jeudi 19 mai 2022


Monde

Archimed rachète la medtech américaine Natus Medical cotée au Nasdaq pour 1,2 Md$.  La société d’investissement française spécialisée dans la santé propose une prime de 29% aux actionnaires. Le conseil d’administration de Natus a déjà approuvé à l’unanimité l’accord. ArchiMed qui investit généralement des tickets compris entre 5 et 500 M€, financera l’acquisition par fonds propres et par emprunt. Présente en Europe et aux Etats-Unis, la société compte une vingtaine d’entreprises en portefeuille dont les françaises Provepharm, Polyplus, Clean Biologics ou Micromed. Basée au Wisconsin et fondée en 1987, Natus développe des dispositifs médicaux et des logiciels couvrant les soins neurologiques, néonatals et auditifs. Au 1er trimestre, ses ventes ont atteint 119,8 M$. Lorsque l’acquisition sera finalisée, la medtech sera retirée de la bourse américaine où elle s’était introduite en 2001.

Ayant perdu les ¾ de sa valeur au Nasdaq, I-Mab se trouve au centre des spéculations. La biotech chinoise spécialisée en immuno-oncologie a été approchée par des pharma américaines et européennes. Ses dirigeants ont reconnu explorer plusieurs pistes avec des banques d’affaires dont un rachat ou un partenariat avec un grand labo. La biotech cherche notamment un co-développement pour son traitement contre le cancer TJD5. En 2020, elle avait conclu un accord de licence de 2,9 Mds$ avec AbbVie. Aujourd’hui sa capitalisation s’élève à 1,2 Md$. Sa trésorerie de 671 M$ ainsi que des paiements d’étapes à venir, lui assurent 3 ans de visibilité financière. Nul doute dans ces conditions que ses principaux actionnaires les fonds CBC Group, Hillhouse Capital, et GIC ne braderont pas leur participation.

La FDA alerte sur l’utilisation et l’efficacité des tests de dépistage prénatal génétique non invasif (NIPS). L’agence américaine rappelle qu’ aucun d’entre eux n’a encore été autorisé pour fournir des diagnostics et leur performance n’est pas fondée sur des données scientifiques solides. Ces tests analysent de minuscules morceaux d’ADN fœtal trouvés dans la circulation sanguine d’une femme enceinte afin de dépister des maladies génétiques telles que le syndrome de Down. La FDA remet en cause leur fiabilité et estime que des résultats de test NIPS faussement positifs pourraient conduire à des procédures médicales inappropriées et invasives et même à l’interruption inutile d’une grossesse.

Dans l’édition de gènes, Tessera Therapeutics, boucle une série C de 300 M$. Parmi les investisseurs de ce tour, figurent des fonds d’investissement gouvernementaux, comme Alaska Permanent Fund Corporation et Abu Dhabi Investment Authority. Le financement va permettre d’entamer des essais cliniques su l’homme. Au cours des 15 derniers mois, la biotech américaine fondée en 2018 a levé plus de 500 M$.

Keymed Biosciences (2162.HK) obtient la désignation fast-track de la FDA pour son candidat CMG901 comme monothérapie pour le traitement du cancer gastrique ou du cancer de jonction gastro-œsophagienne non résécable ou métastatique qui ont rechuté et/ou qui sont réfractaires aux thérapies approuvées. La biotech chinoise dirigée par Bo Chen avait déjà décroché le 12 avril dernier la désignation médicament orphelin pour son produit phare. Le CMG901 est le premier conjugué anticorps-médicaments contre la Claudin 18.2 à avoir obtenu l’approbation par la FDA d’une demande de nouveau médicament expérimental (IND ou Investigational New Drug application) en Chine et aux États-Unis. Il se s’articule autour de trois composantes : un anticorps monoclonal anti-Claudin 18.2, une liaison scissible et une charge cytotoxique puissante (MMAE).

A Rome, IRBM reçoit 15 M€ de la Banque européenne d’investissement (BEI). Avec ce financement de 2 ans, la CDMO italienne va pouvoir intensifier la production de vaccins contre la COVID-19 y compris le contrôle de la qualité avec des équipements et des technologies de pointe.

Aux Etats-Unis Celogics, qui se déploie comme Treefrog dans la production de thérapies cellulaires dérivées de CSPi va lancer une unité de bioproduction de 1900 m2 à proximité de Seattle dans l’Etat de Washington. Cette installation utilisera les processus de différenciation, d’expansion et de contrôle de la qualité de NEXEL, un leader de la technologie CSPi en Asie.

L’Américaine Regeneron rachète Checkmate Pharmaceuticals pour 250 M$. Fondée en 2015, la jeune biotech spécialisée en immuno-oncologie, a vu son cours de bourse chuter de moitié au Nasdaq en l’espace d’1 an.  Du coup, en offrant 10,50 dollars par action, Regeneron paie 4 fois plus que le marché. La pharma a largement les moyens, son traitement anti-coronavirus ayant généré à lui seul 7,5  Mds$ de ventes l’année dernière. Mais c’est la 1ère fois en 35 ans d’existence, qu’elle rachète une entreprise pour accéder à un médicament en développement. Il s’agit du principal actif de Checkmate, vidutolimod, conçu pour stimuler l’activité anti-tumorale des lymphocytes T.  Regeneron estime le candidat prometteur en tant que thérapie combinée. Il est actuellement évalué sur l’homme dans les cancers de la peau et du sang en association avec Opdivo, Keytruda de Merck et Bavencio de Pfizer.

