lundi 6 juillet 2020


Créé il y a cinq ans, le Technology Venture Master’s Program va évoluer à la rentrée prochaine pour devenir un parcours co-porté par l’École polytechnique et HEC Objectif : former des entrepreneurs de la Deep Tech, et les pousser à « penser grand » Rencontre avec Bruno Martinaud, son directeur

BIOTECH FINANCES : Quelle est l’originalité de votre master ?

Bruno Martinaud : À l’origine, en 2013, le Technology Venture Master’s Program est une formation en deux ans, couvrant la troisième et la quatrième année du cursus polytechnicien et ouvert sur l’extérieur, à des profils ingénieurs et scientifiques À la rentrée prochaine, il va évoluer pour devenir un parcours commun, co-porté par une école d’ingénieurs, l’X, et une école de commerce, HEC Durant la formation, les étudiants scientifiques et non-scientifiques travailleront ensemble sur des projets de Deep Tech Ils exploreront ainsi cette zone d’interactions entre la science et l’innovation Ce double positionnement est tout à fait unique, par rapport aux nombreux autres programmes de formation à l’entrepreneuriat Même aux États-Unis, il n’y a pas d’équivalent

BF : Quel est le profil des étudiants ?

BM :Les 50 étudiants qui nous rejoignent à la rentrée n’ont pas encore d’expérience professionnelle Par le biais de Polytechnique, nous recrutons des ingénieurs et des scientifiques, plutôt issus de la filière des grandes écoles, même si nous nous ouvrons aux universités Nous complétons, via HEC, par un recrutement essentiellement non-scientifique, avec des profils business, mais aussi des designers, des juristes, etc Nous avons déjà pu apprécier les vertus de ces équipes pluridisciplinaires, à plus petite échelle, dans le cadre du programme « bio-entrepreneur » monté en 2016, avec HEC, l’Université Paris-Descartes et l’Institut Imagine C’est une dynamique tout à fait unique et intéressante qui se met en place…

BF : In fine, quel est l’objectif de la formation ?

BM : Il s’agit de créer les conditions de la pluridisciplinarité, catalyseur indispensable de la fécondité d’une équipe entrepreneuriale Globalement, nous recrutons des étudiants de très haut niveau L’observation suggère qu’ensuite, le vrai discriminant dans la performance entrepreneuriale, c’est l’engagement C’est de cet engagement que les étudiants tireront un supplément d’âme et d’énergie, d’où découleront les bonnes idées que les autres n’auront pas Notre mission est claire : nous recrutons des talents que nous allons essayer de convertir en entrepreneurs

BF : Quels sont les enseignements dispensés dans