samedi 30 mai 2020


Monde

(BIOTECHFINANCES N°854 29/04/2019) – Eli Lilly (LLY) signe un partenariat avec la société américaine Avidity Biosciences, qui prévoit un paiement immédiat de 20 M$, complété d’un investissement de 15 M$ au capital. Le total des milestones s’élève à 405 M$. Lilly s’appuiera sur la plateforme d’Avidity pour développer des candidats-médicaments combinant des anticorps avec des oligonucléotides, destinés à agir sur l’expression de l’ADN ou de l’ARN, notamment dans le domaine de l’immunologie.

Aux États-Unis, Knopp Biosciences a obtenu la désignation de médicament orphelin par la FDA pour dexpramipexole, son candidat-médicament par voie orale pour le traitement du syndrome hyperéosinophilique (SHE). Le SHE est un trouble rare et souvent incapacitant, avec peu d’options thérapeutiques.

Les Chinoises Aptorum (Nasdaq : APM), Aeneas et l’agence publique singapourienne A*ccelerate Technologies ont signé un accord de 90 M$ pour la création conjointe de start-up deeptechs locales dans le secteur de la santé et des sciences du vivant. Cette association est la dernière d’une série d’accords de co-création d’entreprises conclus par A*ccelerate pour renforcer l’écosystème des start-up à Singapour. Dans ce cadre, Aptorum Group et A*ccelerate projettent de créer jusqu’à 20 deeptechs à Singapour au cours des cinq prochaines années. Ces entreprises s’appuieront sur les technologies codéveloppées par les instituts de recherche A*STAR et Aptorum Group.

Deux mois après l’échec de l’étude STELLAR-4, un essai clinique de phase III évaluant Selonsertib dans la NASH, Gilead (GILD) vient d’annoncer l’échec de STELLAR-3. Cette étude visait à évaluer le même candidat-médicament, avec des patients recrutés à un stade plus précoce de la maladie (fibrose F3). À 48 semaines, seulement 9,3 % des patients traités avec la dose de 18 mg du médicament ont présenté une amélioration de la fibrose en une étape ou plus, alors que le bras à 6 mg a enregistré un taux de réussite de 12,1 %. Les deux sont inférieurs aux 13,2 % avec le placebo. Début avril, la société américaine s’est associé au groupe danois Novo Nordisk, dans le cadre d’une étude dans la NASH qui associera l’Ozempic (analogue du GLP-1) de Novo Nordisk en combinaison avec cilofexor et firsocostat de Gilead.

[lightbox full= »http:// » title= »L’agence fédérale américaine CMS »] Le Centers for Medicare & Medicaid Services est prête à augmenter les paiements pour les traitements anti-cancéreux CAR-T, selon son administrateur. Les traitements CAR-T sont considérés comme une nouvelle option importante pour la leucémie et le lymphome qui ne répondent pas aux médicaments standards. Toutefois, leurs faibles taux de remboursement auraient freiné les ventes. Le CAR-T Kymriah a généré 28 M$ pour Novartis au quatrième trimestre de 2018, et la société a déclaré s’attendre à ce que ses revenus pour 2019 atteignent 200 M$. Yescarta a fait mieux pour Gilead, avec des ventes de 264 M$ en 2018.[/lightbox]

Coté

Biom’up (BUP) obtient le feu vert de la FDA pour lancer le développement clinique d’Hemosnow, une poudre sèche hémostatique destinée à la maîtrise des saignements légers lors des interventions chirurgicales. La medtech lyonnaise avait initialement soumis sa demande d’IDE (Investigational device exemption) en janvier 2019. Les essais devraient débuter en 2020.

Geneuro (GNRO) publie une position de trésorerie de 13,3 M€ à fin mars 2019, ce qui lui offre une visibilité financière jusqu’à mi-2020. La prochaine échéance de la biotech ne repose pas sur son indication phare, la sclérose en plaques, mais sur les résultats finaux à 12 mois de l’étude de phase IIa dans le diabète de type 1, attendus au deuxième trimestre 2019.

Implanet (ALIMP) dévoile un chiffre d’affaires d’1,9 M€ au premier trimestre, en hausse de 8 %. L’accord de commercialisation, passé avec SeaSpine en début d’année pour le marché américain, n’a pas encore porté ses fruits et la croissance reste reliée à l’Europe et au reste du monde (+31 %). La medtech, spécialisée dans les implants chirurgicaux, estime disposer d’une autonomie financière suffisante pour couvrir ses besoins cette année.

Lysogene (LYS) dévoile un niveau de trésorerie disponible de 36,1 M€ à fin mars, contre 25 M€ fin 2018. Ce montant prend en compte le paiement d’étape de 16 M€ effectué par Sarepta Therapeutics le mois dernier, relatif au traitement du premier patient dans AAVance, l’essai clinique de phase II/III évaluant LYS-SAF302 dans la mucopolysaccharidose de type III (MPS IIIA).

Pharnext (ALPHA) a publié ses résultats annuels 2018 et dévoilé une trésorerie nette de 22,8 M€ à fin décembre contre 12,45 M€ fin 2017. Un montant qui ne tient pas compte des 15 M€ levés en janvier dernier auprès de CBLux. La biotech parisienne compte déposer, entre fin 2019 et début 2020, une demande de mise sur le marché pour son produit phare PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth. Elle prévoit également d’initier cette année une phase III pédiatrique dans cette même indication, ainsi qu’une phase IIb dans la maladie d’Alzheimer, avec PXT864.

