia Pharma reçoit un prêt FEDER d’un montant d’1 M€. Ce prêt à taux zéro, porté par Bpifrance et cofinancé par l’Union européenne et la région Auvergne-Rhône-Alpes, vient en soutien à la première formulation pédiatrique d’un traitement de rechute d’un cancer rare de l’enfant. Hugues Bienaymé, directeur général d’Orphelia, a indiqué que l’aide participerait au coût de développement du produit jusqu’à la mise à disposition des patients d’ici deux à trois ans.

À Marseille, Volta Medical lève 2,3 M€ dont 2 M€ auprès du groupe Pasteur Mutualité. Cette jeune MedTech française a mis au point le premier logiciel d’intelligence artificielle baptisé AIFib, permettant de guider des cardiologues au bloc opératoire durant des interventions. Les fonds serviront pour la mise en place d’une étude clinique européenne multicentrique, afin d’étoffer l’équipe de R&D, développer de nouveaux produits et préparer une entrée sur le marché courant 2020.

L’Institut Curie et Philips s’associent dans le cadre d’un partenariat à long terme pour développer des projets de recherche clinique qui visent à l’amélioration du diagnostic et du traitement des patients. Ce partenariat fait suite à l’acquisition, par l’Institut Curie, d’un appareil de médecine nucléaire numérique Philips Vereos, le premier dans son genre en Île-de-France.


En vue

Barbara Yanni

entre au Conseil d’administration de Cerenis Therapeutics (CEREN) en tant qu’administrateur indépendant. Barbara Yanni est actuellement administrateur indépendant de trois autres sociétés biotechs au stade clinique : Trevena Inc. (Nasdaq : TRVN), Vaccinex Inc. et Symic Bio. Elle bénéficie de plus de trente ans d'expérience dans l’industrie pharmaceutique, notamment chez Merck and Co.


Jan Berger

rejoint le conseil d’administration de Voluntis (VTX) en tant qu’administratrice. Jan Berger était auparavant senior vice-president, chief clinical officer et innovation officer de CVS Health/Caremark et siège actuellement au Conseil d’administration de Cambia Health Solutions (assureur multi-états Blue Cross Blue Shield), de GNS Healthcare (analyse de données de santé), Tabula Rasa (services de gestion et sécurité des médicaments) et Accent Care (santé à domicile et soins palliatifs).


Jean-Marc Grognet

Le DG de Genopole a reçu le prix de Parc de recherche d’excellence, décerné par l’AURP (Association of University Research Parks). C’est la première fois que l’association récompense un membre non basé aux États-Unis. Le prix a été remis pendant la conférence internationale annuelle de l’AURP à Baltimore (Maryland). Le prix de parc de recherche d’excellence récompense les parcs scientifiques, parcs de recherche ou hubs d’innovation qui représentent un écosystème exceptionnel.


Les chiffres

13 M€

La trésorerie consolidée d’Onxeo (ONXEO) au 30 septembre 2018, contre 11 M€ au 30 juin 2018, qui comprend 2,4 M€ de produit brut issu de l'utilisation de la ligne de financement en fonds propres mise en place le 15 juin 2018 avec Nice & Green SA. Sous réserve de l'utilisation intégrale de cette réserve, l'horizon financier de la société se prolongera jusqu'en 2020.

12,9 M€

La trésorerie et les équivalents de trésorerie de Cerenis Therapeutics (CEREN) au 30 septembre 2018, incluant un montant d'1,1 M€ lié à l’augmentation de capital réalisée le 26 juillet 2018.

26,6 M€

La trésorerie et équivalents de trésorerie, et les autres actifs financiers courants de Transgene (TNG) au 30 septembre 2018, contre 41,4 M€ au 31 décembre 2017. Transgene confirme sa prévision de consommation de trésorerie d’environ 25 M€ pour 2018 et sa visibilité financière jusqu’en septembre 2019.