mardi 28 juin 2022


Monde

8,7 Md$, c’est l’enveloppe exceptionnelle libérée par Novartis pour acheter AveXis, le spécialiste américain de la thérapie génétique. La raison de cette mise de fonds exceptionnelle : l’Avx101, produit phare d’AveXis contre l’amyotrophie spinale (SMA), est en passe d’être approuvé par la FDA et pourrait être commercialisé dès 2020. Il s’agit d’un blockbuster potentiel avec, à la clef, des milliards de dollars de ventes prévisibles.

Sanofi (SAN) investit 350 M€ (500 M$CAD) dans la construction d’une unité de fabrication de vaccins à Toronto (Ontario), qui devrait être opérationnelle en 2021. L’investissement, l’un des plus importants du réseau industriel mondial de Sanofi, permettra de répondre à la croissance de la demande en vaccins composés des cinq antigènes anticoquelucheux (5-acP). Le nouveau bâtiment sera également équipé pour produire les antigènes entrant dans la fabrication des vaccins contre la diphtérie et le tétanos.

Coté

Six mois après l’inauguration de son nouveau siège France dédié à la santé animale au cœur du Biodistrict de Lyon-Gerland, Boehringer Ingelheim confirme un nouvel investissement de près de 65 M€ à Lyon pour un bâtiment de 5700 m², dont 1000 m² de salles blanches. Baptisé F2IVE (Formulation and Filling of Inactivated Vaccines Extension), ce projet dédié à la formulation et à la répartition de vaccins aviaires permettra la création nette de 42 emplois sur le site. Ouverture prévue en 2020.

Abivax (ABVX) a recruté Alexandra Pearce comme vice-présidente et responsable des affaires réglementaires. Alexandra Pearce a travaillé en étroite collaboration avec la Food and Drug Administration américaine (FDA) et l’Agence européenne des médicaments (EMA), et a supervisé avec succès le processus d’autorisation globale réglementaire de nombreux produits dans divers domaines thérapeutiques et ce, jusqu’à leur approbation. Avant de se joindre à Abivax, elle travaillait chez Viramal en tant que chief operations officer et responsable des affaires réglementaires.

Deinove (ALDEI) lance son caroténoïde innovant, destiné à être utilisé comme actif cosmétique de lutte contre le vieillissement de la peau. Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove, fait valoir des contacts avancés avec des acteurs cosmétiques interessés par cette offre.

Deinove (ALDEI) bis reprend l’Autrichienne Biovertis, qui détient elle-même l’intégralité du capital de Morphochem en Allemagne. Cette dernière a développé le composé antibiotique MCB3837, une molécule en phase clinique, prête à entrer en phase II, ciblant le traitement des infections à Clostridium difficile (CDI) sévères des infections gastro-intestinales, généralement liées à un dérèglement du microbiote intestinal chez des patients fragilisés. L’acquisition de l’intégralité du capital de Biovertis sera réalisée par le biais d’un apport en nature d’actions, par les actionnaires et porteurs d’options et de droits de Biovertis au bénéfice de Deinove. La valeur totale des droits apportés est égale à 900 K€.

Nanobiotix (NANO) et l’University of Texas MD Anderson Cancer Center font route commune autour d’un projet portant sur NBTXR3, produit leader de Nanobiotix conçu pour détruire les tumeurs et les métastases lorsqu’il est activé par la radiothérapie. Cette collaboration permettra d’obtenir des données précliniques concernant l’utilisation de NBTXR3 activé par radiothérapie avec l’anti-PD1 Nivolumab (version murine de l’Opdivo).

Advicenne (ADVIC) a présenté ses chiffres pour l’exercice 2017 et disposait fin décembre de 36,2 M€ de trésorerie. Cette société, spécialisée dans le traitement de maladies orphelines néphrologiques et neurologiques, doit mener deux essais pivots en 2018 : une phase II/III aux États-Unis auprès de patients atteints d’ATRd, et une phase II/III en Europe auprès de patients atteints de cystinurie. Elle prépare par ailleurs la soumission du dossier d’autorisation de mise sur le marché centralisée en Europe auprès de l’EMA dans l’ATRd (deuxième semestre 2018) et le lancement commercial d’ADV7103 dans les principaux pays européens.