Sionna Therapeutics boucle une série B de 111 M$. Le tour a été dirigé par OrbiMed aux côtés du fonds souverain du Qatar et d’investisseurs historiques comme RA Capital, TPG’s The Rise Fund, Atlas Venture ainsi que la Cystic Fibrosis Foundation qui a participé à hauteur de 5 M$. La biotech qui a levé 150 M$ au total depuis sa création en 2019, prévoit de lancer d’ici 1 an, deux actifs dans des études de phase 1 pour les patients atteints de mucoviscidose. À l’heure actuelle, Vertex Pharmaceuticals est leader dans cette indication développant la moitié des médicaments approuvés par la FDA.  Sionna espère avec ses petites molécules parvenir à restaurer complètement – et non partiellement comme les traitements actuels –  la fonction CFTR dans la fibrose kystique, défectueuse chez les patients atteints de mucoviscidose.

Aux Pays-Bas, Mimetas, participe à l’initiative Oncode-PACT (Accélérateur préclinique pour les traitements du cancer) financée à hauteur de 325 M€ par le Dutch National Growth Fund. En tant que partenaire, Mimetas développera la prochaine génération de modèles organoïdes de cancer spécifiques au patient qui incluent des cellules immunitaires, des vaisseaux sanguins et d’autres types de cellules essentielles. L’objectif est la validation précoce et une réduction des risques du pipeline de développement de médicaments anticancéreux. Outre Mimetas, plus de quarante acteurs majeurs de l’écosystème oncologie aux Pays-Bas participent au consortium.

Sanofi (SAN) propose 1600 postes en alternance à pourvoir en France dans le cadre de son évènement « Place d’Avenir » qui se tiendra du 19 avril au 2 juin 2022 dans 10 villes : Aix en Provence, Bordeaux, Chilly-Mazarin, Compiègne, Gentilly, Lyon, Montpellier, Rouen, Tours et Vitry sur Seine.

Aux Etats-Unis, Octant Bio  boucle une série B de 80 M$. Catalio a dirigé le tour aux côtés de Bristol Myers Squibb (BMS) et des actionnaires existants Andreessen Horowitz Bio Fund, Allen & Co. et 50 Years VC. Au total depuis sa création en 2020, la société de santé  numérique a levé 115 M$. Les fonds serviront à l’expansion de sa plate-forme de découverte de médicaments centrée sur le développement de la biologie et de la chimie programmables. Les maladies complexes sont les premières visées. La société s’emploie ainsi à générer des données détaillées qui aideront à cartographier les liens entre les candidats-médicaments, la génétique et les mécanismes biochimiques des cellules humaines. Dans cet objectif, Octant Bio  vient de nouer un partenariat de recherche avec BMS pour le traitement de l’inflammation.

Coté

MedinCell (MEDCL) et son partenaire Teva ont reçu un refus de la FDA pour la mise sur le marché de TV46000/mdc-IRM (suspension injectable sous-cutané de rispéridone à libération prolongée) dans le traitement de la schizophrénie. L’agence américaine qui ne peut approuver en l’état le candidat médicament « propose dans la mesure du possible, des mesures correctives et émet des recommandations pour obtenir une approbation », précise la biotech montpelliéraine. Teva prépare donc les prochaines étapes et travaillera en étroite collaboration avec la FDA pour répondre à ses recommandations. Pour rappel, la demande de mise sur le marché reposait sur les données de phase 3 de deux études pivots (RISE et SHINE) évaluant l’efficacité, l’innocuité et la tolérance à long terme du TV46000 dans l’indication. A la suite de cette nouvelle, l’action MedinCell cotée à Paris perdait plus de 20% ce matin.

Non coté

TWB (Toulouse White Biotechnology) noue une collaboration avec l’entreprise française Processium et la start-up belge Syngulon. Avec l’appui de Processium, TWB proposera des études technico-économiques permettant de vérifier la viabilité d’un projet en amont de son développement. De son côté, Syngulon développe des technologies basées sur la biologie synthétique afin d’augmenter l’efficacité des microorganismes et d’assurer leur compatibilité avec l’environnement industriel.

A Berlin, Noxxon Pharma (ALNOX), a émis une tranche d’obligations convertibles supplémentaires issues de son accord avec Atlas Special Opportunities pour un montant de 2,4 M€.  « Nous poursuivons en parallèle nos recherches de nouvelles sources de capitaux propres pour le financement efficace de nos activités », a déclaré Bryan Jennings, le directeur financier de la biotech spécialisée dans les traitements du cancer ciblant le microenvironnement tumoral (MET).

 

En vue

Christine Durinx

rejoint l’institut belge de recherche entrepreneuriale d'excellence en sciences de la vie, le VIB, en tant que co-directrice générale aux côtés du Dr Jérôme Van Biervliet. Cette nomination renforce l'engagement de VIB à se concentrer sur les domaines en plein essor de la science des données et de la santé personnalisée.


Edoardo Fracchia

entre chez Lauxera Capital Partners en qualité de Partner. Lauxera Capital Partners a annoncé dernièrement le closing final de son fonds, Lauxera Growth I (260 M€) dédié aux HealthTech.


Les chiffres

810,4 M$

Le marché des anticorps bispécifiques devrait atteindre 810,4 M$ d'ici 2027 contre 489,7 M$ en 2020. SOURCE : Brandessence Market Research And Consulting Private

5,29 Mds$

Le marché mondial des vaccins contre le cancer devrait passer de 4,47 Mds$ en 2021 à 5,29 Mds$ en 2022. SOURCE : ResearchAndMarkets

44,2 Mds$

Au plan mondial les thérapies de longévité et anti-sénescence ont généré 25,1 Mds$ en 2020 et elles devraient atteindre 44,2 Md$ d'ici 2030, SOURCE : Allied Market Research