mardi 14 juillet 2020


Monde

Merck & Co. vient d’acquérir Tilos Therapeutics pour un montant maximum de 773 M$. Fondée il y a trois ans, la biotech développe une classe de médicaments, des anticorps anti-LAP, conçus pour atténuer la résistance aux checkpoints inhibiteurs en ciblant la cytokine TGF-beta.

Bain Capital lance un fonds dédié aux sciences de la vie, qui sera doté de plus d’1 Md$. Ce véhicule d’investissement qui devrait, selon le site américain Endpoint, porter une attention particulière aux sociétés spin-off des groupes pharmaceutiques, est le second lancé par Bain dans ce secteur, en trois ans.

Debiopharm et Ipsen prolongent de 15 années leur partenariat pour le développement, la fabrication et la distribution du Decapeptyl (triptoréline) pour le traitement de certaines maladies urologiques, gynécologiques et pédiatriques (cancers de la prostate, endométriose, fibromes utérins, cancers du sein, etc.). Selon cet accord, les deux parties co-développeront de nouvelles formulations et exploreront de nouvelles indications thérapeutiques avec des besoins médicaux non satisfaits.

Evotec a reçu une subvention de 23,8 M$ de la fondation Bill & Melinda Gates, destinée à soutenir plusieurs programmes de découvertes de nouveaux traitements contre la tuberculose, qui reste l’une des 10 principales causes de décès dans le monde. La biotech allemande va pouvoir tester différentes combinaisons de médicaments antituberculeux au stade préclinique. Le partenariat durera cinq ans.

BIOTECHFINANCES N° 860 17/06/2019

Coté

Transgene (TNG) lance une augmentation de capital de 50 M€ avec maintien du droit préférentiel de souscription. La biotech strasbourgeoise prévoit l’émission de 21 millions d’actions nouvelles au prix de 2,34 € par action. Les fonds seront notamment utilisés pour le financement des prestations externes liées à la finalisation des études cliniques en cours avec TG4010, TG4001, Pexa-Vec et TG6002. L’Institut Mérieux, qui détient 56,74 % du capital de Transgene, s’est engagé à maintenir sa participation à un niveau identique.

Onxeo (ONXEO) met en place une ligne de financement en fonds propres par émission d’actions nouvelles, assurée par Nice & Green SA, pour un montant d’environ 9 M€ sur la base des niveaux de cours actuels. Ce financement devrait étendre l’horizon de trésorerie de la biotech jusqu’au troisième trimestre 2020. Les montants perçus serviront notamment au développement clinique d’AsiDNA. Le produit phare de la biotech a déjà commencé une phase Ib avec des premiers résultats attendus fin 2019.

Bone Therapeutics (BOTHE) annonce qu’ALLOB, son produit de thérapie cellulaire allogénique, valide les principaux critères d’évaluation de l’étude de phase IIa chez des patients ayant subi une procédure de fusion vertébrale. Le traitement montre un bon profil de tolérance. 86,7 % des patients à 24 mois ont présenté une fusion vertébrale réussie. Au total, l’étude évaluait 30 patients traités par ALLOB, en association avec le traitement de référence. Cette plateforme présente un profil plus facile à développer et à industrialiser que PREOB, une plateforme de thérapie autologue, dont le développement a été stoppé en 2018 par la biotech belge (lire Biotech Finances no 842).

Innate Pharma (IPH) souhaite se coter aux États-Unis ! La biotech a l’intention de procéder à une offre au public de ses actions ordinaires, sous la forme d’American depositary shares (ADSs), et a soumis un projet de document d’enregistrement (Form F-1) auprès de l’U.S. Securities and Exchange Commission. À côté de cette offre, Innate Pharma a l’intention de procéder à un placement privé de ses actions ordinaires en Europe. Le calendrier et le nombre d’actions nouvelles ordinaires n’ont pas encore été déterminés.

Sensorion (SENS) boucle une levée de fonds de 20 M€ auprès de Sofinnova (fonds Crossover) et du fonds américain Invus, via l’émission d’obligations convertibles (OC). Ces OC ne donneront lieu à aucun paiement d’intérêt, elles arriveront à maturité dans cinq ans, mais pourront être converties par les porteurs à partir de la publication des résultats de l’essai clinique de phase II mené avec le candidat-médicament SENS 401, dans l’indication de la perte brusque d’audition, d’ici mi-2020. Une opération de refinancement significative était attendue, depuis la signature fin mai par la biotech parisienne spécialisée dans les maladies de l’oreille interne, d’un accord avec l’Institut Pasteur portant sur une licence exclusive pour le développement de plusieurs programmes de thérapie génique dans le champ des pertes auditives.

Valneva (VLA) annonce le succès de la première étape de phase II pour son vaccin, VLA15, contre la maladie de Lyme. Sur avis du DSMB, deux dosages (135 µg et 180 µg) ont été sélectionnés pour la suite de l’étude, dont les résultats intermédiaires sont attendus mi-2020. Depuis 2007, GSK détient une option de licence sur ce programme (lire Biotech Finances no 839). La biotech a, par ailleurs, entamé la préparation d’une seconde étude de phase II visant à évaluer un schéma de « vaccination alternatif », avec un lancement prévu au troisième trimestre 2019.

