samedi 30 mai 2020


Ce qu’il ne fallait pas manquer dans la semaine du 27 au 31 mai

Par Rédaction , dans Essentiel , le 31 mai 2019

Monde

L’Américaine Thrive Earlier Detection lève 110 M$ dans un tour de série A piloté par Third Rock Ventures et suivi par Section 32, Casdin Capital, Biomatics Capital, BlueCross BlueShield, Venture Partners, Invus, Exact Sciences et d’autres investisseurs privés. Thrive développe CancerSEEK, un test de biopsie liquide conçu pour la détection de nombreux cancers à des stades précoces.

Novartis a obtenu l’accord de la FDA pour sa thérapie génique Zolgensma de l’atrophie musculaire spinale (AMS), première cause de mortalité infantile, et a fixé le prix de ce traitement, en prise unique, à un niveau record de 2,1 M$ (1,9 M€)… Loin devant le second remède le plus cher du monde, Luxturna, développé par Spark Therapeutics et vendu 850 k$. Le feu vert des autorités européenne et japonaise devrait intervenir dans le courant de l’année. Ce produit, en partie basé sur une découverte du Généthon (lire Biotech Finances no 854), est issu de la biotech américaine Avexis, rachetée par Novartis pour 8,7 Md$. Les analystes ont estimé le chiffre d’affaires annuel du Zolgensma à 2 Md$ d’ici 2022. Il sera en concurrence avec Spinraza de Biogen, premier traitement à avoir été approuvé dans l’AMS, fin 2016.

D’après l’association espagnole de la bioindustrie, ASEBIO, l’année 2018 a été une période historique pour l’Espagne, avec plus de 94 M€ de capitaux levés (+1 % par rapport à 2017). L’année se distingue également par deux transactions majeures, avec TiGenix, rachetée par Takeda pour 520 M€, et Qiagen qui a mis la main sur Stat-Dx pour 150 M€.

En Allemagne Nano-Care Deutschland a reçu le prix national de l’Innovation 2019 pour ses développements dans le domaine des revêtements antimicrobiens destinés à empêcher les infections causées par des micro-organismes tels que les infections à staphylococcus aureus résistantes à la méthicilline (SARM, infections à staphylocoques).

En Allemagne également, Merz annonce l’approbation pour une utilisation, en Europe, de Xeomin pour le traitement de la sialorrhée chronique (salivation) consécutive à des maladies neurologiques chez les patients adultes. Xeomin est la première et unique neurotoxine à avoir été approuvée pour cette indication dans l’UE, et fait suite à l’approbation aux États-Unis par la FDA en juillet 2018.

Coté

Onxeo (ONXEO) a dévoilé les résultats finaux de l’étude DRIIV-1, un essai de phase Ia mené auprès de 10 patients dans différentes tumeurs solides, avec AsiDNA, un candidat-médicament ciblant les mécanismes de réparation de l’ADN et produit phare de la biotech. La phase Ib a déjà commencé (début du recrutement des patients en mai) avec des premiers résultats attendus fin 2019. Onxeo dispose d’une autonomie financière jusqu’au second semestre 2020.

Valbiotis (ALVAL) annonce la réussite de la transposition industrielle de Valedia, son produit phare, dans le cadre de sa collaboration, en production, avec Pierre Fabre. La biotech rochelaise développe en clinique ce produit, en vue d’obtenir une « allégation santé » dans le prédiabète et dans la NAFL (foie gras non alcoolique) – un état préalable au développement de la NASH. Les résultats de la phase IIa, dans cette première indication, sont attendus dans les tout prochains mois.

AB Sciences (AB) annonce la levée par l’ANSM de la suspension des essais cliniques menés par la société en France. Cette suspension avait été prononcée en mai 2017, en raison de manquements aux procédures et pratiques règlementaires. La société doit encore soumettre une nouvelle demande d’autorisation d’essai clinique pour reprendre effectivement les essais en France.  Elle organisera, les 4 et 5 juin, une conférence téléphonique sur le sujet.

Sensorion (ALSEN) signe avec l’Institut Pasteur un accord de partenariat sur des programmes de thérapie génique. Cet accord octroie une option de licences exclusives à la biotech, afin de développer et commercialiser des candidats-médicaments issus de projets collaboratifs ciblant des maladies génétiques de l’oreille interne. Le titre a progressé de 7 % dans le courant de la semaine. Pour rappel, en octobre dernier, Sensorion avait signalé un retard d’un an dans la publication des résultats de sa phase II actuellement en cours dans la névrite vestibulaire avec SENS-111, son candidat-médicament le plus avancé. Le cours avait alors perdu 43 % de sa valeur en deux séances. Lors de son assemblée générale mixte du 28 mai, la compagnie a rappelé formellement qu’afin de répondre à ses besoins de trésorerie et d’assurer la continuité d’exploitation, elle était en recherche active de financements, aussi bien auprès d’investisseurs institutionnels que d’organismes publics ou d’institutions financières, au titre de subventions et/ou d’avances remboursables relatives à ses programmes de recherche.