Carbios (ALCRB) optimise son procédé de biorecyclage de bouteilles usagées en PET et annonce être parvenue à diviser la durée de l’hydrolyse par trois, 97 % de conversion étant obtenus après 24 heures de réaction. Un tel résultat permet d’optimiser la rentabilité du procédé et d’accroître significativement les flux de déchets PET pouvant être traités par voie enzymatique.

Pixium Vision (PIX) lance une augmentation de capital de 10,6 M€ pour poursuivre le développement du système de vision bionique PRIMA, l’étude de faisabilité chez cinq patients en France et la préparation, au cours du premier semestre 2019, d’une étude pivot européenne destinée à fournir les données d’efficacité et de sécurité nécessaires à l’autorisation de commercialisation (marquage CE) en Europe.

AstraZeneca France s’engage pour les start-up françaises dans le domaine de l’oncologie avec Realize, un programme d’accompagnement personnalisé prévu pour trois ans. Le comité de sélection, présidé par le Dr Gilles Avenard, a retenu 14 candidates. Catégorie Data Management : Ana Health, Cureety. Catégorie Innovation thérapeutique : Biomunex, Carcidiag biotechnologie, Damae Medical, Elsalys Biotech, Elyssamed, Smartcatch, Vitadx. Catégorie Parcours patients : Alma perruques, Directosanté, Exactcure, Hajime, Stimulab. Le 11 juillet prochain, neuf lauréates seront désignées.

Genfit (GNFT) a annoncé avoir atteint le seuil de 1000 patients recrutés dans son étude RESOLVE?IT, un essai de phase III (2000 patients prévus) évaluant le principal candidat-médicament de Genfit, Elafibranor, dans la stéatose hépatique non-alcoolique (NASH). La société compte déposer une demande de mise sur le marché conditionnelle (sub-part H) à partir des données obtenues. Les résultats sont attendus par les analystes pour le second semestre 2019.

Cellectis (ALCLS) a levé 163 M$ au terme de son émission d’ADS sur le marché américain du Nasdaq. L’opération s’est faite au prix de 31 $, soit une décote de 20 % par rapport au prix atteint le 3 mars.

Theradiag (ALTER) a annoncé la rupture de ses accords avec le groupe chinois HOB Biotech, à l’occasion de la publication de ses résultats annuels. La medtech parisienne, spécialisée dans le diagnostic in vitro (DIV), a enregistré une perte nette exceptionnelle de 3,7 M€, pour tenir compte de l’abandon de leur programme commun ainsi que de l’arrêt de la plateforme de découverte Prestizia, confirmé fin 2017. Les dirigeants visent à présent l’équilibre financier pour fin 2018.

Non coté

PathoQuest et Charles Rivers Laboratories étendent leur partenariat stratégique. Depuis septembre 2016, la biotech parisienne, spin-off de l’Institut Pasteur spécialisée dans le séquençage génomique de seconde génération (NGS), fournit à la CRO américaine ses solutions de détection d’agents pathogènes destinées au contrôle qualité dans la fabrication de produits biologiques. Dans le cadre de cette extension de partenariat, Charles River va entrer au capital de Pathoquest. Cette dernière est actuellement en cours de levée de fonds.

Résultats cliniques d’efficacité prometteurs pour Hemarina et l’hôpital canadien University Health Network. Ces derniers montrent qu’HEMO2life est parvenu à minimiser les lésions pulmonaires pendant la durée de conservation statique à froid et à atténuer les lésions d’ischémie-reperfusion. Ils traduisent également une excellente reprise de fonction post-transplantation, à l’issue d’une conservation de 48 heures, illustrant ainsi une meilleure oxygénation du tissu pulmonaire.

Lors de l’édition 2018 de StartWest, Idate Medical a reçu le prix Croissance pour avoir identifié un besoin crucial concernant les endoscopes qui ne sont pas stérilisés, engendrant ainsi la transmission de bactéries (résistantes aux antibiotiques). Le prix Coup de cœur est allé à Meyko, qui conçoit un compagnon connecté pour accompagner les enfants asthmatiques dans leur prise de traitement au quotidien. Le prix Région Pays de la Loire a récompensé Héra-Mi, qui s’appuie sur des techniques d’apprentissage automatique et le traitement d’images pour développer un logiciel d’aide au diagnostic afin d’optimiser la détection précoce du cancer du sein.

