lundi 1 mars 2021


Monde

(BIOTECHFINANCES N°929 Lundi 1er février 2021) À Berlin Noxxon Pharma (ALNOX), réalise une augmentation de capital via un placement privé d’environ 6,4 M€. La biotech cotée à Paris développe des traitements contre le cancer en ciblant le microenvironnement tumoral (MET).

En Espagne, Minoryx Therapeutics publie des résultats positifs d’une phase 2/3 évaluant le leriglitazone, un nouvel agoniste sélectif des PPARγ, chez des patients masculins atteints d’adrénomyéloneuropathie (AMN), une maladie neurodégénérative entraînant une paraparésie spastique progressive1 et un dysfonctionnement du système nerveux autonome. L’essai pivot a été mené en Europe et aux Etats-Unis sur 116 patients durant 2 ans. Le leriglitazone a permis de réduire de manière significative la progression des lésions cérébrales et les symptômes liés à la myélopathie. La biotech poursuit l’analyse des données et échangera avec les autorités règlementaires dans les prochains mois afin de discuter des possibilités d’enregistrement.

En Belgique, TheraVet, société pionnière dans le traitement des maladies ostéoarticulaires des animaux de compagnie, annonce les résultats positifs d’une étude de preuve de concept avec Visco-Vet, son gel visco-régénérant injectable, dans la prévention de la dégénérescence du ligament croisé antérieur chez le chien. Visco-Vet qui a permis de réduire significativement les processus de dégénérescence s’est vu octroyé par l’EMA le statut de Minor Use and Minor Species (MUMS)/Limited Market. Cette classification permettra à TheraVet de bénéficier du soutien des autorités lors du processus d’Autorisation de Mise sur le Marché.

À Jumet, Exothera rachète l’équipement de fabrication NevoLineTM Upstream, dernier-né de la gamme de produits Univercells Technologies. La CDMO belge utilisera la plate-forme NevoLine pour la fabrication de thérapies géniques à base de vecteurs viraux et de vaccins viraux. Cet équipement sera installé dans une nouvelle usine de 1900 m2 sur le campus d’Univercell où une deuxième installation de 5 500 m2 sera opérationnelle en 2022.

Selon l’Association suisse des investisseurs en capital et de financement (SECA), les start-up helvétiques ont collecté l’an dernier près de 2 Mds€. Environ 761 M€, soit 30 % de plus qu’en 2019, ont permis de financer des biotechs comme Noema Pharma, NBE Therapeutics ou Monte Rosa Therapeutics. Ce montant alloué à la santé constitue 40 % des investissements en capital-risque.

Microcaps, basée à Zurich, boucle un tour d’amorçage de 4,6 M€ codirigé par Helvetica Capital et la Zürcher Kantonalbank. La biotech a développé une nouvelle technologie de microencapsulation destinée à être utilisée dans les industries pharmaceutiques et qui garantit le même dosage de précision de l’ingrédient actif. Ces microcapsules de taille contrôlée peuvent être produites 1 000 fois plus rapidement qu’actuellement.

En Italie, Antares Vision fait son entrée sur le 1er marché de la bourse de Milan, deux ans après son introduction sur le compartiment AIM Italia dédié aux PME innovantes. Cette admission se fera sur le segment STAR réservé aux entreprises de taille moyenne dont la capitalisation est comprise entre 40 M€ et 1 Md€ et qui respectent des engagements en matière de liquidité, de transparence et de gouvernance. Antares Vision développe des systèmes d’inspection pour le contrôle qualité notamment dans le secteur des dispositifs pharmaceutiques et biomédicaux.

À Hambourg, GeneQuine Biotherapeutics boucle une série A de 5,4 M€ à laquelle s’ajoute un prêt convertible de 3,65 M€ portant le montant total à plus de 9 M€. Le tour de table était dirigé par la pharma américaine Pacira BioSciences qui accorde aussi le prêt à la biotech allemande spécialisée dans la thérapie génique pour les troubles musculo-squelettiques. Parmi les autres investisseurs figurent High-Tech Gründerfonds, qui avait précédemment investi dans GeneQuine, ainsi que Noshaq et Samum. Le candidat principal en thérapie génique de GeneQuine est un traitement pour l’arthrose qui rentre en phase 1.

