samedi 18 septembre 2021


(BiotechFinances n°952 19/07/2021) Aides au fil de l’eau, appels à projet, concours L’offre de Bpifrance abonde pour les start-up de la santé L’organisme public vient d’ailleurs, une nouvelle fois d’être sollicité par Emmanuel Macron, pour injecter 2 Mds€ supplémentaires sur ce segment dans le cadre du plan Innovation Santé 2030 (lire Biotech Finances n°950 du 5 juillet 2021) Atout incontesté de notre écosystème, ce soutien continu de Bpifrance en montre aussi les limites financières Quant aux jeunes pousses de la Healthtech, elles ont aujourd’hui du mal à comprendre l’éventail de solutions qui leur est offert, au point d’embaucher des consultants dédiés à cette tâche D’après Bpifrance, le meilleur moyen de s’y retrouver consiste à suivre une logique du continuum de financement tout en gardant un œil sur les priorités de l’État

Bras armé de l’État pour le soutien à l’innovation, la Banque publique d’investissement a été créée en 2012 Elle intervient particulièrement auprès des start-up de la santé « Cette filière est bien identifiée », assure Virginie Fontaine, responsable technologies de la santé chez Bpifrance, « car elle innove beaucoup, mais aussi parce qu’elle est très capitalistique, et a donc particulièrement besoin d’aide de la part de l’État »

La banque a deux modalités de financement, qu’elle cumule parfois : la subvention et l’avance récupérable, c’est-à-dire remboursable uniquement en cas de réussite du projet « C’est un partage du risque », pointe Virginie Fontaine « Mais », ajoute-t-elle « il y a des livrables précis comme les résultats d’une étude clinique par exemple et une aide ne dépassant généralement pas 50% du coût du projet »

Si les modalités sont simples, le panel de dispositifs réservés aux biotechs, medtechs et autres start-up de santé numérique apparaît, de prime abord, touffu Actuellement 224 « solutions » leur sont proposées Et cette offre est évolutive puisque liée pour une bonne part à des concours, Appels à projets (APP) et à manifestation d’intérêt (AMI) « Nous avons toujours de 15 à 20 appels à projets nationaux en même temps, qui s’ajoutent à ce qui est proposé de manière récurrente », indique Virginie Fontaine Il est normal que cela paraisse foisonnant : « L’État cherche à couvrir tous les besoins, quitte à ce qu’il y ait des chevauchements », conclut-elle

Suivre le continuum de financement

Pour s’orienter, les jeunes pousses de la santé peuvent suivre le chemin du continuum de financement Pour la première étape, un porteur de projets peut solliciter, à tout moment de l’année, une Aide à la faisabilité et l’innovation (AFI) ou une bourse French tech émergence Cette dernière est l’une des actions du plan Deep Tech,