Eurekam vient de lever 1,5 M€ grâce aux concours du fonds FNA Emergence Innovation 1, géré par Sofimac Innovation, du fonds de place Poitou-Charentes Innovation (Aquiti Gestion) et de l’entrée du FIP Pluriel Atlantique (Swen Capital) géré par Sofimac Région, ainsi qu’aux soutiens financiers de Bpifrance et de la Région Nouvelle-Aquitaine. La somme permettra à cet expert en solutions d’e-santé appliquées de sécuriser de fabrication de médicaments à l’hôpital – actuellement les anticancéreux, d’aborder d’autres spécialités médicales présentes dans l’hôpital (pédiatrie, soins, anesthésie), et d’accélérer son développement à l’international (Allemagne et Amérique du Nord en priorité).

Koelis a contribué à l’étude « Précision », qui vise à évaluer les bénéfices de l’imagerie par résonnance magnétique (IRM) pour le diagnostic du cancer de la prostate, menée par l’University College of London, et dont les résultats ont été publiés le 19 mars 2018 dans le New England Journal of Medicine, revue scientifique internationale incontournable d’informations médicales.Parmi les 23 centres cliniques impliqués dans cette étude internationale, six utilisent la technologie de fusion d’images de Koelis. Les résultats de Precision confirment l’importance d’associer l’imagerie médicale à la biopsie ciblée pour un diagnostic du cancer de la prostate précis et efficace.

En vue

Yann Quéré

45 ans, ingénieur généraliste HEI (Hautes Études d’Ingénieur) et titulaire d’un Master en spectrochimie, prend en main la direction du centre d’excellence mondial de B. Braun en urologie à Nogent-le-Rotrou. Ce site, le plus grand du groupe en France avec 500 salariés, fait l’objet d’un plan d’investissement annoncé fin 2017 avec 60 M€ prévus sur cinq ans visant l’augmentation de la production de 60 % d’ici 2023.


Valérie Mandon

La DRH d’Hybrigenics (ALHYG) va coordonner les travaux de la nouvelle commission RH de France Biotech. L’association des biotechs et medtechs françaises renforce son rôle d’accompagnement de la filière, qui devrait représenter 180 000 emplois d’ici à 2030 (contre 50 000 aujourd’hui). La commission émettra des « white papers » et organisera des conférences bâties autour de retours d’expériences et d’interventions de spécialistes.


Alexis Peyroles

prend en main le poste de directeur général d’OSE Immunotherapeutics (OSE) sur proposition du comité des nominations et des rémunérations, tandis que Dominique Costantini devient présidente du conseil. Alexis Peyroles était précédemment directeur général délégué et directeur des opérations de l’entreprise.


Les chiffres

14,5 Md$

Philippe Genne, Pdg d’Oncodesign (ALONC), a indiqué que 2017 aura été une année de forts développements durant laquelle le groupe a doublé son effort de R&D (autofinancé à 80 %), renforcé ses expertises dans de nombreux domaines ainsi que multiplié par près de 30 la taille de son marché adressable en services qui s’établit désormais à 14,5 Md$.

21%

C’est la progression du chiffre d’affaires de Median Technologies sur l’exercice 2017. Ce dernier s’établit à 7,69 M€. La prise de commandes pour l’ensemble de l’année a été de 14,69 M€ nets, augmentant le carnet de commandes de 23 % à 23 M€. La trésorerie et équivalents de trésorerie s’élèvent à 28,29 M€ au 31-12-2017

1,5 MCHF

C’est l’enveloppe totale dédiée par la Fondation Bertarelli à cinq équipes de recherche du Campus Biotech de Genève. Chacun des cinq projets se voit attribuer 300 000 CHF. Les thématiques sont en lien avec les troubles de la vision, les hallucinations liées à Parkinson, la motricité des mains pour paralysés et la douleur.