Intrasense (ALINS) va coopérer avec Braincarta, société spécialisée dans l’analyse des images IRM, pour industrialiser Elonav. Il s’agit d’une application de traitement entièrement automatisé des images du cerveau afin d’en identifier et préserver des zones importantes lors de la planification et de la réalisation d’interventions chirurgicales. Cette cartographie ambitionne de réduire le temps de chirurgie, et d’aider les neurochirurgiens à retirer davantage de tissus atteints.

Pixium Vision (PIX) annonce le renouvellement prochain de sa direction générale et le départ de son CEO Khalid Ischaque. Son successeur, dont le nom n’a pas été dévoilé, prendra ses fonctions le 13 mai prochain. Bernard Gilly, président du conseil d’administration, assurera l’intérim.

Safe Orthopaedics (SAFOR) vient d’obtenir l’enregistrement au Japon de SteriSpine, un dispositif pour le traitement des fractures vertébrales et son produit phare. La medtech française avait signé en juin 2018 un accord de droits de commercialisation et de distribution exclusifs pour le Japon, avec la société Kisco (filiale d’Otsuka). L’accord de partenariat comprenait un paiement d’étape à l’obtention de l’approbation des produits.

[lightbox full= »http:// » title= » »]Le patron de Popsicube poursuit son expansion internationale et ouvre une filiale à Moscou. Basée en région parisienne, Popsicube, CRO à offre globale, est déjà présente à Philadelphie aux États-Unis et à Wuhan en Chine. [/lightbox]

Sanofi (SAN) a publié ses résultats du premier trimestre qui s’avèrent nettement au-dessus des attentes. Son chiffre d’affaires ressort à 8 391 M€. Cette belle performance vient tout particulièrement de sa franchise vaccins, en hausse de 20,1 % sur la période. La division a bénéficié principalement de la reprise des livraisons de Pentaxim en Chine ainsi que dans le reste des marchés émergents.

Amplitude Surgical (AMPLI) a publié hier soir ses ventes du troisième trimestre 2018. Ainsi, sur les neuf premiers mois de l’exercice, le chiffre d’affaires ressort à 76,6 M€ (en croissance de 5,2 %). Ce trimestre marque également l’accélération de ses activités aux États-Unis (+31,5 % à 0,8 M$). La société publiera son chiffre d’affaires annuel 2018/2019 le 25 juillet prochain.

Non coté

NON COTÉ

Acticor Biotech a débuté le recrutement des patients dans l’essai de phase Ib/IIa avec son produit phare, ACT017 dans le traitement de l’AVC ischémique aigu. Pour financer cette nouvelle étape, Acticor avait levé 15,3 M€ lors d’une série B en octobre dernier, via des investisseurs européens et asiatiques (lire Biotech Finances no 829).

L’Américaine Gelesis, qui cible les maladies chroniques liées, a reçu une subvention de 9,4 M€ de la région des Pouilles en Italie pour la mise en place d’une unité de production de son produit phare PLENITY, récemment approuvé par la FDA comme aide à la gestion du poids chez les adultes présentant un indice de masse corporelle (IMC) de 25 à 40 kg/m², en association avec un régime alimentaire et des exercices.

SparingVision participera prochainement au congrès annuel de l’Association for Research in Vision and Ophtalmology (ARVO), au cours duquel elle présentera quatre communications (trois posters et une communication orale) relatives à des données précliniques avec son candidat-médicament SPVN06. La société devrait commencer les premiers essais cliniques avec ce produit en Europe et aux États-Unis en 2020.

Poietis vient d’obtenir un troisième brevet délivré par le Bureau européen des brevets, intitulé « Procédé d’impression par laser et dispositif pour sa mise en œuvre ». Bruno Brisson, CEO de cette biotech spécialisée dans les procédés technologiques de bio-impression pour fabriquer des tissus humains, a obtenu en 2018 le Trophée de l’entrepreneur en santé remis par France Biotech.

En vue

Rob Knight

Personnalité incontournable du monde du microbiome, le directeur du Center for Microbiome Innovation de l'Université de Californie à San Diego a rejoint le conseil consultatif scientifique de CoreBiome, filiale à 100 % d'OraSure Technologies (Nasdaq : OSUR).


Philippe Amouyel

Le président du Programme européen conjoint pour la recherche sur les maladies neurodégénératives (Joint Programme on Neurodegenerative Disease Research, JPND) a présenté cette semaine la version actualisée de sa stratégie de recherche et d'innovation (SRI) internationale, afin de proposer un cadre unifié pour la recherche mondiale sur les maladies neurodégénératives.


Fabrice Beauchêne

Le patron de Popsicube poursuit son expansion internationale et ouvre une filiale à Moscou. Basée en région parisienne, Popsicube, CRO à offre globale, est déjà présente à Philadelphie aux États-Unis et à Wuhan en Chine.


Les chiffres

50 M$

La mise de fonds de NEC sur le tour A de BostonGene, pionnier dans l'utilisation des logiciels biomédicaux avec une approche holistique du traitement du cancer. La technologie de BostonGene analyse les combinaisons de thérapies optimales pour chaque patient, avec une attention particulière sur les immunothérapies et les thérapies ciblées.

112,2 M$

Le montant du marché des logiciels de gestion de données des registres du cancer à l'horizon 2026. Ce marché pesait 43,2 M$ en 2017.

10,2 Md$

Le marché mondial des traitements dédiés aux cicatrices hypertrophiques et chéloïdes à l'horizon 2025.