vendredi 18 septembre 2020


Monde

La biotech bruxelloise Camel-IDS lève 37 M€ auprès des investisseurs belges GIMV et V-BioVentures, du Suédois HealthCap, du Danois Novo Seeds, de l’Israélien Pontifax et du Suisse BioMedPartners. Spin-off de l’Université libre de Bruxelles, Camel-IDS développe des radiothérapies anti-cancéreuses à partir d’anticorps à domaine unique, dérivés des camélidés. La société est prête à entrer en phase II dans le traitement des métastases cérébrales.

Roivant Sciences lève 200 M$ auprès de NovaQuest Capital Management, Investissements RTW et d’autres grands gestionnaires d’actifs institutionnels. Tous les actionnaires existants ont également participé à cette levée, qui valorise Roivant à environ 7 Md$. L’entreprise a pour objectif de générer des dizaines de produits dérivés biopharmaceutiques indépendants en créant une société dédiée à la fois. Après quatre ans d’existence, elle dispose d’un portefeuille de 30 médicaments expérimentaux dans 14 domaines thérapeutiques.

Coté

La biotech suisse Amal Therapeutics (AMAL) finalise la deuxième clôture de sa série B à 21,2 M€. Cette tranche s’ajoute aux 8 M€ qui avaient été collectés en septembre 2017 et porte finalement le total du tour B à 29,2 M€. Le syndicat d’investisseurs est constitué de Boehringer Ingelheim Venture Fund (BIVF), BioMedPartners et Helsinn Investment Fund (pilotes du tour) et de VI Partners, High-Tech Gründerfonds et Schroder Adveq. La société utilisera notamment les fonds pour faire évoluer son principal vaccin (ATP128) vers le développement clinique et la preuve du concept du cancer colorectal. L’essai clinique pourrait débuter à l’été 2019.

Erytech Pharma (ERYP) signe avec le New York Blood Center (NYBC) pour son approvisionnement en globules rouges. Cette source permettra à Erytech de diversifier et d’élargir sa base d’approvisionnement en produits de GR pour la production d’eryaspase et de futurs produits candidats dérivés de sa plateforme propriétaire Erycaps. Ces produits seront spécifiquement destinés à l’étude de phase III dans le traitement de seconde ligne du cancer du pancréas métastatique, dont le recrutement de patients a débuté en Europe, et à l’étude de phase II dans le traitement en première ligne du cancer du sein triple négatif. Le recrutement aux États-Unis pour ces études, devrait débuter début 2019.

Lysogene (LYS) recrute Philippe Goupit en qualité d’administrateur indépendant. Pour Karen Aiach, DG de Lysogene, les « 30 années de carrière de Philippe Goupit, dont plus de 20 ans chez Sanofi récemment au poste de vice-président des activités de licences du groupe, lui ont permis d’acquérir une expérience déterminante dans le domaine des fusions-acquisitions et du développement des activités, ce qui correspond parfaitement à la stratégie actuelle de Lysogene ».

Nanobiotix (NANO) avance un chiffre d’affaires de 21 816 € au troisième trimestre 2018. Le chiffre d’affaires cumulé pour les neuf premiers mois de 2018 s’élève, pour sa part, à 95 120 €.

IntegraGen (ALINT) va mettre en ligne ses outils avancés d’analyse génomique, SIRIUS et MERCURY, sur la Google Cloud Platform. Ce partenariat avec Google Cloud doit permettre le transfert et le traitement accéléré des données, ainsi qu’une amélioration de leur sécurité pour les utilisateurs, cliniciens ou chercheurs.

Noxxon Pharma (ALNOX) a sécurisé une augmentation de capital de 6,2 M€, dont 5 M$ levés auprès d’un family office américain, Acuitas Capital. Cette augmentation de capital remplit les conditions visant à mettre fin à la capacité de YA II PN à investir dans Noxxon via le véhicule d’émission d’actions à taux variable sans le consentement de la société. De plus, Noxxon s’est engagée contractuellement à ne pas utiliser Yorkville ou tout autre instrument financier à taux variable pendant deux ans, date à laquelle la capacité de la société à tirer de nouvelles tranches du véhicule Yorkville aura expiré.

Spineway (ALSPW) réorganise et structure la gouvernance de sa filiale US avec l’arrivée d’un nouveau CEO qui devra redynamiser les ventes sur cette zone. Les premières mesures se traduisent par le recours à Jon Luedke à la direction de Spineway Inc. et le passage de Philippe Laurito au poste de directeur technique. Jon Luedke, 54 ans, dispose d’une expérience de plus de 20 ans dans le secteur du rachis. Il a occupé des postes de direction générale et de direction des ventes au sein de grands groupes (Zimmer Spine et Centinel Spine) et de PME innovantes (Wenzel Spine et Prosidyan).

Asit biotech (ASIT) a finalisé l’industrialisation du procédé de fabrication de lots cliniques de pnt-ASIT+ pour le traitement de patients allergiques à l’arachide. Ces lots seront utilisés lors des premiers essais cliniques de phase I/II. Le candidat-médicament pnt-ASIT+ est le premier traitement potentiel pour une allergie alimentaire à base de peptides d’allergènes issus de la plateforme technologique ASIT+.

