samedi 30 mai 2020


Monde

 

La société d’origine belge iTeos Therapeutics (immuno-oncologie) dont le siège se situe désormais à Cambridge aux États-Unis rend publique sa série B de 125 M$ (bouclée avant le début de la crise) principalement grâce à de nouveaux investisseurs américains. RA Capital Management et Boxer Capital ont piloté le tour et ont été rejoint par Janus Henderson Investors, RTW Investments et Invus. Les historiques ont emboité le pas. Il s’agit de MPM Capital, HBM Partners, 6 Dimensions Capital, Curative Ventures, Fund +, VIVES Louvain Fonds technologique, SRIW et SFPI. Ce financement soutiendra le développement clinique d’EOS-850, un antagoniste des récepteurs de l’adénosine A2A de premier ordre et d’EOS-448, un anticorps anti-TIGIT compatible ADCC. Les deux candidats sont respectivement en phase 1/2 et phase 1.

AM-Pharma lève 47 M€ supplémentaires, portant son tour de table réalisé en juillet dernier à un total de 163 M€. Parmi ces nouveaux capitaux, 23 M€ proviennent de Cowen Healthcare Investments, auxquels viennent s’ajouter 24 M€ de la BEI. Ils vont permettre de financer jusqu’à son terme l’essai de phase 3 mené par la biotech néerlandaise chez 1 400 patients atteints d’insuffisance rénale aiguë associée à la septicémie, mais également les demandes d’autorisation de mise sur le marché et la fabrication commerciale.

Coté

Deinove (ALDEI) annonce l’émission d’une 2ème tranche d’une valeur de 1M€ dans le cadre de l’accord conclu l’été dernier avec le fonds European Select Growth Opportunities Fund. Il repose sur un financement par voie d’émission d’OCA, avec 6,5% de décote faciale lors de la conversion en actions. Deinove voit également son accord de collaboration portant sur le développement d’une gamme d’ingrédients cosmétiques avec Sharon Laboratories finalement annulé. La société met en avant les effets économiques de la crise actuelle qui génèrent trop d’incertitudes. Le versement de 200 000$ effectué par le laboratoire israélien lors de la signature du mémorandum d’entente reste toutefois acquis à Deinove.

Genfit (GNFT) réévalue ses programmes cliniques dans le contexte de la pandémie. La biotech maintient son essai de phase 3 dans la NASH avec fibrose pour son candidat médicament Elafibranor. La visite du dernier patient de la cohorte destinée à obtenir l’approbation accélérée de mise sur le marché aux États-Unis a été réalisée dans les temps, et la base de données de cet essai clinique verrouillée comme prévu fin février. Genfit attend les commentaires de la FDA initialement « prévus à la fin du mois de mars » pour publier les principaux résultats intermédiaires de l’étude. Mais à ce stade, la biotech ne prévoit pas de « décalage significatif de la réception de ces commentaires ». Par ailleurs, l’ensemble de ses phases 1 sont suspendues. Ces essais  sont nécessaires au dépôt d’une New Drug Application (NDA) pour l’elafibranor dans la NASH.

SpineGuard (ALSGD) a repris cette semaine sa cotation au Nasdaq et à la Bourse de Paris. Son cours était suspendu depuis le 13 février. La société, qui conçoit des dispositifs destinés à simplifier le placement d’implants osseux, est sous le joug d’une procédure de sauvegarde en France et d’un chapter 11 aux États-Unis. En parallèle, elle vient d’obtenir le marquage CE de son module DSG Connect, qui s’applique à ses produits et permet notamment de réaliser des études cliniques sur la qualité osseuse.

Noxxon (ALNOX) annonce le traitement des 3 patients de la première cohorte de l’essai clinique de phase 1/2 portant sur NOX-A12 (200 mg/semaine), en association avec la radiothérapie, dans le cancer du cerveau. Une fois que le dernier patient aura atteint les 4 semaines de traitement, le comité de sécurité de surveillance et de suivi des données (DSMB) déterminera s’il est prudent de passer à la seconde dose de NOX-A12 (400 mg/semaine).

Safe Orthopaedics (ALSAF) vient d’obtenir l’homologation de SteriSpine PS 2 au Japon. En juillet 2019, la société annonçait le lancement commercial de ce kit en Europe. Il permet au chirurgien d’intervenir de manière mini-invasive, ce qui réduit les risques de contamination et d’infection pour un grand nombre de pathologies du dos, notamment le traitement des fractures de la colonne vertébrale. Des livraisons sont prévues sur le deuxième trimestre afin de mettre à disposition SteriSpine PS 2 auprès d’un grand nombre d’hôpitaux dès la fin de la crise sanitaire.

Non coté

Nahibu annonce avoir bouclé un tour de table à hauteur d’1 M€, réalisé auprès de la BPI, du Crédit Agricole et de la BPGO. Cette levée de fonds permet notamment à la start-up rennaise, née en juin dernier, de constituer un board scientifique en intégrant à son équipe Stanislav Dusko Ehrlich, directeur de recherche émérite de l’INRA.

BrainTale obtient le marquage CE de son premier produit, brainQuant. Cet outil est dedié à l’évaluation quantitative de la microstructure de la matière blanche cérébrale à partir d’une IRM de diffusion, permettant la détection de lésions d’origine traumatiques. Le second produit de la société, actuellement en développement, combine brainQuant avec des algorithmes d’intelligence artificielle pour prédire l’émergence du coma des patients après de graves lésions cérébrales.

En vue

Philippe Archinard

Le directeur général de Transgene, vient d’être réélu au poste de président de l’institut de recherche technologique Bioaster pour un troisième mandat d’une durée de trois ans.


Laura Roca-Alonso

Docteur en biomédecine et biotechnologie, elle est nommé directeur commercial (Chief Business Officer) au sein de la société britannique e-therapeutics. Auparavant, de 2014 à 2019, elle a occupé divers postes à responsabilité chez Silence Therapeutics et Gyroscope Therapeutics.


Étienne Sokal

Docteur en gastroentérologie et hépatologie pédiatrique l’ex CMO de Promethera est promu au poste de président et conseiller principal du conseil consultatif médical et scientifique de la biotech spécialiste des thérapies cellulaires dans le traitement de maladies du foie.


William Macias

Consultant clinique depuis 2019 pour Promethera, il endosse le rôle de CMO intérimaire en attendant de trouver un successeur à Étienne Sokal. Basé à Indianapolis aux États-Unis, William Macias apporte une expérience acquise dans ses diverses fonctions chez Eli Lilly, mais aussi en tant que consultant en gestion stratégique et en développement de médicaments.