Sanofi (SAN) va aider BioNTech pour la fabrication et la fourniture de son vaccin COVID-19 co-développé avec Pfizer. Le laboratoire français donnera l’accès à son outil de production et à son savoir-faire afin de produire plus de 125 millions de doses du vaccin en Europe. Les premiers lots seront distribués par les installations de production de Sanofi situées à Francfort à partir de l’été 2021. Merck envisage également plusieurs moyens d’aider BioNTech à augmenter sa capacité, y compris dans la phase dite de « remplissage et finition ».

Eurofins Biomnis a reçu l’autorisation temporaire de l’ANSM de proposer son kit pour détecter les variants du SARS-CoV-2. Après avoir renforcé ses deux plateaux techniques d’Ivry-sur-Seine et de Lyon pour répondre à la hausse du dépistage par RT-PCR, le laboratoire « est aujourd’hui le seul à mettre à disposition des autorités de santé son kit analytique », en attente du marquage CE.

GeNeuro (GNRO) obtient un financement de 137 K€ de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) pour son projet COVERI, qui vise à comprendre le rôle des protéines du rétrovirus endogène humain (HERV) dans la réponse immunitaire anormale ou les dommages neurologiques subis par d’importants sous-ensembles de patients atteints de COVID-19.

Coté

OSE Immunotherapeutics (OSE), a reçu un paiement d’étape de 1,3 M€ de Bpifrance pour le projet collaboratif EFFIMab, dédié à l’évaluation d’OSE 127/S95011, antagoniste du récepteur à l’interleukine-7 (IL-7R), développé en partenariat avec Servier. Ce nouveau financement a été déclenché par le franchissement de plusieurs étapes clés du produit notamment le renforcement des données précliniques et translationnelles dans l’indication rectocolite hémorragique (RCH), la fin de l’étude clinique de phase 1, la première autorisation réglementaire d’étude clinique de la phase 2 dans la RCH et des étapes spécifiques de fabrication du produit.

Predilife (ALPRE) noue un partenariat avec l’Institut Français du Sein à Paris pour la mise en place d’une consultation d’évaluation du risque de cancer. La société a développé le test MammoRisk, intégrant des données cliniques, d’imagerie et de génétique qui permet d’évaluer la probabilité de développer un cancer du sein invasif dans les 5 ans, chez les femmes dès 40 ans. En parallèle, Predilife a signé un contrat de collaboration avec UK Biobank afin d’accéder aux données de 250 000 femmes collectées auprès des médecins du Royaume-Uni et à 800 000 données de génotypage.

Curadigm, filiale de Nanobiotix (NANO), sélectionnée dans le cadre du Sanofi iTech Award Program pour une collaboration d’un an avec le laboratoire français. Cela comprend un financement direct et des échanges scientifiques. L’objectif du projet est d’établir une preuve de concept pour « Nanoprimer » en tant que produit de combinaison pouvant améliorer le bénéfice thérapeutique des candidats de thérapie génique. De nombreuses thérapies à base d’acide ribonucléique (ARN) administrées par voie intraveineuse voient leur efficacité limitée en raison de leur clairance rapide dans le foie. Administrée avant le traitement, la technologie Nanoprimer agit pour empêcher une clairance rapide, augmentant l’accumulation de produits thérapeutiques dans les tissus ciblés.

Non coté

Le fonds Amgen France pour la Science et l’Humain lance un appel à projets sur le thème : « Nouvelles frontières thérapeutiques et optimisation du parcours de vie en onco-hématologie ». Les candidats ont le choix entre trois thématiques : recherche de nouveaux biomarqueurs prédictifs de toxicité et/ou d’efficacité en immunothérapie anti tumorale ; compréhension des mécanismes de résistance aux thérapies ciblées ou à l’immunothérapie pour le développement de nouvelles combinaisons thérapeutiques ; impacts de l’évolution thérapeutique en onco-hématologie sur le parcours de soins et la qualité de vie des patients. D’une dotation globale de 600 000 euros, l’appel à projets prévoit d’attribuer jusqu’à 75 000 euros par équipe lauréate. Les dossiers peuvent être déposer jusqu’au 18 avril sur www.amgeninnovations.fr

Lauxera Capital Partners a levé en moins de six mois près de 100 M€ pour le premier closing de son fonds Lauxera Growth I. Ce tour de table a réuni des investisseurs de renom parmi lesquels Covea, Téthys, la Compagnie Nationale à Portefeuille, Financière Dassault, Candriam (New York Life) et Bpifrance qui investit en fonds propres et via le Fonds de Fonds Growth pour le compte d’assureurs privés et de la Caisse des Dépôts. L’objectif de Lauxera est de créer un des fonds les plus importants en Europe sur le segment de la HealthTech.

