samedi 4 décembre 2021


Monde

Five Seasons Ventures annonce le premier closing, à plus de 60 M€ d’un nouveau fonds de capital-risque dédié aux secteurs de la Food tech et de l’Agri tech (alimentation santé, alternative aux protéines animales, réduction de la supply-chain, etc.). Ce véhicule, le premier lancé par cette jeune société d’investissement, se concentrera sur les entreprises early-stage, pour des séries A ou B, avec des tickets allant de 2 à 4 M€. Dirigé par Niccolo Manzoni et Ivan Farneti, ce fonds, qui bénéficie du soutien financier de Nestlé, de la Banque européenne d’investissement, de la BPI et du Fondo italiano d’investiment, interviendra principalement en Europe, en particulier en France et en Italie.

Coté

Carbios (ALCRB) a franchi une nouvelle étape dans le développement de son procédé de dépolymérisation enzymatique, en le rendant applicable aux fibres de polyester PET des déchets textiles. L’objectif clef de ce nouveau procédé, développé avec les partenaires académiques de Carbios (INRA, TWB, LISBP) et soutenu par l’Ademe Auvergne Rhône-Alpes, est de fournir une solution compétitive de valorisation des textiles usagés à base de polyester PET aux industriels du recyclage, et la possibilité d’utiliser des fibres en PET recyclé pouvant totalement se substituer à celles issues de ressources fossiles pour les industriels du textile.

Genfit (GNFT) publie des résultats 2017 marqués, comme attendu, par le renforcement de la trésorerie nette. Celle-ci passe de 152,4 M€ à 273,8 M€, malgré la hausse des dépenses d’exploitation (de 41 à 64 M€) et grâce au programme d’émission d’obligations convertibles, lancé en octobre et qui a permis à la biotech lilloise de lever 180 M€. Rappelons que Genfit attend des résultats de phase II avec Elafibranor dans la cholangite biliaire primitive (PBC) fin 2018. La société fera un point mi-avril sur le recrutement des 1000 premiers patients de l’étude RESOLVE-IT (phase dans la NASH avec Elafibranor), dont les résultats sont attendus courant 2019, et que Genfit espère toujours pouvoir commercialiser à l’horizon 2020.

Genomic Vision (GV) annonce l’extension de sa collaboration avec Quest, dans le domaine de l’amyotrophie spinale infantile (SMA), afin de découvrir de nouveaux biomarqueurs pour le dépistage génétique de cette maladie sévère et mortelle. Partenaire historique de Genomic Vision et actionnaire de la société à hauteur de 14 %, Quest est un groupe américain de laboratoires d’analyse. Le principal projet mené avec Genomic Vision est un test pour l’identification et la caractérisation des grands réarrangements qui touchent les gènes BRCA1 et BRCA2 associés à un risque élevé de cancer du sein.

Median Technologies (ALMDT) passe un accord de collaboration avec le CHU de Nice, dans le domaine du dépistage du cancer du poumon, à partir d’outils d’intelligence artificielle. La société, basée à Sofia-Antipolis et spécialisée dans l’édition de logiciels pour l’exploitation de l’imagerie médicale, s’appuiera d’un côté sur les données d’imagerie médicale de l’étude AIR (600 patients à haut risque de cancer du poumon, suivis au CHU de Nice) et, de l’autre, sur des algorithmes de deep-learning, afin d’identifier des biomarqueurs d’imagerie spécifique, représentatifs de la malignité des nodules.

Bonnes nouvelles pour le PRIMA de Pixium Vision (PIX). Cet implant miniature et sans fil a été glissé, voici trois mois, sous la zone atrophique de la rétine de trois patients atteints de la forme sèche DMLA et ayant perdu toute perception visuelle. Les premiers résultats de cette étude, qui sera menée sur cinq patients souffrant d’une cécité consécutive à une dégénérescence maculaire liée à l’âge, seront publiés au terme de six mois de suivi, soit autour du quatrième trimestre. Mais déjà, il s’avère qu’une perception lumineuse a été restaurée. Deux patients supplémentaires devraient être intégrés à Paris et cinq dans l’étude clinique aux États-Unis (cinq patients, suivis à 6 et 36 mois) qui devrait démarrer sous peu.

Poxel (POXEL) lance les études TIMES 2 et TIMES 3 dans le cadre du programme de phase III de l’Imeglimine, un traitement expérimental pour le diabète de type 2, au Japon. Le programme de développement de phase III de l’Imeglimine, appelé TIMES (trials of Imeglimin for efficacy and safety), est composé de trois études pivots évaluant l’efficacité et la sécurité de l’Imeglimine chez environ 1100 patients. La présentation des données pourrait avoir lieu en 2019 et la soumission du dossier d’enregistrement en 2020.

Stentys (STNT) annonce le succès de son augmentation de capital. La medtech a levé 11,8 M€ pour financer l’acquisition de Minvasys. La demande a été 1,2 fois supérieure à l’offre.

