dimanche 31 mai 2020


DIANOSIC SE LANCE SUR UN MARCHÉ MONDIAL SITUÉ ENTRE 3 ET5 MDS€

Un mois après avoir obtenu le marquage CE pour CAVI-T, son dispositif dédié au traitement des épistaxis (saignements du nez), Dianosic boucle une levée de fonds de 1,5 M€ auprès notamment de PAF Kapital, de Business Angels, de Bpifrance Alsace, et de la région Grand-Est. Ce financement va permettre à la jeune medtech, fondée en 2017, de se lancer dans la commercialisation de son outil. « Tous les accords pour ce tour de table avaient été trouvés avant le début de la crise sanitaire. Dès la fin de celle-ci, nous commencerons à démarcher les hôpitaux, avec un lancement tout d’abord en France et dans les grands pays européens », précise Marc Augustin, cofondateur et président de Dianosic. Le CAVI-T se compose d’un ballonnet introduit dans le nez, qui vient envahir la cavité nasale en gonflant et applique une pression sur les parois. Il s’adapte aussi bien aux saignements consécutifs à une opération touchant les sinus, qu’à certaines épistaxis soudaines. « Environ 10 % des saignements spontanés ne se stoppent pas avec une compression digitale, et nécessitent au minimum un méchage ou le recours à une sonde à double ballonnet, 2 solutions douloureuses », explique le président. À l’inverse de ces deux outils, CAVI-T permet au patient de pouvoir respirer par le nez malgré la présence du dispositif. Posé par un professionnel de santé, il peut être maintenu jus-qu’à 72 heures dans la fosse nasale du patient, le temps que l’hémostase ait lieu. « La pose est simple et s’effectue en moins de deux minutes. Il est également peu voyant ce qui permet de favoriser l’ambulatoire, par rapport aux sondes à double ballonnet qui nécessitent de garder le patient à l’hôpital”, souligne Marc Augustin.

Devenir un leader européen

Lauréate du concours d’innovation i-Lab 2019, Dianosic se lance sur un marché mondial situé entre 3 et5 Mds€. « À long terme, nous pourrions également commercialiser ce dispositif en dehors des hôpitaux, mais il faudra auparavant se pencher sur son éventuel remboursement », ajoute son président. Financée au départ par les moyens propres des fondateurs et les subventions issues de la région, Dianosic ne cache pas son ambition de devenir un leader européen dans le domaine des pathologies de la fosse nasale.

Dans ce sens, le financement va profiter en parallèle à l’élaboration d’un second produit, SARI, destiné pour sa part à la sinusite chronique. « C’est une des indications qui coûtent le plus cher aux systèmes de santé, avec un marché estimé à 50 Mds€. Aujourd’hui, le recours aux sprays pose des problèmes d’observance, et 98 % du principe actif dispersé dans le nez n’atteint pas sa cible », détaille Marc Augustin. À mi-chemin entre le médicament et le dispositif médical, SARI est actuellement au stade de R&D. Constitué de polymères résorbables, il va pouvoir encapsuler le principe actif, un corticoïde, qui sera libéré progressivement sur un an. “Même si la molécule active est déjà approuvée, nous devrons probablement passer d’ici quelques années par de nouveaux essais cliniques pour valider l’ensemble”, admet le dirigeant. De futures étapes qui passeront par une nouvelle levée de fonds d’ici début 2021.

Les chiffres

750 millions

Les saignements intranasaux touchent 750 millions de patients à travers le monde.

1/5

La sinusite chronique concerne environ 12% de la population mondiale, soit 900 millions de patients. Environ 1 patient sur 5 souffrant de sinusite chronique est en échec thérapeutique.

90%

Selon les résultats de l’étude pilote réalisée en 2019 au CHU de Strasbourg, CAVI-T
a été efficace pour arrêter les saignements chez 90% des patients.


Auteur


Benjamin Robert