mercredi 5 août 2020


Monde

NuPharm Group rachète Biodim à Pharma Omnium International pour un montant non divulgué. Nupharm est l’un des principaux laboratoires pharmaceutiques spécialisés européens, se concentrant sur le traitement des maladies du système nerveux central (SNC). Biodim est la division commerciale de Pharma Omnium Int. qui vend des produits pharmaceutiques pour traiter les troubles de l’anxiété. Biodim sera rebaptisée Neuraxpharm France.

VarmX, basée à Leiden, collecte 12,5 M€, dont 7,5 M€ sont apportés par BioGeneration Ventures (BGV) avec, à ses côtés, la société de développement économique régional InnovationQuarter. Uniiq et Leiden University sont également des actionnaires, grâce à la conversion de leur prêt de démarrage à l’entreprise. Ce tour A est complété par la Netherlands Enterprise Agency (RVO.nl) avec un crédit d’innovation de 5 M€. Le produit phare de VarmX, PseudoXa, est conçu pour arrêter ou prévenir le saignement chez les patients prenant des anticoagulants sous la forme d’inhibiteurs synthétiques du facteur Xa. Le nouveau financement doit permettre de faire entrer PseudoXa en clinique chez l’homme.

Vicore veut racheter INIM Pharma, une autre biotech suédoise ciblant les maladies pulmonaires rares et graves. La transaction se ferait moyennant 7,8 M€, auxquels s’ajouteront des apports en actions. L’acquisition d’INIM complète le portefeuille et l’actif principal de Vicore, C21, qui est en phase IIa dans la fibrose idiopathique (IPF).

Coté

Acacia Pharma (ACPH) obtient une facilité de crédit de 30 M$ auprès de Hercules Technology Growth Capital afin de soutenir la commercialisation prévue de Barhemys, pour les nausées et les vomissements post-opératoires aux États-Unis, suite à l’approbation conditionnelle de la FDA. Une première tranche de 10 M$ a été tirée à la clôture de la nouvelle facilité de crédit.

Advicenne (ADVIC) publie les résultats à 24 mois (données d’extension) de son essai clinique B22CS, mené avec son produit phare ADV7103 dans l’acidose tubulaire rénale distale (ATRd), une maladie rare. La société, qui disposait des données à 6 mois lorsqu’elle est entrée en bourse en novembre dernier, est désormais prête à déposer une demande d’enregistrement auprès des autorités européennes. Elle espère lancer son produit courant 2020.

Genomic Vision (GV) lance un avertissement sur résultats. La biotech parisienne, spécialisée dans le diagnostic moléculaire complexe, avec sa technologie dite de « peignage moléculaire », signale qu’elle n’a enregistré aucune vente de « plateforme » au deuxième trimestre, après un premier trimestre « dynamique » (+52 %, mais avec un chiffre d’affaires modeste, 128 k€). Cette déconvenue place la société dans une situation financière périlleuse. Genomic Vision, qui consomme plus de 2 M€ par trimestre, ne disposait que d’1,3 M€ de trésorerie nette à fin mars et 5,5 M€ sur une ligne de financement par OCABSA.

Medicrea (ALMED) a enregistré un chiffre d’affaires de 8,8 M€ en hausse de 14,2 % au deuxième trimestre, portant à 22 % la croissance sur l’ensemble du premier semestre. Aux États-Unis, les chirurgies personnalisées UNiD sont en hausse de 50 %, une activité qui contribue à près de 60 % des ventes de la société dans ce pays. Hors États-Unis, les ventes réalisées avec les distributeurs internationaux progressent de 40 %, avec une réaccélération au Brésil. En France, la croissance est timide (3 %), mais les dirigeants indiquent y gagner des parts de marché. La medtech lyonnaise espère dégager un EBITDA positif en 2018.