Supersonic Imagine (SSI) a annoncé que la société américaine Verasonics avait déposé une plainte contre elle aux États-Unis (état de Washington). Cette dernière est une spécialiste des solutions, logicielles ou matérielles, pour l’exploitation des ultra-sons. Elle a travaillé sous accord de licence exclusif avec Supersonic Imagine de 2006 à 2014, sur certaines briques technologiques, notamment des algorithmes pour la reconstitution des images. Verasonics accuse la medtech aixoise d’avoir enfreint ses brevets, de s’être appropriée ses secrets industriels et réclame, outre des dommages et intérêt, la suspension de la commercialisation de la vente de Aixplorer (injonction), l’échographe de Supersonic Imagine. La société s’est contentée pour l’heure de contester vigoureusement ces accusations.

Valneva (VLA) lance un essai clinique de phase I avec son candidat-vaccin VLA1553 contre l’infection au virus Chikungunya. Les premières données de cet essai, qui portera sur 120 patients avec une dose unique, seront dévoilées début 2019. Rappelons que la biotech lyonnaise mène deux autres phases I avec des vaccins en développement contre le virus Zika et la maladie de Lyme.

Non coté

BCI Pharma reçoit 1,9 M€ de financement public de la part de la Région wallonne (DG06) et 2 M€ d’investissement public/privé. Les fonds serviront au développement des librairies innovantes d’inhibiteurs de kinases et pour accélérer et finaliser les projets de recherche de BCI Pharma dans le domaine du cancer, des douleurs neuropathiques, de l’inflammation et de la neuro-inflammation.

I.CERAM entre à hauteur de 49 % chez Addidream, start-up limougeaude spécialisée dans l’impression 3D multi-matériaux de dispositifs médicaux. Addidream a été créée par deux ingénieurs matériaux issus de l’ENSIL-ENSCI (École nationale supérieure d’ingénieurs de Limoges – École nationale supérieure de céramique industrielle). Le montant de la prise de participation n’a pas été divulgué.

France Biotech en appelle aux biotechs et medtechs pour participer à la réflexion en cours lancée les pouvoirs publics à travers les États généraux de la bioéthique, avec l’objectif de réviser la loi bioéthique pour la fin de l’année 2018. Quatre thèmes sont particulièrement importants à suivre : cellules souches et recherche sur l’embryon, examens génétiques et médecine génomique, neurosciences, données de santé.

Hemarina est potentiellement milliardaire ! La biotech, basée à Morlaix, fait partie des 10 entreprises du secteur biotech/medtech sélectionnées par le Trophée des futures licornes, qui récompense des entreprises technologiques françaises non cotées avec des perspectives de croissance remarquables et une valorisation qui pourrait dépasser à terme le milliard d’euros. Les partenaires du Trophée sont : Entrepreneur Venture, Euronext, EM Lyon Business School, Roland Berger et Reputation Age.

Maat Pharma est en piste pour une nouvelle levée de fonds de 16 à 17 M€, dont le bouclage devrait potentiellement avoir lieu avant la fin de cette année. L’entreprise, qui se déploie dans le domaine du microbiote intestinal, est en pleine accélération en vue de l’industrialisation et de la commercialisation. Depuis sa création en décembre 2014, Maat Pharma a levé 17 M€, dont 12 M€ avec trois investisseurs principaux : Seventure Partners, CM-CIC et Biocodex.

En vue

Franck Mouthon

Le dirigeant et cofondateur de Theranexus a signé une collaboration de recherche de trois ans avec le Collège de France. Le travail portera sur l’impact des cellules gliales sur l’activité neuronale, et sera réalisé sous la responsabilité du Dr Nathalie Rouach au sein du Centre de recherche interdisciplinaire en biologie, dirigé par le Pr Alain Prochiantz.


Pierre Jérôme

Inseec Bordeaux (1989), prend en main la présidence du conseil d’administration de Spineguard (ALGSD), suite à la démission d’Alan Olsen qui occupait cette fonction depuis 2010.


Sébastien Peltier

Le président du directoire de Valbiotis (ALVAL) a reçu cette semaine la décision de délivrance émise par l’Office américain des brevets (USPTO) pour son brevet TOTUM-63 : Compositions et méthodes pour agir sur le métabolisme glucidique et lipidique. Ce brevet protège directement VALEDIA aux États-Unis, ainsi que deux autres produits du portefeuille de l’entreprise ciblant le diabète.


Les chiffres

60%

En 2023, l’immunothérapie des cancers, domaine dans lequel se déploie notamment OSE Therapeutics, pourrait représenter 60 % des traitements contre moins de 3 % actuellement.

67 Md$

Le marché prévisionnel de l’immunothérapie en 2018.

80

L’estimation du nombre de maladies auto-immunes, qui représentent un marché important intégrant des acteurs majeurs de l’industrie pharmaceutique, avec des chiffres d’affaires supérieurs à 10 Md€ pour les principaux produits.