AB Science (AB) a obtenu une recommandation positive du Comité indépendant de revue des données (IDMC), suite à l’analyse de l’étude AB12005 sur masitinib dans le cancer du pancréas en première ligne de traitement. L’analyse finale est prévue pour 2020. Cette recommandation signifie que la probabilité de succès de l’étude est supérieure à 80 % dans la sous-population sélectionnée.

Biophytis (ALBPS) a conclu un accord de collaboration avec l’AFM-Téléthon sur le développement de Sarconeos (BIO101), candidat-médicament pour le traitement de la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD), dans le cadre de son programme clinique MYODA. Selon les modalités de l’accord, l’AFM-Téléthon accordera un financement de 400 k€ à la biotech parisienne, pour certains essais précliniques additionnels et la préparation de l’étude clinique MYODA.

Advicenne (ADVIC) annonce aujourd’hui le succès de la cotation de ses actions sur le marché réglementé d’Euronext Bruxelles. À ce jour, les actions ordinaires d’Advicenne sont cotées sur Euronext Paris, son marché de cotation principal, et sur Euronext Bruxelles, avec des identifiants inchangés.

Lysogene (LYS) annonce le traitement d’un premier patient en Europe dans le cadre de l’essai de phase II/III AAVance avec LYS-SAF302, traitement de thérapie génique de la mucopolysaccharidose de type IIIA. Lysogene et son partenaire, Sarepta Therapeutics (lire Biotech Finances no 829), avaient annoncé en début d’année le traitement du premier patient aux États-Unis. L’objectif est d’inclure 20 patients sur huit sites.

Inventiva (IVA) a terminé le recrutement des patients dans son étude de phase IIa « iMProveS » en Europe évaluant Odiparcil dans le traitement de la mucopolysaccharidose de type VI. Au total, 20 patients ont été inclus dans cette étude, contre un objectif de 24 initialement. Odiparcil est le second actif du pipeline de la biotech dijonnaise. Son produit phare, Lanifibranor, un agoniste des PPAR alpha, delta et gamma, est actuellement testé dans la NASH en phase IIb, avec des résultats attendus l’an prochain (lire Biotech Finances no 839).

BIOTECHFINANCES N° 860 17/06/2019

Non coté

Ynsect annonce le lancement de FARMYNG, un projet destiné à fonder une unité industrielle spécialisée dans la production de protéines « haut-de-gamme » issues d’insectes. Ce programme, cofinancé par la Commission européenne à hauteur de 20 M€, vise à industrialiser l’élevage et la transformation d’un insecte, le Tenebrio molitor, pour l’alimentation animale et végétale. Ynsect est la première entreprise française à remporter un projet de cette envergure soutenu par l’UE. En début d’année, la société avait levé 110 M€ dans le cadre d’une série C (lire Biotech Finances no 845).

Le G5 Santé, cercle composé des dirigeants de huit entreprises françaises de santé (BioMérieux, Sanofi, Servier, Pierre Fabre, LFB, Guerbet, Théa et Ipsen), a dévoilé une étude réalisée par le cabinet d’audit BIPE démontrant le recul de la France sur le terrain de la production et des exportations de médicaments. À l’issue de la conférence, le G5 Santé a présenté plusieurs propositions de soutien aux investissements en R&D et en production en France (lire chiffres clefs ci-contre).

Oncurious reçoit une subvention d’1 M€ de la part de VLAIO (Agence flamande d’innovation et d’entrepreneuriat) pour le développement préclinique de son pipeline en immuno-oncologie. La biotech, filiale d’Oxurion (ex-ThromboGenics) et de VIB (Institut flamand de biotechnologie), recrute actuellement des patients d’une phase I/IIa avec TB-403 pour le traitement du médulloblastome.

BIOTECHFINANCES N° 860 17/06/2019

En vue

Ludovic Robin

Le directeur de la stratégie et du business development d'Advicenne voit confortée la position de son candidat-médicament, ADV7103, par des études qui confirment que plus de 40 000 patients souffrent d'acidose tubulaire rénale distale (ATRd) en Europe et aux États-Unis, et que plus de 24 000 patients sont touchés par la cystinurie en Europe.


Jean-Louis Junien

préside le nouveau conseil scientifique d'Inventiva, tout récemment créé, formé de Sven Francque, Manal Abdelmalek, Glen Clack, Hedy Lee Kindler et Gérard Zalcman.


Sylvie Ryckebusch

rejoint le conseil d'administration de Domain Therapeutics. Cette spécialiste du business development a passé 12 ans chez Merck Serono (Genève, Suisse) en tant que responsable des licences en neurologie et en maladies auto-immunes. Plus récemment, elle a été nommée directrice des affaires commerciales au sein de la Fondation EspeRare, une organisation à but non lucratif qui cible les maladies rares.


Les chiffres

6e

Entre 2000 et 2017, la France est passée du 3e au 6e rang européen au niveau des exportations de médicaments.

60%

L'Objectif national de dépenses d'assurance-maladie (ONDAM) a accentué la régulation des dépenses. Ainsi, le médicament représente près de 60 % des économies entre 2010 et 2019, alors qu'il ne représente que 15 % des dépenses. Le reste des économies touche notamment l'hôpital.

23%

La contribution du G5 au PIB français a baissé de 23 % entre 2010 et 2017 (de 0,88 % à 0,68 %) du fait de cette régulation plus forte.