jeudi 6 mai 2021


Monde

Aux États-Unis, Neon Therapeutics s’est lancée pour une IPO à 115 M$ sur le Nasdaq. Cette entreprise, qui se déploie dans le domaine des vaccins thérapeutiques contre le cancer, est détenue pour partie par la société israélienne Clal Biotechnology Industries, actionnaire depuis le début.

Oxford BioMedica (OXB) a conclu un accord de licence mondial exclusif avec l’Américaine Axovant Sciences (AXON) pour développer et commercialiser OXB-102, une thérapie génique ciblant la maladie de Parkinson en utilisant la plateforme LentiVector. Selon les termes de l’accord, Oxford BioMedica recevra un paiement initial de 30 M$, dont 5 M$ en prépaiement. 55 M$ s’ajouteront en fonction d’étapes spécifiques et 757,5 M$ à l’atteinte de jalons réglementaires et commerciaux précis, avec des redevances échelonnées de 7 à 10 % sur les ventes nettes.

Le Conseil européen de l’innovation (CEI), proposé par la Commission européenne dans le cadre du futur programme de recherche et d’innovation « Horizon Europe » pour la période 2021-2027, devrait assurer la transition des technologies à haut potentiel et des innovations de rupture les plus prometteuses depuis les laboratoires vers le marché. Il contribuera à recenser et financer les innovations présentant un fort potentiel de création de nouveaux marchés. Il fournira un soutien direct aux innovateurs, au moyen de deux instruments de financement principaux, l’un pour les phases initiales et l’autre pour le développement et le déploiement sur le marché.

Coté

La Food and Drug Administration (FDA) autorise Cellectis (ALCLS) à procéder à une étude clinique de phase I pour UCART22, le deuxième produit candidat exclusivement contrôlé par Cellectis. UCART22 est un produit allogénique ingénieré grâce à la technologie d’édition du génome TALEN, ciblant la leucémie lymphoblastique aiguë à cellules B (LLA à cellules B) chez les patients adultes. Cette autorisation est la troisième que Cellectis obtient auprès de la FDA pour tester chez l’homme ses CAR-T allogéniques, après UCART19 (exclusivement licencié à Servier et sous accord de collaboration entre Servier et Allogene) et UCART123, propriété de Cellectis. La société prévoit d’initier cet essai clinique de phase I au cours du second semestre 2018.

EOS Imaging (EOS) a reçu l’autorisation de la FDA 510(k), formulaire synonyme d’autorisation de mise sur le marché pour son logiciel HipEOS 3.0 destiné à la pose de prothèse de hanche. Ce logiciel fait partie d’une suite d’applications développées par EOS (rachis, genou, etc.) qui utilisent les images prises par le système de radiologie d’EOS pour fournir une aide à la planification des opérations chirurgicales.

Implanet (ALIMP) ouvre une succursale au Royaume-Uni (Implanet UK) pour son développement en direct sur le marché porteur du rachis dégénératif chez l’adulte. La société, qui développe et commercialise des implants pour la chirurgie du dos (gamme Jazz), a prévu une première chirurgie en juin 2018.

Innate Pharma (IPH) fait valoir des données cliniques encourageantes concernant son essai de phase I, comprenant une escalade de dose et une extension de cohorte, qui évalue la tolérance et l’efficacité de la combinaison de monalizumab et durvalumab chez des patients présentant un cancer colorectal de type microsatellite-stable (MSS-CRC) en rechute et/ou métastatique. Monalizumab est un anticorps monoclonal first-in-class ciblant le récepteur NKG2A sur les cellules NK et les lymphocytes T. Cet essai est mené par MedImmune, le bras de recherche et développement de molécules biologiques d’AstraZeneca, dans le cadre de l’accord de co-développement et commercialisation pour monalizumab.