Chose promise, chose due, Quantum Genomics (ALQGC) dévoile dans les temps les résultats de New Hope, un essai clinique de phase IIb évaluant son médicament phare firibastat, dans l’hypertension artérielle résistante. Le critère principal de l’étude, une réduction statistiquement significative de la pression artérielle systolique, a été atteint, avec un score de -9,7 mmHg (millimètre de mercure). La pression diastolique a diminué de 4,3 mmHg (critère secondaire). Les dirigeants estiment que ces résultats « ouvrent la voie au lancement d’une étude pivot de phase III » avec firibastat. L’action Quantum Genomics progressait de 10 % sur Euronext à la mi-séance.

Valbiotis (ALVA) étend le champ d’applications de Valedia à la NASH et va lancer une étude clinique de phase II sur cet axe, en complément des études en cours pour la réduction du risque de diabète de type 2.

Non coté

Affluent Medical et Kreos Capital se sont entendus sur un financement de 12 M€ en trois tranches d’obligations de 4 M€. Cette spécialiste des implants innovants mini-invasifs, conçus en vue de restaurer des fonctions physiologiques essentielles pour le traitement des maladies du cœur, des maladies vasculaires et de l’incontinence urinaire, utilisera les fonds pour franchir plusieurs étapes cliniques (recrutement de patients et premières implantations chez l’homme).

Dômes Pharma entre au capital de StemT. Les termes de la transaction n’ont pas été dévoilés. StemT, fondée en 2015, est une start-up française spécialisée en thérapie cellulaire vétérinaire pour chevaux, chiens et chats.

La Finlandaise Mobidiag a reçu la dernière tranche de 4 M€ d’un projet triennal de 15 M€ provenant de la Banque européenne d’investissement (BEI). Le prêt a été accordé dans le cadre du programme InnovFin. Le financement de la BEI a déjà permis à Mobidiag de commercialiser son système de diagnostic moléculaire Novodiag et deux tests de détection des infections gastro-intestinales. La dernière tranche permettra d’accélérer le développement de tests supplémentaires pour le système Novodiag.

S3martMed est lancé. Ce projet, financé par le programme COSME de l’Union européenne sur deux ans, résulte d’un partenariat entre Biowin (Wallonie), BioPmed (Piémont), GAPR-Medsilesia (Haute-Silésie), BioRegio STERN (Bade Wurtemberg) et Lyonbiopôle (Auvergne-Rhône-Alpes). Lyonbiopôle en sera le coordinateur. L’objectif est de participer à la mise en œuvre de la politique de spécialisation intelligente des régions et de soutenir les futurs investissements dans les technologies médicales.

Selon une étude Ipsos pour le Leem, réalisée auprès de 1000 personnes, 8 Français sur 10 estiment que Les entreprises du médicament sont des acteurs essentiels du système de santé, en particulier dans la recherche contre la maladie et la découverte de nouveaux traitements. Elles sont utiles (85 %), à la pointe du progrès (78 %) et de la recherche (77 %). Par ailleurs, pour 66 % des Français, elles contribuent à l’allongement de la durée de vie, proposent de plus en plus de médicaments innovants (65 %) et ont un impact positif sur l’emploi en France (61 %).

 

En vue

Daniel Tassé

prend en main la direction générale de DBV Technologies (DBV) laissée vacante par Pierre-Henri Benhamou, qui a décidé de ne conserver que la présidence du conseil. Daniel Tassé cumule 30 ans d'expérience dans la construction, le développement et la direction de sociétés pharmaceutiques globales. Avant de rejoindre DBV, il occupait le poste de Pdg chez Alcresta.


Sarah Gould

prend en main la direction du Développement de Nosopharm. Elle était précédemment chez Adocia, où elle occupait le poste de directeur non-clinique pour la Pharmacologie et la toxicologie, directeur senior de la sécurité non-clinique chez Sanofi Pasteur et différents postes chez AstraZeneca.


Michael Culler

rejoint Alizé Pharma 3 au poste de chief scientific officer. Il était auparavant vice-président endocrinologie chez Ipsen. Aux côtés de Thierry Abribat, Pdg d’Alizé Pharma 3, il aura à charge le déploiement de l’AZP-3601, un analogue best-in-class de parathormone (PTH, parathyroid hormone), conçu spécialement pour traiter l’hypoparathyroïdie et de l’AZP-3404, un petit peptide qui exploite la biologie de l’IGFBP-2 (Insulin-like Growth Factor Binding Protein-2) pour le traitement des syndromes de résistance sévère à l’insuline, et certaines obésités monogéniques.


Les chiffres

60

Le nombre d'anticorps bispécifiques en cours d’essais précliniques, et 30 en essais cliniques, dont près de 67 % sont destinés au traitement du cancer.

146,9 M€

C’est la position de trésorerie d’Erytech (ERYP) au 30 septembre 2018.

131,7 M€

C'est la trésorerie, les équivalents de trésorerie et actifs financiers d’Innate Pharma (IPH) au 30 septembre 2018. À la même date, le total du passif financier de l’entreprise s’élevait à 4,9 M€ (5,9 M€ au 31 décembre 2017).