Oncodesign (ALONC) annonce avoir franchi la deuxième étape de l’étude de phase I évaluant l’intérêt clinique du radiotraceur 18F-ODS2004436, le programme le plus avancé du pipeline de la biotech dijonnaise. Cette molécule, marquée au fluor radioactif, cible la protéine-kinase EGFR et est destinée à devenir un biomarqueur compagnon pour la détection des résistances au traitement dans le cancer du poumon. Elle est développée en partenariat avec Cyclopharma et pourrait être enregistrée, après une phase pivot, à l’horizon 2020.

OSE Immunotherapeutics (OSE) a reçu un avis positif du Comité indépendant d’experts scientifiques (IDMC) pour la poursuite de l’essai clinique pivot international de phase III (Atalante 1) de Tedopi . Cet essai vise à évaluer les bénéfices du produit chez des patients HLA-A2 positifs en deuxième ou troisième ligne de traitement, après échec d’un checkpoint inhibiteur dans le cancer du poumon non à petites cellules, en stade IIIB invasif ou IV métastatique, par rapport aux standards thérapeutiques actuels de chimiothérapie dans cette population de patients. Le critère d’évaluation principal est la survie globale.

OSE Immunotherapeutics (bis) obtient un financement de 435 k€ de Bpifrance dans le cadre d’un appel à projets européen Eurostars. Le projet de recherche sélectionné, appelé IMMUNOMONITOR (treatment response monitoring for cancer immunotherapies using immune repertoire analysis), sera mené au sein d’un consortium européen de cinq partenaires : OSE, ENPICOM, chef de file du consortium (Pays-Bas) et Biomax Informatics (Allemagne), Ultimovacs (Norvège) et le Centre hospitalier universitaire de Hambourg (Universitätsklinikum Hamburg Eppendorf, Allemagne). L’objectif est de valider cliniquement une plateforme d’analyse des données de séquençage du répertoire immunitaire (TCR, récepteur T), issues de patients traités avec l’immunothérapie Tedopi, combinaison innovante de néoépitopes.

Poxel (POXEL) a finalisé le recrutement des patients de l’étude de phase III TIMES 1 de l’Imeglimine, pour le traitement du diabète de type 2 au Japon. TIMES 1 comprend trois études pivotales pour évaluer l’efficacité et la sécurité de l’Imeglimine portant sur environ 1100 patients. Dans cette étude randomisée, en double aveugle, de monothérapie versus placebo, ont été enrôlés plus de 200 patients japonais souffrant de diabète de type 2.

Safe Orthopaedics (SAFEL) lève 6,95 M€ dans le cadre de l’augmentation de capital lancée le 18 juin dernier, cloturée le 27, et ouverte au public. La medtech française, qui commercialise des implants et instruments à usage unique pour la chirurgie du rachis, n’a pas atteint ses objectifs, puisqu’elle espérait lever entre 8,4 et 9,6 M€. Les engagements de souscription s’élevaient à 6,3 M€. Cette opération permet l’entrée du partenaire industriel japonais Kisco au capital à hauteur de 9,1 %, et servira essentiellement au développement commercial de Safe Orthopaedics.

Valneva (VLA) annonce des résultats de phase I positifs dans son essai clinique évaluant son candidat-vaccin VLA15, contre la maladie de Lyme. La biotech lyonnaise ne fournit aucun détail sur les résultats. Des données intermédiaires sur l’immunogénicité et la sécurité du produit avait cependant été communiquées en mars dernier. Les dirigeants expliquent avoir obtenu l’accord de la FDA pour un protocole d’essai de phase II. Celui-ci devrait débuter avant la fin de l’année. VLA15 est le programme le plus avancé du portefeuille de vaccins en développement de Valneva. Il bénéficie d’un statut fast-track.