Ipsen (IPN) veut racheter 250 000 titres, représentant environ 0,30 % du capital social, sur une période minimum de trois mois. Ces titres seront principalement affectés à la couverture des plans d’attributions gratuites d’actions aux salariés et du nouveau plan d’actionnariat salarié. Cette opération s’inscrit dans le cadre des autorisations données par l’Assemblée générale mixte des actionnaires du 30 mai 2018.

Nanobiotix (NANO) a réagi à la violente chute de son cours de bourse enregistrée au cours des séances de mercredi et jeudi, et vraisemblablement due à des interrogations des investisseurs sur la mise à jour, datée du 4 juin, d’informations relatives au protocole de l’essai

ACT.in.sarc (phase III dans le sarcome des tissus mous). Dans un communiqué, elle précise notamment que les modifications en question remontent à octobre 2015 et rappelle que les résultats de l’essai sont attendus pour la fin du mois.

Nicox (COX) signe un accord de collaboration avec Ironwood Pharmaceutical afin de mettre au point de nouveaux candidats-médicaments dans le domaine de l’ophtalmologie. Cet accord ne comporte pas de volet financier à ce stade. Ironwood est un groupe pharmaceutique américain, coté au Nasdaq, qui réalise l’essentiel de son chiffre d’affaires avec Linzess (syndrome de l’intestin irritable), un médicament co-développé avec Allergan.

Onxeo (ONXEO) procède à une opération de refinancement avec SWK Holding, une société américaine spécialisée en financement dans le domaine des sciences de la vie. La biotech parisienne émet pour 7,5 M$ d’obligations souscrites par SWK, dont le remboursement est assis sur les redevances et les paiements auxquels Onxeo est éligible dans le cadre de l’accord de licence, passé en 2010 avec le groupe Spectrum Pharma pour la commercialisation du Beleodaq, aux États-Unis et en Inde notamment. Beleodaq a obtenu en 2014 une AMM de la FDA pour le traitement du lymphome à cellules T périphériques. Onxeo détenait 9,2 M€ de trésorerie nette à fin mars.

Safe Orthopaedics (SAFOR) annonce l’acquisition de l’équipe commerciale de Qspine – société jusqu’ici en charge de la distribution de ses produits au Royaume-Uni – et composée de quatre salariés. Cette opération va permettre à la medtech, basée à Éragny, en région parisienne, et spécialisée dans la conception d’instruments et d’implants jetables pour la chirurgie du rachis, de commercialiser en direct ses produits sur ce marché stratégique. Safe Orthopaedics, qui a réalisé 3,1 M€ de chiffre d’affaires en 2017 (+37 %), dispose déjà d’une force de vente directe en France et en Allemagne, et passe par des distributeurs sur les autres territoires.

Sensorion (Alsen) brille avec Christine Petit. La présidente du Conseil scientifique de la biotech, associée à James Hudspeth, de l’Université Rockefeller, et Robert Fettiplace, de l’Université du Wisconsin, a reçu le prix Kavli 2018 en neurosciences pour son travail pionnier sur les mécanismes moléculaires et neuronaux dans l’audition. Le prix Kavli en neurosciences reconnaît des avancées majeures dans la connaissance et la compréhension du cerveau et du système nerveux.

Theradiag (ALTER) nomme Sylvie Bratel au Conseil d’administration en tant qu’administratrice indépendante. Ingénieur de formation, Sylvie Bratel a été directeur de la stratégie de la filiale française d’Aviva, assureur britannique, puis vice-présidente de la filiale d’assurance-vie, Aviva Vie de 2009 à 2014. Depuis, elle est administratrice indépendante, et est certifiée IFA et ECODA.

Non coté

TRiCares réalise un tour de série B de 22 M€ pour le développement de son traitement mini-invasif de la régurgitation tricuspide. Cette levée de fonds a été menée par Wellington Partners (Allemagne), Andera Partners (France) et BioMed Partners (Suisse), nouveaux entrants au capital de la société, aux côtés du syndicat d’investisseurs historiques : CM-CIC Innovation, CapDecisif Management et GO Capital. Cet investissement permettra de poursuivre les essais cliniques et d’obtenir le marquage CE pour l’Europe.