Orphelia Pharma a reçu une subvention de 250 k€ de la région Île-de-France dans le cadre du programme PM’up pour accélérer le développement commercial de l’entreprise en Europe et aux États-Unis.

RDS boucle un tour d’amorçage de 3 M€, réunissant des investisseurs européens, américains et asiatiques. À cela s’ajoute 1 M€ de financements publics auprès de Bpifrance et de la Région Grand Est. RDS bénéficie aussi du soutien du Ministère des Armées, via l’Agence de l’Innovation de Défense, dans le cadre de l’appel à projets de solutions innovantes pour lutter contre la COVID-19 lancé en mars 2020. La start-up strasbourgeoise développe un mini-patch connecté pour le suivi des patients à risque de complications post-opératoires et qui fonctionne aussi en cas de détresse respiratoire. Le tour servira au lancement des essais cliniques.

DNA Script signe un contrat avec le ministère des Armées et reçoit ainsi 1,3 M€ pour développer une plateforme de synthèse de sondes Taqman permettant la détection rapide de bactéries et virus hautement pathogènes. L’accord vise à développer un prototype de laboratoire s’appuyant sur la technologie propriétaire et inédite de synthèse enzymatique d’ADN de DNA Script.

En vue

Sarah Dayre

rejoint le comité exécutif de Guerbet en tant que directrice des opérations techniques. Docteur en Pharmacie, elle est également diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Industries Chimiques (Process Engineering) et dispose de plus de 20 ans d’expérience dans la fabrication et la chaîne d’approvisionnement mondiale du secteur pharmaceutique, acquise chez Astra Zeneca.


Stéphane Altaba

devient directeur général de la medtech LXRepair. Il sera chargé en 2021 du lancement commercial d’un premier test prédictif de toxicité à la radiothérapie et une levée de fonds Series A. Ingénieur agronome et docteur en biotechnologies, il a travaillé 12 ans chez Sanofi, puis 9 au sein de Nordic Pharma avant de rejoindre en 2015 Genomic Vision, en tant que membre du comité exécutif puis directeur des opérations.


Corinne Blachier-Poisson

directrice générale d’Amgen France, est élue présidente de l’AGIPHARM (Association des Groupes Internationaux pour la Pharmacie de Recherche). Cette association regroupe les dirigeants des filiales françaises des laboratoires pharmaceutiques américains et œuvre pour promouvoir la place de la France sur la scène internationale de la recherche scientifique et médicale.


Richard Alonso

est nommé directeur grands comptes d’Eurobiomed, Rattaché à la direction générale, ce professeur en neurosciences aura pour mission de renforcer les relations entre les adhérents d’Eurobiomed et les grands comptes et favoriser ainsi le déploiement de projets privés et publics / privés. Il a débuté sa carrière à l’université McGill puis a rejoint Sanofi en 1993 où il a évolué vers des postes à hautes responsabilités en R&D.


Rossella Medori

devient médecin-chef (CMO) d’Accure Therapeutics. Le Dr Medori a occupé des postes de direction chez Biogen, Janssen Cilag-J & J, BMS, Lilly, Prexton et Affiris et est membre de l’American Academy of Neurology.


Les chiffres

200 Millions

Les États-Unis vont acheter 200 millions de doses supplémentaires de vaccins à la fois de Pfizer et de Moderna portant la commande totale du pays à 600 millions, suffisamment pour immuniser la grande majorité de la population américaine contre la COVID-19.

1,53 Md€

Le marché mondial des thérapies contre le cancer du foie devrait croître dans les années à venir et atteindre 9 Mds€ d’ici 2025
(source Research&Market).

105

Le Center for Drug Evaluation and Research (CDER) de la FDA a publié une liste des projets de directives qu’il prévoit de publier en 2021. Au total, 105 orientations sont inscrites à l’ordre du jour, dont 42 nouvelles pour 2021.