Non coté

Nouveau collège d’associés pour Andera Partners (ex-Edrip). Il est composé de 10 membres, nommés parmi les 15 directeurs associés des quatre franchises que sont ActoMezz, BioDiscovery, Cabestan Capital et Winch Capital, dont deux directeurs associés d’ActoMezz, trois de BioDiscovery, deux de Cabestan Capital et trois de Winch Capital. Pierre-Yves Poirier (Winch Capital) et Stéphane Bergez (ActoMezz) sont désignés gérants d’Andera Partners, pour une durée de deux ans, et succèdent à Antoine Le Bourgeois et Gilles Nobécourt. La gérance applique les décisions du collège et anime la société de gestion au quotidien.

CorWave décroche un brevet US pour son système de pompe implantable à membrane ondulante, et a déposé également une demande de brevet internationale (PCT) correspondante. Une belle étape franchie pour Louis de Lillers, directeur général de CorWave, qui a déclaré que dans un contexte de développement mondial, « disposer d’un système breveté aux États-Unis est un prérequis ».

La start-up nîmoise Divincell se voit accorder le feu vert de la FDA pour sa technologie basée sur le transport via nanoparticule des ciseaux ADN qui ne sont intéressés que par la cellule malade. Elle compte par ailleurs lever 5 à 10 M€ pour déployer un produit en propre.

Elsalys Biotech publie deux études validant le potentiel de son programme d’anticorps first-in-class anti-CD160 pour le traitement de maladies néovasculaires de l’œil. La première étude démontre que CD160 est fortement exprimé au niveau des vaisseaux sanguins rétiniens chez l’homme, et qu’un fort niveau d’expression de CD160 est associé à de nombreuses pathologies néovasculaires de l’œil. La deuxième étude évalue la sécurité d’un traitement par anti-CD160 et démontre, dans les modèles précliniques in vivo les plus pertinents, le bénéfice thérapeutique de ces anticorps, seuls ou en combinaison avec un traitement par anti-VEGF, traitement standard des maladies vasculaires rétiniennes.

En vue

Samuel Agus,

docteur en médecine (The Hebrew University of Jerusalem) et titulaire de deux doctorats en neurologie et biostatistiques de l’université de Tel Aviv, remplace Susanna Del Signore à la direction médicale de Biophytis (ALPBS). Samuel Agus a plus de 15 ans d’expérience dans l’industrie pharmaceutique.


Scott Chappel

rejoint iTeos Therapeutics en tant que chief scientific officer (CSO). Avant de rejoindre iTeos, Scott Chappel officiait chez Surface Oncology, où il supervisait la génération, l'ingénierie, la production et la caractérisation des anticorps, ainsi que toutes les études précliniques. Il a également été fondateur et chief scientific officer chez Arteaus Therapeutics (rachetée par Eli Lilly en 2014) et Tokai Pharmaceuticals, où il a travaillé au développement d'un traitement oral contre le cancer de la prostate.


Gregory Qushair

Basé à Toulouse, le patron d’Alesia Consulting, vient de publier Grand Tour, son panorama personnel des acteurs des sciences de la vie à Paris. Une vision enracinée dans l’humain, décalée et originale, sourcée au fil des relations tissées avec les femmes et les hommes qui créent l’innovation ou qui la financent. Après Paris, prochaine étape : Barcelone.


Les chiffres

650 MCHF

La capitalisation boursière d’Obseva, cotée depuis janvier 2017 sur le Nasdaq (OBSV) et qui entend s’introduire le 13 juillet prochain à la SIX Swiss Exchange (symbole OBSN).

200 millions

L’un des produits phares d’Obseva, Linzagolix, a enregistré des progrès significatifs en phase IIb de pour le traitement de la douleur pelvienne liée à l'endométriose, dont sont atteintes 200 millions de femmes.

10 semaines

En février 2018, Obseva a publié les résultats positifs de l'essai clinique de phase III IMPLANT2 en Europe, démontrant une amélioration du taux de grossesses à 10 semaines avec Nolasiban, un antagoniste des récepteurs de l'ocytocine par voie orale, qui permet d’améliorer les taux de grossesses et le taux de naissances chez les femmes pratiquant une FIV.