À Lyon, Osivax vient de recevoir le feu vert de l’autorité sanitaire belge concernant le lancement d’un premier essai clinique sur l’innocuité et l’immunogénicité d’OVX836, un vaccin universel contre la grippe. Cette première étude de phase I chez l’homme est une étude randomisée, non contrôlée par un observateur et contrôlée par placebo, menée au Centre d’évaluation de la vaccination (CEV) de l’Université d’Anvers. 72 sujets sains âgés de 18 à 49 ans seront inscrits et suivis pendant 22 semaines.

Hemarina et le CHRU de Brest ont annoncé les résultats intermédiaires de l’étude OxyOp3 à trois mois, présentés par le Pr Yannick Le Meur, investigateur principal de l’essai. Les patients ayant reçu un rein conservé avec HEMO2life ont été moins nombreux à présenter un retard dans la reprise de fonction de leur greffon (appelée DGF : delayed graft fonction). Ils ont atteint la valeur cible de créatininémie en sept jours en moyenne, contre environ 13 jours en moyenne dans l’autre groupe de patients.

L’appel aux candidatures pour le programme Booster de Genopole est lancé. Dédié aux créateurs d’une jeune entreprise (moins de deux ans) innovante en biotechnologie, ce dispositif permet de bénéficier entre autres d’un an d’accompagnement, de formations de haut niveau et d’intégration à Genopole.

Le dernier numéro du Journal des Biotechs est en ligne. Au sommaire : un point sur les introductions en bourse dans le secteur avec Voluntis, Elsalys et Affluent Medical, ainsi qu’un coup de projecteur sur Cerenis. L’interview est consacrée à Pierre Corby, analyste chez Oddo BHF qui nous dévoile ses valeurs phares pour 2018 : Transgene, Erytech et la Danoise Orphazyme.

En vue

Daniele Zanotti

L'introduction d’Affluent Medical est lancée. Portée par Truffle Capital et dirigée par Daniele Zanotti, la medtech espère convaincre les investisseurs et lever entre 40 et 53 M€ d’ici le 21 juin prochain.


Xavier Apolinarski

Le président de la SATT Paris-Saclay a lancé officiellement son tout dernier appel à projets, conçu spécialement pour « ouvrir de nouveaux horizons aux jeunes docteurs, à l’issue d’une thèse, par la volonté de voir leur recherche valorisée sur le marché ».


Julien Alberici

Le CEO de Mathym, à Lyon, marque des points avec son projet Discover, qui a été retenu dans le cadre du 25e appel à projets FUI. Le consortium Discover regroupe, outre Mathym, Elkem Silicones, Novasep, ainsi que deux unités académiques (CNRS-CPE Lyon). Il vise à développer et à industrialiser des voies de synthèse de solutions colloïdales métalliques utilisées comme catalyseurs au sein des industries des silicones (platine) et des principes actifs pharmaceutiques (palladium).


Les chiffres

22

C’est le rang de l’EPFL de Lausanne dans le classement mondial des hautes écoles « QS World University Ranking 2019 ». L’établissement, habitué à scorer dans le Top 20 depuis 2012, a perdu 12 places. La contre-performance serait due à la réputation de l’école auprès des employeurs.

100 Md€

C’est l’enveloppe proposée par la Commission européenne dans le cadre du futur programme de recherche et d’innovation Horizon Europe pour la période 2021-2027. Reste désormais à valider cette proposition au cours des négociations à suivre au Conseil et au Parlement européens et à l’entériner par un vote final.

4,4 Md$

Ce que pourrait représenter le marché de la thérapie génique en 2023 contre 584 M$ en 2016. Malgré cela, la France accumule les retards dans le développement et l'industrialisation des biothérapies innovantes, faute d'une stratégie volontariste et d'investissements à la hauteur de l'enjeu. Une situation dénoncée par Yposkesi, l'AFM Téléthon et le Généthon.