Transgene (TNG) annonce l’inclusion de tous les patients de l’essai de phase II évaluant son vaccin thérapeutique TG4010 en association avec Opdivo (nivolumab) et une chimiothérapie en première ligne de traitement du cancer du poumon non épidermoïde, non à petites cellules, au stade avancé. Cet essai multicentrique à un bras est mené aux États-Unis et en Europe. Les premiers résultats seront communiqués au quatrième trimestre 2019.

Nanobiotix (NANO) annonce la création d’une filiale, autour de sa nouvelle plateforme Curadigm basée sur la technologie Nanoprimer, des nanoparticules qui occupent temporairement les cellules du foie responsables de l’élimination des agents thérapeutiques. Injectées préalablement à l’administration des traitements, elles augmentent leur biodisponibilité systémique. En avril, Nanobiotix a obtenu une AMM pour son agent radio-sensibilisant phare, Hensify, dans le traitement du sarcome des tissus mous. Dans la foulée, la biotech a levé 29,5 M€ lors d’un placement privé (lire Biotech Finances no 852).

Gour Medical (MLGM) signe un partenariat avec Petpace, société vétérinaire spécialisée dans la santé intelligente et le monitoring des signaux vitaux des animaux de compagnie en temps réel et à distance. Les deux entreprises vont lancer une étude clinique contrôlée versus placebo, dont l’objectif est d’évaluer, par l’analyse des données recueillies par le collier intelligent de Petpace, l’efficacité des solutions Gour Medical – commercialisées sous sa marque Weedley – sur la réduction de la douleur et l’amélioration du bien-être des canidés atteints d’ostéo-arthrose.

Mauna Kea Technologies (MKEA) annonce la souscription d’une tranche de 5 M€ auprès d’IPF Partners dans le cadre de l’avenant à son accord de dette, signé fin 2018. L’avenant inclut une seconde tranche de 5 M€ disponible jusqu’en septembre 2019, et soumise à des conditions de clôture prédéfinies. Pour le premier trimestre 2019, Mauna Kea a annoncé des ventes en augmentation de 65 %, pour atteindre 1,7 M€ (lire Biotech Finances no 854).

Non coté

Domain Therapeutics vient de lever 3,5 M€ auprès de Seventure Partners. Cette somme a pour but d’enclencher la prochaine phase de croissance de la biotech et de développer son modèle économique innovant, consistant dans le transfert de ses programmes dans des sociétés mono-produit financées ensuite par des investisseurs en capital-risque. Le rachat par Lundbeck en 2018 de Prexton Therapeutics, l’une des sociétés mono-produit basé sur une molécule de Domain, va permettre à la biotech strasbourgeoise d’empocher jusqu’à 125 M$, selon les étapes de développement du Foliglurax (lire Biotech Finances no 832). En décembre, Domain a, par ailleurs, annoncé un accord de collaboration avec Boehringer Ingelheim.

Balt, medtech française spécialisée en neuroradiologie interventionnelle, annonce pour le premier trimestre 2019 un chiffre d’affaires en hausse de 34 % par rapport à la même période l’an dernier. Pour rappel, l’entreprise avait augmenté les volumes de production de son principal site industriel de 30 % en 2018, pour atteindre un chiffre d’affaires annuel de 100 M€.

Par’Immune a été sélectionnée pour deux rencontres qui se tiennent aux États-Unis, à l’occasion de la Convention BIO : 3e Boston Biotechnology Summit et Top-Ten French Biotech. La biotech lilloise développe une nouvelle thérapie basée sur l’utilisation de la protéine P28GST, pour lutter contre les maladies inflammatoires auto-immunes. Fin 2018, Par’Immune a signé un accord avec le CHU de Lille pour être propriétaire de toutes les données (phase I et II déjà réalisées) et droits d’exploitation liés à P28GST.

En vue

Nawal Ouzren

La patronne de Sensorion rejoint le conseil d'administration d'Inventiva, accompagnée de Heinz Maeusli, ancien CFO d'Advanced Accelerator Application.


Pierre-Emmanuel Gérard

Le Pdg de Biomunex a annoncé la création d'une filiale aux États-Unis, Biomunex Pharmaceuticals, à Cambridge, dans le Massachusetts. L'objectif initial est de faciliter les partenariats de R&D et les activités de business development avec des entreprises pharmaceutiques et des instituts académiques de premier plan.


Christian Grenier

accède au fauteuil de Pdg de genOway. Il devra assurer le développement stratégique de la société. Alexandre Fraichard occupera, quant à lui, le poste de vice-président, directeur général délégué en charge des opérations.


Les chiffres

3,7 Md$

Le marché américain des appareils endoscopiques gastro-intestinaux en 2025. Il était estimé à plus de 2,9 Md$ en 2018 (source iData Research).

2

Il y a un an, Donald Trump a signé la loi sur le « Right-to-try », destiné aux patients qui souhaitent avoir davantage accès aux médicaments expérimentaux. Une analyse effectuée par l’Université de New York a révélé que cette loi avait bénéficié à deux patients au cours de cette première année.

16

Un rapport de BIO suggère que les recherches sur Alzheimer souffrent d’un manque de moyens, avec des investissements 16 fois moins importants que pour les médicaments oncologiques.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,