Accueil / BIOTECH / 21 M€ EN CAPITAL POUR L’USINE ÉCOLOGIQUE D’AFYREN

21 M€ EN CAPITAL POUR L’USINE ÉCOLOGIQUE D’AFYREN

L’étape industrielle – scale-up dans le jargon des ingénieurs – est souvent longue et délicate dans le secteur de la biotech verte. L’Auvergnate Afyren semble, pour sa part, plutôt confiante et décidée à aller vite. Cette société basée sur le biopôle de Clermont-Limagne vient de réunir 21 M€ dans le cadre d’un tour de table mené par le fonds Sofinnova IB 1 et Valquest Partners, suivis par Supernova (CEA et Amundi), plusieurs véhicules d’investissement du Crédit Agricole ainsi que Sofimac et AFY Partners, un groupe de business angels. Cette levée de fonds est le volet « capitaux propres » d’un plan de financement plus large, de l’ordre de 60 M€, et est destinée à financer la construction d’une usine. Ce plan sera déployé dans le courant de l’année avec des subventions, des prêts ainsi que de nouveaux apports en capital au niveau d’une filiale industrielle. Incubé à l’université de Clermont-Ferrand, de 2006 à 2012 avant de devenir une start-up, le projet Afyren a grandi dans un écosystème exceptionnellement fécond pour la biotech verte française. Comme ses voisines Metabolic Explorer et Carbios, la société a mis au point une technologie permettant de produire des molécules d’intérêt industriel, normalement issues de la pétrochimie, à partir de bactéries. Mais plutôt que de modifier génétiquement des bactéries particulières pour les amener à fabriquer un produit prédéfini, les chercheurs d’Afyren ont pris le chemin inverse : « Faire travailler ensemble des micro-organismes naturels pour les orienter vers un portefeuille de produits, correspondant à ce qu’ils savent faire de mieux », explique Nicolas Sordet, CEO de la société. Ainsi sont à l’œuvre, dans le bioréacteur, des consortiums de bactéries qui, s’ils sont moins hyper-productifs que des composés mono-souches, sont aussi moins fragiles et plus faciles à industrialiser. Cette approche a permis à la société « d’avoir dès le

Vous venez de lire 35% de cet article. Connectez-vous pour lire la suite.

Vous n’êtes pas abonné ?

ACHETER AU NUMÉRO BiotechFinances dans lequel cet article est paru en cliquant sur le lien  J’ACHÈTE CE NUMÉRO. Montant : 40,60€ *

VOUS ABONNER et bénéficier d’une offre nouvel abonné. Recevoir 44 n° par an, la BioMap France et l’accès à toutes nos archives numérisées en cliquant sur le lien JE M’ABONNE. Montant : 670,00€ *

  • * Les liens ci-dessus J’ACHÈTE CE NUMÉRO /  JE M’ABONNE vous amènent directement sur l’espace paiement par CB de PayPal (paiement sécurisé). Vous n’êtes pas obligé de créer un compte PayPal.L’offre d’abonnement découverte est réservée exclusivement aux nouveaux abonnés et pour la première année. 

Voir aussi

15h biotech express jeudi : Voluntis, Igyxos, Transgene, Mauna kea

Voluntis (VTX) annonce la décision de Roche Pharma France de ne pas poursuivre le développement …